Santiago

PHOTO - Sergio Larraín, l'expo et le livre

Le musée des Beaux Arts de Santiago consacre une rétrospective à l'oeuvre du photographe chilien Sergio Larrain. Un gros succès à dévorer aussi dans un très beau livre, vendu au musée et en français à la librairie française*

Jusqu’au 15 juillet, le musée des Beaux Arts de Santiago présente une rétrospective consacrée à l’oeuvre du photographe chilien Sergio Larraín. Après son exposition très médiatisée aux dernières Rencontres de la Photographie d’Arles, c’est donc dans le pays natal de l’artiste que sont aujourd’hui exposées certaines de ses photos les plus connues.

Sergio Larraín fait partie de cette génération qui a écrit les débuts du photo-journalisme. Enfant de la bourgeoisie chilienne, il découvre petit à petit la photographie à travers l’objectif d’un Leica, qu’il apprend à maîtriser au cours de ses voyages en Amérique du Sud, en Bolivie, au Pérou et au Chili. En voyage en Europe, il a la chance de rencontrer Henry Cartier-Bresson à la fin des années 50, qui l’invite à rejoindre sa coopérative Magnum Photos. Dès lors, Sergio Larraín parcourt le monde pour illustrer l’actualité mondiale.

Il s’installe deux ans à Paris, et part faire des reportages, que ce soit en Iran où il couvre le mariage du shah, ou en Italie où il enquête sur la mafia sicilienne. Très vite, il ressent cependant la nécessité de rompre avec ce milieu, qui consume son besoin d’indépendance et nuit à la qualité de son travail. Déçu également par l’incapacité de la photographie à changer le monde, il s’en retourne donc au Chili où il se plonge dans une quête spirituelle, passant les trente dernières années de sa vie à pratiquer du yoga et à entretenir une riche correspondance, isolé à Tulahuén, dans la région de Coquimbo. C’est là qu’il s'éteint le 7 février 2012.

Une photographie de la marginalité

Sergio Larraín a découvert la photographie à Chiloé. Mais il abandonne assez vite  les pêcheurs pour focaliser son attention sur les enfants vagabonds de Santiago. En saisissant leur quotidien, leurs jeux, leurs habits trop larges et, surtout, leurs expressions d’adultes, le photographe suit ces ‘gavroches’ dans l’univers industrialisé de la ville (on est alors dans le début des années 60). Il en fait même un court-métrage, qui est présenté à l’exposition.

Les images de Sergio Larraín, en noir et blanc, sont le signe d’une photographie spontanée, qui cherche toujours à capter le détail qui fera toute la magie de la photo. Une attitude qui réclame une émancipation totale : "Une bonne image résulte d’un état de grâce. La grâce s’exprime quand elle est libérée des conventions, comme pour un enfant qui découvre la réalité. Le jeu consiste alors à organiser le rectangle". Ses photos suscitent le questionnement, et si le cadrage parait parfois hasardeux - il joue énormément avec les symétries, les formes et les perspectives -, l’exposition consacre l’appareil photo comme miroir de la société, et celui qui le tient comme son témoin le plus subjectif. En agençant certaines photos ensemble, elles deviennent les pièces d’un puzzle, celui de la société.

Il y a derrière ces photos une déclaration d’amour qui est faite au Chili. A ses orphelins, à ses prostituées, à ses chiens errants. A force de photographier les vagabonds, Sergio Larraín en devient un, et parcourt de son regard la réalité du monde qui l’entoure. L’exposition devient une porte d’entrée dans le quotidien d’un artiste, enrichie de ses reportages, ses dessins, et ses citations.

Clément Ourgaud (www.lepetitjournal.com/Santiago) Vendredi 4 avril 2014

Rétrospective Sergio Larraín jusqu'au 15 juillet 2014, au Musée Bellas Artes de Santiago                                    
Parque Forestal de Santiago, (métro Bellas Artes), Ouvert de Mardi à Dimanche, de 10h00 à 18h50. 

Entrée : $600, $300 pour les étudiants,                                                                                                                                                          
Entrée libre pour les mineurs et les étudiants en art

*Monographie édité par Xavier Barral $70000.

En vente sur place au musée, en espagnol et en français à la Librairie  française

 
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine