Tel-Aviv

MEET THE LEADERS - Avec Jacques Lewiner et Edouard Cukierman

Dans la lancée de “Meet the Leaders”, la Chambre de Commerce et d’Industrie Israël-France présidée en Israël par le Dr Daniel Rouach, se permet un hors-série, pour laisser place, cette fois-ci, au thème de la guerre des brevets. La conférence "De la recherche à l’industrie, brevets et guerres de brevets", en partenariat avec la banque Leumi Le-Israel, aura lieu le dimanche 23 décembre 2012, entre 18h et 20h.

La conférence aura comme invités Jacques Lewiner (guerre des brevets) et Edouard Cukierman (venture capital).

Jacques Lewiner est un physicien, inventeur, entrepreneur en série et investisseur français. Lauréat de l’académie des sciences en 1990 et détenteur du Grand Prix de l’Ingénieur pour l’année 2011, il est professeur et directeur scientifique à titre honorifique de l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielle de la ville de Paris (ESPCI ParisTech), membre de l’académie française des technologies et membre honoraire du Technion. Il a notamment déposé plus de 1,000 brevets à travers le monde, et est également le fondateur et le président de plusieurs entreprises high-tech à succès, comme Inventel (vendue à Thompson pour la somme de 150 millions d’euros), Invoxia, Whithings, Finsecur, Roowin, Cynove, et autres.

Célèbre pour sa connaissance du monde des brevets, le Professeur Lewiner est régulièrement sollicité dans le cadre de conflits tels que les guerres de brevets Apple/Samsung ou encore Google/Apple.

Edouard Cukierman est le fondateur et PDG de Catalyst Funds, et Président de Cukierman & Co Investment House. Depuis sa création en 1993, Cukierman & Co. Investment House a réalisé plus de 3 milliards d’euros de transactions en banque d’affaires.

Edouard Cukierman est le président de BOS (NASDAQ: BOSC) ainsi que membre du conseil de Lamina Technologies en Suisse et de Harmon.ie en Israël. Jusqu’en 2000, il a été PDG d’ Astra Technological Investissements, un fonds de capital-risque créé en 1993 (première société Israélienne cotée en Europe continentale), et ancien Président du Conseil de Surveillance de Citec Environnement et Services SA à Paris. Il est également le président du Comite Européen pour la High Tech Israel Association et Vice Président de le Fondation France-Israël. Il est titulaire d’un MBA de l’INSEAD, Fontainebleau, en France et d’un B.Sc. du Technion – Israel Institute of Technology.

Lionel Yrhi d'Israel Valley – Cliquez ici pour allez sur le site

(www.lepetitjournal.com/telaviv) Vendredi 21 décembre 2012

 

INNOVATION - 16 inventions israéliennes qui ont changé le monde

La diversité et l’efficacité de ses nombreuses inventions constituent une des plus grandes fiertés de l’Etat d’Israël. En moins de 70 ans, nos ingénieurs et nos scientifiques ont su bouleverser nos habitudes par leurs innovations extraordinaires. Voici donc, dans le désordre, le top 16 des inventions israéliennes qui ont changé le monde.
Une internationale
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

W PROJECT - La Colombie: un pays sur lequel on parie

Les équipes du W PROJECT ont cette fois posé leurs valises en Colombie. Pays connu pour la qualité de son café, la Colombie tient son nom du célèbre explorateur qui découvrit dit-on l’Amérique. Elle accueille aujourd’hui de nouveaux types d’explorateurs à la recherche de solutions pour entreprendre et innover. Reportage vidéo

CINÉMA FRANÇAIS – Cap sur l’export !

La France est le pays européen qui exporte le plus de films, avec 216 millions d’euros en 2015. L’Amérique du Nord s’impose comme le principal acheteur de ces droits. Pour maintenir et étendre encore le rayonnement du cinéma français, le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) dévoile son plan « Plan Export ».
Expat - Politique

FILLON - En tête aussi chez les Français de l'étranger

Contrairement au premier tour, François Fillon arrive en tête chez les votants de l'étranger. Le report des voix a semble-t-il bien fonctionné pour le vainqueur de la Primaire de la Droite et du centre. On est pourtant loin du raz-de-marée qui a été constaté dans l'Hexagone, avec 52,3% des suffrages. 
Magazine