Francfort

BORDEAUX-FRANCFORT - De jeunes lycéens à la découverte du monde professionnel en Allemagne

Du jeudi 1er juin au mercredi 21 juin, des élèves de seconde AbiBac du lycée Pape-Clément situé à Pessac près de Bordeaux, étaient à Francfort dans le cadre d’un échange avec la "Ziehenschule", initié par Mme Bouffier-Spindler il y a au moins trente ans. Pendant leur séjour, les lycéens ont effectué un stage de près de deux semaines dans le but de découvrir le monde professionnel en Allemagne.  Bilan de l’échange : des élèves et des professeurs plus que ravis ! Lepetitjournal.com/francfort les a rencontrés. 

En haut à gauche : Florence Néault, Valérie Weishaupt et Catherine Bessoule ; en haut à droite : la Kaisersaal ; en bas à gauche : Patricia Boursier et Fabrice Beluche ; en bas à droite : Valérie Weishaupt

Des lycéens français reçus comme des empereurs 

Des stagiaires un peu particuliers étaient à Francfort du 1er juin au 21 juin. En effet, une classe de seconde AbiBac, issue du Lycée Pape-Clément à Pessac près de Bordeaux, était à Francfort dans le cadre d’un échange de trois semaines avec la "Ziehenschule". Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les élèves bordelais ont été reçus comme des empereurs à Francfort ! Le lendemain de leur arrivée et de leur répartition dans les familles, les lycéens français ont eu droit à un accueil dans la prestigieuse Kaisersaal de la mairie de Francfort, et à un discours de bienvenue de la part de la conseillère municipale Ursula Fechter, dans lequel elle a rappelé l’histoire des différents empereurs trônant dans la salle. À la fin du discours, les élèves français et leurs correspondants allemands ont pu prendre part à un pot d’accueil. 

Dans les jours qui ont suivi, les élèves ont réalisé leur stage, mais ils ont également passé beaucoup de temps avec leurs correspondants, chez qui ils logeaient, et qui étaient également venus trois semaines à Pessac au mois de janvier. Quelques sorties communes aux deux classes étaient également prévues, comme un spectacle de théâtre à la "Ziehenschule", une lecture à la bibliothèque centrale de Francfort, ou encore une journée à Heidelberg. Pour les accompagner, Valérie Weishaupt, professeure de français à Francfort, ayant notamment organisé l’échange entre les deux lycées, mais également deux professeures de français du lycée à Pessac, Florence Néault et Catherine Bessoule, présentes les dix premiers jours, ainsi que Patricia Boursier et Fabrice Beluche, professeurs de mathématiques ayant pris le relais les dix derniers jours.

Des stages dans des milieux très diversifiés 

Compte rendu des stages dans une salle de classe de la "Ziehenschule"

Les stages n’avaient, selon Valérie Weishaupt, pas vocation à ce que les élèves « trouvent le métier de leur rêve », mais devaient leur permettre de « découvrir un monde professionnel » et être en contact avec des Allemands pour les Français, et avec des Français pour les élèves Allemands. Ainsi, les jeunes Français ont principalement réalisé des stages dans le milieu scolaire, la vente, la restauration, ou encore le domaine médical. 

Installés en cercle dans une salle de classe de la "Ziehenschule", la vieille de leur départ, ils racontent leur expérience à leurs camarades, en présence de leurs deux professeurs accompagnateurs, Patricia Boursier et Fabrice Beluche. Clément, 16 ans, a par exemple réalisé son stage dans une épicerie bio dans le quartier de Sachsenhausen. « Je dois avouer que je n’avais aucune idée du stage que je voulais faire, c’est mon correspondant qui m’a trouvé un stage, tout comme nous leur avons trouvé leur stage en France, mais finalement, je suis vraiment satisfait ». Pendant ce court séjour en entreprise, Clément a principalement fait de la logistique : préparation de commandes, rangement et étiquetage n’ont plus aucun secrets pour lui ! Quant à Émy, 15 ans, elle aussi a réalisé son stage dans le domaine de la vente, mais cette fois dans une boutique de vêtements. « J’aidais à sortir les portants, à faire le ménage, mais également à faire les livraisons et conseiller les clients », raconte-t-elle. 

Clément

Amalthée, 16 ans, a effectué son stage dans un contexte différent. Celle-ci était dans un Kindergarten mixte, avec des enfants dont la culture et la religion pouvaient être très différentes. Sa motivation ? Cette dernière a toujours « aimé les enfants, jouer et s’amuser avec eux ». Et c’est d’ailleurs ce qu’elle a fait là-bas ! « J’étais beaucoup avec les enfants âgés de quelques mois jusqu’à 3 ans. Je jouais avec eux, on faisait des châteaux de sable ensemble, je les aidais à faire de la balançoire, et je parlais aussi beaucoup avec eux », nous confie-t-elle avec des étoiles dans les yeux. Même si son stage lui a énormément apporté, Amalthée ne souhaite pour autant pas poursuivre dans cette voie plus tard : « j’aime être au contact des gens, c’est pourquoi plus tard, j’aimerais devenir journaliste, et pourquoi pas dans le franco-allemand ! ». 

« Cet échange a permis aux élèves de s’enrichir au niveau linguistique, mais également au niveau personnel » 

En haut: Émy ; en bas: Amalthée

Cet échange avait principalement pour but de faire progresser les élèves en langue. Et ça a été le cas ! Malgré quelques difficultés pour conseiller les clients, rencontrées par Clément et Émy lors de leur stage, tous pensent avoir progressé. Clément nous confie avoir appris énormément de « vocabulaire dans le domaine alimentaire ».  Amalthée, malgré son appréhension au départ, s’en est également tout de même bien sortie : « je me demandais au début si j’allais comprendre ce que les enfants disaient, et finalement, même si c’était parfois compliqué avec les plus petits, ça s'est très bien passé ! ». 

Grâce à cet échange, la vision des jeunes lycéens français du monde professionnel a changé, que ce soit en Allemagne ou en France. Amalthée a par exemple constaté pendant son stage une différence majeure en ce qui concerne l’éducation des enfants : « En France, on fait beaucoup plus d’activités à la maternelle, on a également plus de contraintes, alors qu’ici, en Allemagne, les enfants ont plus de liberté. Ils font ce qu’ils veulent, à l’heure qu’ils veulent, et n’ont pas autant de pression qu’en France ». Emy, pour sa part, ne fera plus de shopping sans penser à son stage ! « Désormais, dès que j’irai acheter des vêtements, je m’appliquerai à bien les ranger, parce que je sais à quel point cela peut être pénible pour les vendeuses quand ce n’est pas le cas », nous dit-elle en rigolant. Les élèves, en plus d’avoir progressé en allemand, ont également pu évoluer sur le plan personnel. Grâce aux nombreux jours fériés, les élèves français ont eu beaucoup de temps libre avec leurs correspondants allemands, l’occasion de se plonger dans la culture allemande et de faire de nouvelles expériences, en dehors du cadre scolaire et professionnel. 

Le car approche, l’heure du départ a sonné. Un regret ? Pour Amalthée, celui de « ne pas rester plus longtemps ». Un pari gagné pour les professeurs, qui seraient prêts à renouveler l’expérience : « c’est beaucoup de travail pour les enseignants, beaucoup d’organisation, mais c’est un énorme enrichissement pour les jeunes au niveau individuel et linguistique. Je serai donc prête à recommencer cet échange sans aucun doute ! », nous confie la professeure de français à la "Ziehenschule" de Francfort. 

(Photos JV lepetitjournal.com/francfort)

JV (www.lepetitjournal.com/francfort), mardi 27 juin 2017

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter 

 

 

 
Francfort
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine