Varsovie

INTERVIEW - Le PiS vu par l'opposition

Dans un entretien accordé à Rzeczpospolita, le président de la PO, M. Grzegorz Schetyna, se déclare persuadé que les Polonais fatigués par la façon honteuse et chaotique du PiS d’exercer le pouvoir, son irresponsabilité et son imprévisibilité, se mobiliseront pour ne pas lui donner un deuxième mandat. La bataille du PiS à Bruxelles avec tous les pays de l’UE pour empêcher la réélection de M. Tusk à la présidence du Conseil européen a montré à quel point la volonté de se venger et de régler ses comptes avec la PO impactait la direction des affaires et son image à l’étranger. Le président de la PO déplore également la campagne diffamatoire menée par le PiS à l’encontre des collectivités locales : « Le PiS veut s’approprier les collectivités locales et les priver d’autonomie institutionnelle et Jarosław Kaczyński veut détenir sans partage le pouvoir central ». Bien que la candidature de Donald Tusk à l’élection présidentielle en Pologne en 2020 ne soit pas encore décidée, M. Schetyna déclare qu’il pourra compter sur le soutien de la PO. S’agissant des élections municipales et régionales en 2018, la PO présentera la liste de ses 50 candidats aux postes de maire fin juillet. M. Schetyna évoque l’ancienne Première ministre, Mme Ewa Kopacz, parmi les possibles candidats de la PO pour briguer le poste de maire de Varsovie.

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 30 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

EUROCORPS - Le retrait de la Pologne

Rzeczpospolita et Gazeta Wyborcza relèvent que le porte-parole d’Eurocorps, corps d'armée européen basé à Strasbourg, a annoncé hier à l’AFP que la Pologne avait décidé de retirer son contingent de ces structures d'ici trois ans. Il a précisé par la suite qu’il s’agissait d’une réduction de la participation de la Pologne, qui renonce au statut de nation cadre qu’elle aurait dû obtenir à partir du 1er janvier 2017 mais reste membre observateur.

Officieusement, cette décision du ministère de la Défense polonais est due à la nécessité de renforcer le flanc oriental de l’OTAN et de créer un centre de commandement de l’OTAN à Elbląg qui devrait être effectif fin avril. D’autre part, selon un général cité par Gazeta Wyborcza, la Pologne n’était pas en mesure de remplir les obligations liées à l’exercice du rôle de nation cadre de l’Eurocorps, d’où cette décision pour éviter une nouvelle compromission du gouvernement.

Les quotidiens s'accordent à dire qu’en se retirant de l’Eurocorps, la Pologne démontrerait son désintérêt pour une coopération étroite dans le cadre de la défense européenne et avec l’industrie européenne d’armement, après la décision l’année dernière d’annuler le contrat avec Airbus pour l’achat d’hélicoptères Caracal.

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 30 mars 2017

Inscrivez-vous à notrenewsletter gratuite !

Suivez-nous surFacebook

DONALD TUSK – Une réélection à nouveau remise en cause

La plupart des journaux (Dziennik Gazeta Prawna, Gazeta Wyborcza) ou encore Rzeczpospolita relèvent l’isolement du ministre des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski dans la « charge solitaire» qui l’a conduit lundi matin à remettre en cause la régularité de la réélection de Donald Tusk à la présidence du Conseil européen. 

Le ministre avait déclaré à la télévision « disposer d’expertises selon lesquelles Tusk a été élu d’une manière qui peut être contestée au niveau du droit européen. Je vais présenter ces expertises à la Première ministre.» Sans menacer directement de faire appel de la décision – « on ne sait pas si ça en vaut la peine puisque la portée de cette élection est moins importante» –, il l’a néanmoins qualifiée de « frauduleuse ». 

Les commentateurs observent que les autres centres de pouvoir – présidence de la République, conseil des ministres – ont été prompts à mettre fin à la polémique en déclarant que le dossier de la réélection de Donald Tusk était « clos ». Le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Konrad Szymański a également affirmé qu’« il n’y a[vait]  pas de fondement à remettre en cause cette élection ».

L’opposition a demandé à voir ces expertises tandis que Dziennik Gazeta Prawna  s’interroge sur la manière par laquelle M. Waszczykowski va justifier ses « accusations qui de facto visent tous les chefs d’Etat et de gouvernement qui ont participé à l’élection de Tusk ». 

Hier en début d’après-midi, il semblait déjà faire un pas en arrière en déclarant qu’ « il n’y a[vait] pas d’action politique de remise en cause du vote», seulement des expertises de «scientifiques ».

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 29 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

TRAVAIL DOMINICAL – Loi sur la restriction du commerce en ligne

L’initiative législative citoyenne sur la limitation du commerce dominical devrait être examinée en commission parlementaire la semaine prochaine en même temps que la position du gouvernement sur le sujet, déclare Rzeczpospolita.

Le projet a été transmis par la centrale syndicale NSZZ Solidarność, réputée favorable à l’actuel gouvernement. Toutefois, l’une des dispositions du texte est source de dissension entre les syndicalistes et l’exécutif : l’extension des restrictions au commerce dominical aux sites de vente en ligne, qui ne sont pas complètement automatisés. 

Le gouvernement a déclaré vouloir maintenir le commerce en ligne en dehors du champ d’application du texte, mais une partie des députés PiS partageraient l’avis de la centrale syndicale. 

Les experts attirent par ailleurs l’attention sur le problème posé par les sites étrangers de vente en ligne. S’ils ne devraient pas tomber sous les mêmes restrictions, les commerçants polonais seraient défavorisés, mais dans le cas contraire, la mise en œuvre de la loi poserait de grandes difficultés techniques.

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 29 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

MAIRIE DE VARSOVIE – Une succession incertaine

Fort du résultat du referendum  local au cours duquel une majorité d’électeurs de la commune de Legionowo (banlieue de Varsovie) s’est prononcée contre le rattachement à la capitale (le PiS avait proposé il y a quelques mois la fusion de Varsovie avec une trentaine de communes voisines), la Plateforme civique (principal parti d'opposition - PO) préparerait la candidature d’Andrzej Halicki, proche du chef du parti Grzegorz Schetyna, pour succéder à Hanna Gronkiewicz-Waltz à la mairie de la capitale. 

Cette dernière est présidente de Varsovie depuis 2006 et avait déjà fait savoir qu’elle ne se représenterait pas. Mais, davantage liée à la faction de l’ancien Premier ministre Ewa Kopacz, Hanna Gronkiewicz-Waltz ne soutient pas la candidature Andrzej Halicki et a fait savoir publiquement qu’elle préférerait voir lui succéder Rafał Trzaskowski, ancien secrétaire d’Etat aux affaires européennes et figure de proue de la jeune génération de la PO ou bien, la vice-présidente de la Diète Małgorzata Kidawa-Błońska. 

Rzeczpospolita voit dans cette situation « l’effet du conflit aigu entre la mairie de Varsovie et l’équipe de Schetyna » et remarque que les deux factions ont du mal à coordonner leurs positions.

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 29 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

POLOGNE / ROYAUME-UNI - Entretien Kaczyński-May

Gazeta Wyborcza informe que le président du PiS, Jarosław Kaczyński s’est rendu à Londres  pour proposer à la Première ministre britannique, Theresa May, le soutien de la Pologne dans les négociations avec l’Union européenne concernant le Brexit en échange de garantis pour les droits des ressortissants polonais résidant sur les îles britanniques. 

A l’issu de l’entretien, M. Kaczyński s’est limité à dire que la conversation avait porté sur les postulats de la Pologne dans les domaines de l’économie, de la défense et de la fiscalité. Il a déclaré avoir été assuré que la question des droits des Polonais au Royaume-Uni serait abordée déjà dans la première phase des négociations avec l’UE.

Interrogé par les journalistes sur son rôle dans la politique étrangère de la Pologne, M. Kaczyński a dit n’avoir nullement l’intention de remettre en question la position du gouvernement et que la rencontre avec Mme May était un entretien entre deux chefs de partis dans le cadre d’une diplomatie interpartis.

Source: Gazeta Wyborcza - 26 mars

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Lundi 27 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

UE / POLOGNE - Etat de droit en Pologne

Auditionné mercredi par la commission du Parlement européen en charge des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, le commissaire Frans Timmermans a déclaré à propos de la procédure de sauvegarde de l’Etat de droit ouverte contre la Pologne que « la réaction des autorités polonaises aux recommandations de la Commission dans l’affaire du Tribunal constitutionnel n’a levé aucun des doutes. […] Aujourd’hui, en Pologne, il n’y a plus de possibilité de contrôle effectif de la constitutionnalité des nouvelles lois » Il a cependant ajouté qu’il n’envisageait pas pour le moment de demander l’application de sanctions prévues à l’article 7. En l’absence de coalition large et solide, « le déclenchement de cet article serait voué à l’échec et mettrait un terme à l’action de la Commission sans aucun résultat ». Il est néanmoins possible que le dossier soit évoqué au mois de mai au cours d’une réunion annuelle du Conseil de l’UE consacrée à l’Etat de droit.

Gazeta Wyborcza ajoute que si l’UE a perdu la bataille du Tribunal constitutionnel, la Pologne a subi des dommages en termes de réputation puisqu’elle a été il y a peu « sévèrement critiquée par le candidat social-démocrate allemand Martin Schulz et le favori à la présidentielle française Emmanuel Macron ».

Source: Gazeta Wyborcza - 23 mars

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Vendredi 24 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

WARSAW SOCIAL – Comment faire de nouvelles rencontres à Varsovie ?

Connaissez-vous le « Warsaw Social » ? Peut-être avez-vous déjà participé à l’un de ses événements. Le principe est simple : faire de nouvelles rencontres entre étrangers et locaux lors de soirées gratuites. Robert Smith nous raconte son histoire et comment lui est venue cette envie de créer du lien !

SOMMET DE ROME - Les commentaires

Tous les journaux polonais commentent la signature par les Vingt-Sept samedi dernier de la Déclaration de Rome. Ils s’accordent à dire que le document est vague, ne contient pas de mesure concrète…

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

C'est bientôt le week-end et vous êtes à court d'idées ? Lepetitjournal.com/Varsovie vous a déniché les meilleurs sorties, spectacles et expositions du moment! A vous de choisir! 
Une internationale

XAVIER DE LAUZANNE, REALISATEUR DES "PEPITES" - "Nous avons tous un rêve à réaliser"

Les Pépites - Pour un Sourire d'Enfant
Le rêve, c’est celui des enfants des rues vivant la pauvreté et la violence au quotidien sur la grande décharge de Phnom Penh. Rêve de s’ouvrir un avenir différent. Rêve devenu réalité pour 10000 enfants; depuis qu’un autre rêveur, Christian des Palières, avec sa femme Marie-France, s’est engagé en 1997 dans « POUR UN SOURIRE D’ENFANTS ». Témoin privilégié depuis 2000 du travail formidable accompli par les intéressés, Xavier de Lauzanne a…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – Comment vendre ses services en tant que coach: 3 stratégies efficaces

Nous sommes nombreuses à nous être lancées en tant que coach et rapidement nous nous sommes posé la question : « comment vendre ses services ». Or loin de nous l’idée de vendre nos services, nous voulons que nos clients viennent facilement à nous et que nous puissions les aider avec tout notre cœur et nos compétences. Voici 3 stratégies efficaces que vous pouvez mettre en place dès aujourd’hui.

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !
Expat - Politique

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE – Que disent les candidats à propos de la Turquie ?

Adhésion à l’Union Européenne, accord sur les réfugiés, lutte contre le terrorisme… Autant de sujets primordiaux dans lesquels la Turquie a un rôle à jouer et sur lesquels les candidats à la présidentielle française expriment leur opinion. Lepetitjournal.com d’Istanbul a voulu faire le point, moins d’un mois avant le premier tour des élections, le 23 avril.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire