Istanbul

HISTOIRE - Les levantins d'Istanbul donnent de la voix

En janvier 2016, les levantins d'Istanbul ont décidé de créer la Levantine Heritage Foundation – IST, antenne locale de la Fondation Levantine Heritage née en 2010 et basée à Londres, actuellement présidée par Quentin Compton Bishop.

L’équipe stambouliote, composée de sept membres dont trois levantins, a organisé le week-end dernier à Beyoğlu son premier événement dans le but de promouvoir la culture levantine, d'expliquer les origines, le développement et l'apport des levantins dans la société et d'annoncer les futures activités du groupe.

Le programme, composé de la première conférence sur les Levantins de Beyoğlu qui s'est tenue vendredi après-midi et samedi toute la journée au Centre culturel italien d'Istanbul et dimanche de visites guidées de Pera, Galata et du cimetière latin catholique de Feriköy, a remporté un vif succès non seulement auprès des levantins, mais aussi d'étudiants et de personnes curieuses d'en savoir plus.

Pour beaucoup, le terme de “levantin” reste flou et donne lieu parfois à des erreurs d'interprétation. Lorsqu'on les évoque en Turquie, il s'agit en fait de  familles catholiques de rite latin, issues du bassin méditerranéen - plus particulièrement de France et d'Italie - qui, à partir de la seconde moitié du XVème siècle, sont venues s'installer ici pour y travailler et y vivre, cercle qui s'est ensuite quelque peu élargi.

Cette première manifestation culturelle au titre évocateur “Levantins de Beyoğlu, effets et contributions des Levantins dans le développement de Beyoğlu, Pera/Galata et environs - Un long héritage de commerce, d'art et de vie sociale depuis 1453”, organisée par l'antenne locale de la Fondation avec la collaboration et le soutien de la mairie de Beyoğlu, de l'Institut culturel italien, de la Fondation "Culture Ville" et de la Fondation-mère à Londres, a été une réussite, grâce à l'important travail fourni par Nuri Çolakoğlu, membre du conseil d'administration (CA) de la Fondation et Hugh Jonathan Beard, également membre du CA et président honoraire de l'antenne locale.

Pera et les levantins

Ahmet Misbah Demircan, maire de Beyoğlu et principal supporter de la conférence, a assisté à l'ensemble des interventions de vendredi, de même que Robert Schuddeboom, consul général de Hollande à Istanbul, et s'est montré très intéressé par le sujet. Il a offert une réception aux organisateurs et participants à l'issue de la journée d'ouverture.

Les présentations du vendredi 23 septembre ont été faites par le Prof. Dr Ahmet Haluk Dursun, secrétaire d'Etat du ministère de la Culture et ancien directeur des musées de Sainte-Sophie et de Topkapı, qui a évoqué les levantins d'Istanbul ; Rinaldo Marmara, historien officiel et attaché culturel de la Conférence épiscopale catholique turque et écrivain levantin, dont l'intervention a porté sur le langage commun, les traditions religieuses des levantins pérotes – habitants de Pera, ancien nom de Beyoğlu – et la tolérance et l'hospitalité dont ils ont bénéficié durant l'Empire ottoman ; puis Mert Sandalcı, écrivain spécialiste de l'histoire de la pharmacologie en Turquie qui a parlé des pharmacies levantines de Pera.

Samedi, des sujets aussi divers que les magnats levantins de la mer, l'emprise des biens étrangers dans la capitale ottomane, les librairies levantines de Pera, l'art et l'architecture de Pera et de Galata, l'héritage architectural levantin avec pour exemple celui laissé par Alexandre Vallaury, la musique apportée aux sultans par la famille Selvelli, les peintres d'Occident à Pera, la culture et l'éducation à Pera et Galata, apprendre et enseigner le turc à Beyoğlu, l'éducation chez les levantins et les écoles étrangères de Pera, la presse levantine de Beyoğlu... ont été abordés par les intervenants.

Ces derniers sont pour certains des levantins eux-mêmes, tel Fabrizio Casaretto et Jonathan Beard. D'autres, tel Quentin Compton Bishop, président de la fondation-mère à Londres, ou Luis Miguel Selvelli, ont des membres de leur famille qui le sont. D'autres encore comme Paolo Girardelli, Marie Bossaert, Luca Orlandi ou Norman Stone sont des chercheurs, écrivains, architectes... tous intéressés, voire passionnés par la richesse de l'héritage levantin laissé à Istanbul.

Les sorties ont attiré dimanche matin près de 90 personnes réparties en deux groupes pour admirer les places occupées ou construites par des levantins à Pera et Galata, visites fort intéressantes et menées par Paolo Girardelli et Luca Orlandi. L'après-midi, une bonne trentaine de curieux ont visité sous la conduite de Rinaldo Marmara le cimetière latin catholique de Feriköy, lieu pouvant être comparé à un véritable livre d'histoire à lui tout seul.

Dans les prochains mois, de nouvelles conférences et visites seront organisées par l'antenne stambouliote de la Fondation londonienne ainsi que des dîners pour Noël et carnaval.



Nathalie Ritzmann (http://lepetitjournal.com/istanbul) mercredi 28 septembre 2016
 
 

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus :

http://www.levantineheritage.com/

https://www.facebook.com/groups/1661603254123947/?fref=ts

 

 

 

L’EXPAT DU MOIS – Chehou Oussoumanou, sauveur de vies en Turquie

Venu à Istanbul il y a six ans pour étudier à l’université de Galatasaray, Chehou Oussoumanou travaille désormais pour la première entreprise turque dans le domaine de la santé. Il construit avec soin des ponts entre son pays d’origine, le Cameroun, et son pays de cœur.
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine