INTERVIEW de Bernard DELESALLE, Directeur de l'Ecole Française Internationale de Casablanca

 

Bernard DELESALLE, Président de la nouvelle Ecole Française Internationale (EFI), a accepté de répondre à nos questions à quelques jours de la clôture des dossiers d'inscription. Une période décisive pour ce nouvel établissement situé dans le quartier d'Anfa (près du CAFC). L'EFI rejoint cette année le réseau des établissements français au Maroc (AEFE et OSUI). A compter de septembre 2017, il accueillera les tous premiers élèves du niveau maternelle au CM2.

 

LPJ : - Comment est né le projet ?

BD :L’Ecole Française Internationale est avant tout le fruit de l’alliance entre spécialistes du secteur de l’éducation partageant les mêmes valeurs humaines et éducatives : excellence académique, bienveillance, épanouissement personnel et ouverture internationale.

Le choix de créer un établissement français international au Maroc s’est fait naturellement, notamment en raison de sa position stratégique au carrefour de l’Europe et de l’Afrique, de l’engagement du pays dans la voie de l’ouverture internationale, et des relations stratégiques qui lient la France et le Maroc.

Depuis plus de trois ans, nous travaillons à la création de cette école en nous appuyant sur le modèle pédagogique de l’Ecole Internationale Bilingue Paris, que je préside, associant cursus scolaire français, multilinguisme et accréditations académiques internationales dans un environnement multiculturel et bienveillant. Ce même modèle qui a permis à des milliers d’élèves de s’épanouir tout en poursuivant une scolarité d’excellence en France et dans le Monde.

En 2016, nous avons ainsi eu l’honneur de remporter l’appel d’offres lancé en 2014 par l’Agence d’Urbanisation et de Développement d’Anfa (AUDA) en vue de  la création d’un établissement scolaire international dans le nouveau centre urbain de Casablanca, Casa Anfa. Le jury a considéré que notre école sera un atout pour Casa Anfa et en particulier pour Casablanca Finance City (CFC) dont la vocation est d’attirer des cadres du monde entier et de devenir un Hub africain.

 

- De quelle manière l'EFI sera le 3ème réseau d'école française à Casa ?

 L’Ecole Française Internationale vient compléter le réseau des établissements français au Maroc, composé jusque-là des établissements de l’AEFE et de l’OSUI.

 

Nous respectons scrupuleusement l’enseignement du programme de l’Éducation nationale française et préparons nos élèves aux épreuves du brevet et du baccalauréat français.

Par ailleurs, notre établissement est résolument international, et c’est ce qui fait la spécificité de notre modèle pédagogique. Cette dimension internationale se traduit notamment par une pratique précoce et quotidienne de trois langues (français, anglais, arabe dès 3 ans), par la préparation aux certifications  internationales de référence (Cambridge, TOEFL, IELTS, SAT) et par des programmes pédagogiques favorisant l'ouverture internationale et les échanges interculturels.

 

- Quels sont les objectifs ?

L’EFI se fixe pour objectifs d’assurer l’excellence académique et l’épanouissement de tous ses élèves, et de les conduire sur la voie du trilinguisme. Cela signifie concrètement qu’après une scolarité complète à l’Ecole Française Internationale, nos élèves auront la capacité de s’exprimer en français, en anglais et en arabe, à l’oral comme à l’écrit, avec pratiquement la même finesse, y compris dans la dimension socio-culturelle et les codes comportementaux supposés par chaque langue.

Cette politique plurilingue conjugue le  rayonnement de la langue et de la culture françaises, la vitalité́ de l’arabe, langue du Maroc, avec le dynamisme de l’anglais, langue de diffusion internationale. L’EFI a donc inscrit l’éducation plurilingue au cœur de son projet d’école et a conçu un programme linguistique rigoureux fondé sur plusieurs principes forts : immersion, progressivité, décloisonnement et pédagogies actives.

 

- Quels sont vos projets à court terme et à long terme ?

 L’EFI ouvrira donc ses portes à la rentrée prochaine de septembre 2017 et accueillera des élèves de la Petite Section de maternelle au CM2. Par la suite, le collège ouvrira en 2018, suivi par le lycée en 2021.

Nous souhaitons faire de l’EFI un établissement scolaire de référence au Maroc et dans le monde. Nous étudions actuellement les possibilités de nouvelles ouvertures à l’international.

 

- Allez-vous offrir la possibilité d'offrir une bourse pour les élèves français ?

 Nous étudions cette option, sans exclusive de nationalité, et travaillons à sa mise en en place pour l’année scolaire 2018-2019.

                                                                                                                                                             

- Les frais de scolarité ne varieront pas en fonction de la nationalité de l'enfant. Pourquoi ce choix ?

C’est un sujet très important à nos yeux. En tant qu’établissement international, les frais de scolarité seront effectivement les mêmes pour l’ensemble de nos élèves. Une adaptation est toutefois apportée pour les enfants non francophones qui nécessitent un accompagnement scolaire plus individualisé avant d’être réintégrés dans le parcours classique.

 

- Avez-vous des informations que vous souhaitez mettre en avant ou qu'on aborde ?

Notre établissement étant résolument ouvert à des élèves de toutes nationalités, nous sommes en mesure d’accueillir des élèves non francophones qu’ils soient en Maternelle ou en Élémentaire grâce à un dispositif d’immersion appelé « Passerelle » qui permet un apprentissage intensif et rapide du français avant d’être réintégré de façon harmonieuse dans le cursus classique.

Enfin, nous attachons une grande importance à l’épanouissement de l’enfant à l’école. Nous avons la conviction que l’école est toujours plus efficace quand les enfants y sont heureux. C’est d’ailleurs un modèle qui fonctionne très bien dans nos établissements à Paris. Outre la bienveillance que l’école va apporter à ses élèves, la pédagogie pratiquée va être foncièrement active.

 

Nadia Jacquot (www.lepetitjournal.com/casablanca) vendredi 30 juin 2017.

 

 

 

 
Casablanca

DARIJA - La musique 2

Comme le chante si bien Nicoletta : "Pour moi la musique...Oui, la musique...Je le sais sera la clé...De l'amour, de l'amitié ". Si en plus vous…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine