Mercredi 12 décembre, un large public composé en majorité de dirigeants d’entreprises est venu à la rencontre du patron de Veolia Israël, Mr. Henri Starkman. Organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie Israël-France, en partenariat avec l’Association des Manufacturiers d’Israël, ce rendez-vous fait partie du cycle de conférence “Meet the leaders” qui permet au public et aux professionnels de rencontrer des personnalités de premier plan du monde économique israélien.

Starkman a introduit Veolia (ancienne Générale des Eaux) en Israël en 1992.

Sa qualité humaine, son esprit de compétition et d’adaptation lui ont permis de comprendre rapidement les enjeux et les attentes d’Israël.

Rapidement, les capacités du pays ont permis au groupe de gagner différents marchés de s'implanter dans le pays. Aujourd’hui, Veolia Israël représente une des meilleures filiales dans le monde.

Avec un bénéfice 1.5 milliards de shekels par an et quelques 2.000 employés, Veolia Israël est extrêmement dynamique.

Cette réussite du groupe en Israël, Starkman l’explique grâce à la synergie qu’il a réussi à mettre en place. "Nous avons 4 secteurs, mais tous réunis dans le même immeuble, dans le même étage, ce ne sont pas 4 divisions, mais une seule, c’est ça l’avenir de Veolia en Israël".

Véolia Israël est actif dans 4 domaines. Tout d’abord dans le secteur du traitement de l’eau. En 2002, Veolia Water et ses 2 partenaires israéliens ont remporté un important contrat en construisant l’usine de dessalement d’Ashkelon. Avec une capacité de 320.000 m3 par jour, l’usine est l’une des références les plus importantes au monde dans le domaine du dessalement d’eau de mer. Ce projet prévoit de desservir environ 1.4 million de personnes. Le domaine de l’énergie fait également partie des activités du groupe.

Le secteur du transport lui, est en recul.

Un de ses plus gros succès, mais qui a été source de nombreuses critiques, est le contrat du tramway de Jérusalem. Le groupe avait également investit dans les autobus et était devenue la 4ème compagnie du pays avec plus de 6.000 bus, mais cette activité doit prendre fin en 2013.

Enfin, le dernier secteur est celui du traitement des déchets. Veolia a créé le 1er et unique incinérateur de traitement de déchets toxiques en Israël à Ramat Hovav, près de Beersheba.

Lors de sa conférence, Mr. Starkman a regretté le chiffre encore trop bas des entreprises  françaises implantées sur le marché israélien. “C’est vraiment dommage que la France n’utilise pas les talents présents en Israël” a-t-il déploré en précisant “qu’Israël est un marché petit et très agressif”. “Il n’est pas toujours facile de travailler avec les israéliens, mais il faut parfois forcer les choses car de très beaux projets peuvent naitre” affirme-t-il. Et Mr. Starkman en est le premier exemple.

Dans un monde en crise, le groupe Véolia rencontre lui aussi des difficultés. Ce d’autant que les projets de l’entreprise sont souvent pharaoniques, en terme d’investissement ou de réalisation. C’est le cas notamment de l’usine de dessalement d’Ashkelon dont le contrat porte sur 25 ans.

"Israël est un bon pays avec tous ces problèmes" a cependant conclu Mr. Starkman en rappelant la nécessité d’encourager constamment les entreprises françaises à venir s’implanter dans le pays.

Antoine RIPAUD (www.lepetitjournal.com/telaviv) Vendredi 21 décembre 2012

A la une

NOEMIE LVOVSKY - "Le cinéma français est plus chanceux que les autres cinémas européens"

Avec Laura Smet et Marina Foïs, Noémie Lvovsky compose le trio drôle et émouvant du film Tiens-toi droite réalisé par Katia Lewkowicz, en salles depuis le 26 novembre. Elle incarne Sam, une mère de famille nombreuse décidée à prendre son indépendance mais rongée par la culpabilité. Quelques jours avant la sortie du long métrage, lepetitjournal.com a rencontré l’actrice et réalisatrice de 49 ans. Ses métiers, le verbe être, son enfance…
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

FRANCOPHONIE – Peut-on oublier la langue de Molière?

Le sommet de la francophonie se tiendra ce week-end à Dakar. A cette occasion, nous vous proposons de relire un article consacré aux difficultés rencontrés dans leur propre langue par les expatriés de longue date. Alors que les chefs d’Etat et de gouvernement concernés s'occuperont des thèmes chers aux pays appartenant à l’Organisation internationale de la francophonie, quelles sont donc les préoccupations linguistiques des Français de l’étranger