Singapour

PUBLI-REDACTIONNEL – L’expatriation avec la Banque Transatlantique 

Une banque dont le nom évoque les voyages au long cours. Rêves de partir à l’autre bout de la terre, comme on le faisait jadis, en embarquant à bord d’un navire. Faisant le lien entre la nostalgie des voyages d’hier et les contraintes modernes de l’expatriation, la Banque Transatlantique accompagne depuis de nombreuses années les Français de l’étranger. Son Directeur à Singapour, Cédric FIGLIOLINI, nous explique comment elle s’adapte aux besoins fortement évolutifs des personnes en mobilité internationale aujourd’hui.

Cedric FiglioliniQuelle est l’histoire de la Banque Transatlantique ?

Cédric Figliolini – La Banque Transatlantique fut fondée en 1881 par Eugène Pereire, alors Président de la Compagnie Générale Transatlantique, pour financer ses navires de ligne. Elle a rapidement eu vocation à accompagner les entrepreneurs partant découvrir le Nouveau Monde. En 1933, lors de la faillite de la Banque Dosseur et Cie, le ministère des Affaires étrangères lui demande de reprendre la gestion des comptes des diplomates. Aujourd’hui, la banque a la réputation d’être la « banque des Français de l’étranger ». Elle dispose de 11 implantations dans le monde, une 12ème étant prévue prochainement à San Francisco. Elle accompagne ses clients dans plus de 170 pays.

La Banque Transatlantique appartient au CIC, lui-même filiale à 100% du Crédit Mutuel. Elle bénéficie ainsi de la solidité et de la sécurité d’un grand groupe bancaire mutualiste, 2ème banque de détail en France. Elle continue toutefois de fonctionner comme un établissement à taille humaine, offrant réactivité et souplesse à ses clients.

Est-il possible d’expliquer en quelques mots ce qu’est une banque privée ?

- Une banque privée rend des services financiers personnalisés et haut de gamme à des particuliers détenant un certain niveau de patrimoine. La Banque Transatlantique s’inscrit dans cette lignée en proposant une gamme complète de solutions patrimoniales allant du conseil aux investissements, en passant par les crédits, les transactions immobilières, la philanthropie, etc. Cette approche se fait dans notre établissement avec une vision transgénérationnelle et internationale.

Pour accompagner nos clients, nous prenons en considération des éléments incontournables tels que la résidence fiscale, le lieu des projets d’investissements, le lieu de vie des ayants droits… Nous tenons compte du droit interne des différents pays concernés et les éventuelles conventions fiscales liant ces pays.

Qui sont les clients de la Banque Transatlantique ?

Les cadres et cadres dirigeants, les entrepreneurs, les grandes familles, les diplomates et les haut-fonctionnaires sont le socle de notre clientèle.

La Banque Transatlantique est également spécialisée dans la gestion des plans d’actionnariat managers (stock-options, actions gratuites…) et l’accompagnement de leurs bénéficiaires.
A ce titre, ses clients sont à la fois les sociétés émettrices et les salariés bénéficiaires de ces plans. Nous réfléchissons en amont avec les premiers aux montages qui leur correspondent le mieux. Et nous assistons et conseillons les seconds avec une veille règlementaire dans 120 pays.

Banque Transatlantique Bureau de SingapourSous quelle forme êtes-vous présents à Singapour ?

- La Banque Transatlantique est présente à Singapour depuis 2001. Elle est installée sous la forme d’un bureau de représentation pour répondre à la présence importante des Français à Singapour même et dans la région de l’ASEAN. Sur un plan pratique, la Banque Transatlantique savait aussi pouvoir s’appuyer sur la présence des équipes du CIC déjà sur place.

Qu’est-ce qui fonde le lien privilégié qu’ont les Français avec la Banque Transatlantique à Singapour?

- Il y a 2 raisons essentielles. La première est l’accompagnement sur mesure que nous proposons aux Français installés à Singapour. Il existe une pléthore d’offres dans le domaine du conseil en gestion de patrimoine à Singapour. Mais il est difficile de trouver un interlocuteur qui sache tenir compte à la fois du contexte fiscal français et de celui de  Singapour. Quand ils arrivent à Singapour, les Français sont parfois un peu désorientés. Dans un certain nombre de cas, faute d’information suffisante, ils n’exploitent pas tout le bénéfice de leur statut de non-résident et continuent par exemple de payer en France des impôts dont ils devraient être exonérés totalement ou en partie... Dans d’autres cas, ils peuvent se laisser surprendre par des subtilités légales, par exemple en ce qui concerne le régime matrimonial, qu’ils n’avaient pas mesurées.

La deuxième raison est que nous sommes proches des communautés françaises à l’étranger. Nous sommes très étroitement liés aux institutions telles que la Chambre de Commerce française à Singapour, l'Union des Français de l'Etranger ou encore l'association des Français de Singapour avec qui nous organisons régulièrement des conférences. Nous allons aussi fréquemment à la rencontre des cadres expatriés français directement dans leurs entreprises.
Nous sommes également partenaires d’événements culturels tels que la troupe de théâtre francophone à Singapour ou bien Voilah !, le grand festival annuel français.

Dans quels cas les Français de l’étranger ont-ils intérêt à faire appel à vos services ?

- Le conseil d’un expert comme celui de la Banque Transatlantique peut s’avérer très précieux lorsqu’il s’agit de gérer un départ ou un retour en France par exemple. De même lorsque les liens avec la France sont plus distants car des membres de la famille peuvent y résider, des revenus de source française peuvent être perçus … Ce point est important si l’on en croit les chiffres d’un sondage que nous avons réalisé en partenariat avec IPSOS : 60% des français résidant à l’étranger restent hors de France pendant plus de 10 ans et 35% plus de 20 ans.
Nous accompagnons alors les Français expatriés durant leur séjour à l’étranger et leur proposons des solutions de placement particulièrement adaptées.  

Vos clients en expatriation ont évolué. Quel impact cela-a-t-il sur leurs attentes ? 

- Le paysage de l’expatriation et les clients de la Banque Transatlantique ont beaucoup changé. A titre d’exemple, seulement 20% des Français qui partent à l’étranger aujourd’hui le font dans le cadre d’une entreprise française. 67% sont en statut local dans le pays d’accueil. 70% des Français qui s’expatrient sont en couple, mais seulement 50% des conjoints qui voudraient travailler parviennent à le faire en expatriation. Il s’agit de changements majeurs qui modifient les attentes en matière de retraites, de protection ou de prévoyance. Pour répondre à ces évolutions, nous étoffons notre offre et nos moyens constamment.

Publi-rédactionnel réalisé par lepetitjournal.com/singapour - lundi 9 janvier 2017

Banque Transatlantique - Bureau de Singapour

 

ESCAPADE GOURMANDE: LE GOÛT DU VRAI, DE L’AUTHENTIQUE

Bisque - Fleur de Sel (c)
Point de cuisine “fusion”, tellement tendance dernièrement, dans ce voyage gourmet. L’accent porte sur des saveurs et des ambiances authentiques: tradition française dans toute sa noblesse immuable, incursions au coeur du Vietnam du peuple et du Japon des maîtres poissonniers et rôtisseurs.
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine