Varsovie

JOURNEE DES FEMMES - Les Polonaises sont-elles des femmes de pouvoir ?

Des hommes qui offrent des fleurs aux femmes: ce n’est pas la Saint Valentin fêtée avec un mois de retard mais bien la Journée des Femmes, une célébration importante pour les Polonais. Les valeurs traditionnelles et religieuses du pays ont tendance à sacraliser la femme et la confiner dans son rôle de mère de famille. Ce qui fait d’elle une véritable femme de pouvoir à la maison. Mais qu’en est-il de sa place dans le monde de l’entreprise aujourd’hui ?

La Pologne est connue pour être l’un des pays les plus catholiques du monde avec près de 90% de la population qui se dit croyante. La tradition et la religion ont une forte influence sur les débats publics ou sur la place des femmes au sein de la société, qui renvoie souvent l’image d’une mère de famille entièrement dévouée à son foyer. 

Mais paradoxalement, la Pologne est la championne d’Europe pour la création d’entreprise au féminin. Le pays a réussi à atteindre un taux de « femmes entrepreneures » ou cadres parmi les plus importants en Europe (35%). Une Polonaise active sur trois y a monté sa société, 40% des petites entreprises sont menées par des femmes, et 60% des jeunes diplômés sont des femmes. 

Un tel score qui s’explique notamment par l’essor économique sans précédent qu’a connu la Pologne. Effectivement, c’est le seul Etat de l’Union européenne à avoir évité la récession depuis la crise de 2008, grâce en partie à ses échanges commerciaux avec l’Allemagne. En dix ans, le salaire moyen est passé de 2.000 à 4.000 zlotys (de 500 à 1.000 euros). 

Pouvons-nous dire pour autant que la femme polonaise parvient à s’imposer face aux hommes dans le domaine entrepreneurial ? Selon Monika Constant, directrice de la CCIFP (Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne), nous sommes encore bien loin du compte : « On dit souvent que les femmes polonaises ont le pouvoir à la maison ; et c’est vrai. Mais de là à transposer cette réalité au milieu de l’entreprise, je ne pense pas. Si les femmes polonaises renvoient une image de personnes compétentes, sérieuses, qui travaillent énormément (voire plus que les hommes !), en termes de fonctions ou de salaire il y a encore de fortes inégalités ! La société reste profondément machiste et les femmes se voient dans l’obligation de prouver à la société comme à elles-mêmes qu’elles peuvent avoir du pouvoir en dehors de leur foyer. Et je trouve que ça, c’est une différence fondamentale avec la France. » 

Certes, l’inégalité salariale se fait encore ressentir en Pologne mais l’écart n’est que de 7% entre les deux sexes pour la même profession, selon un récent rapport du cabinet d’audit et d’expertise, PwC. Un taux relativement raisonnable en comparaison à d’autres pays de l’UE comme la France et l’Allemagne, où l’on observe une différence salariale de plus de 10% et 20%, respectivement. 

Dans un futur proche, les Polonaises pourraient bien espérer gagner autant que les hommes. D’après PwC, d’ici 2021, la Pologne deviendra le premier pays des 33 de l’OCDE à obtenir des revenus équitables entre les hommes et les femmes ! 

 

  Lénine, père fondateur de la Journée des Femmes

 

 

Les mères, les amies, les compagnes, les collègues de travail… Toutes les femmes sont mises à l’honneur en se voyant offrir des fleurs en signe de respect et de reconnaissance. Mais pourquoi les Polonais accordent-ils autant d’importance à cette journée ? 

Cette tradition n’est autre qu’un héritage de l’époque communiste. La création d’une Journée internationale des femmes avait été proposée pour la première fois en 1910 lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par la journaliste allemande, Clara Zetkin. 

La date destinée à cette célébration n’étant pas encore fixée, ce n’est qu’à partir de 1921 que la tradition du 8 mars se met en place avec Lénine, qui a voulu rendre hommage aux ouvrières de Saint-Pétersbourg. Lénine s’exprimait en ces termes dans le journal Pravda : « De l’inégalité de la femme devant la loi, il ne reste pas de trace chez nous. L’inégalité odieuse dans le mariage, le droit familial, la question des enfants a été totalement abolie par le pouvoir des Soviets. Ce n’est là qu’un premier pas vers l’émancipation de la femme […] ». 

A l’époque de l’Union soviétique, cette fête est obligatoire. Les festivités sont organisées par l’Etat, qui offre un cadeau aux «ouvrières». Le plus souvent, il s’agit d’un bouquet d’œillets, accompagné d’une serviette ou d’une nappe et en Pologne, d'une paire de collants! Dans les entreprises, des banquets sont même prévus et les hommes font alors en sorte que les femmes puissent prendre une pause…!

Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier. La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la «Journée internationale des femmes » est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977. 

Depuis la Journée des Femmes est restée ancrée dans les mœurs de la société polonaise. Près de 43% de la population en Pologne juge qu’il s’agit d’une journée  importante et mérite d’être fêtée comme il se doit.

 

 

Eloïse Robert (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 8 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine