Istanbul

ISTANBUL – Encore une mosquée historique abîmée par des travaux

La construction d’une route piétonne en face de la mosquée Şemsi Paşa, érigée en 1580 par l’architecte ottoman renommé Mimar Sinan et située dans le quartier stambouliote d’Üsküdar, a provoqué des fissures dans le mur de l’édifice religieux. Pour cette raison, et suite à de nombreuses critiques, la municipalité a décidé d’interrompre et de réévaluer le projet.

Dans le cadre du plan d’urbanisation, voté en décembre 2016 par le Conseil municipal, une extension d’environ 12.000 mètres carrées doit être construite sur la mer. L’objectif, selon la municipalité, est de faciliter la circulation des piétons et de mettre en évidence les structures historiques. De nombreux opposants déplorent pourtant les dégâts sur la mosquée Şemsi Paşa : "Mimar Sinan nous aurait-il laissé la mosquée Şemsi Paşa s'il savait que nous la traiterions de cette façon?", se demande le professeur İlber Ortayli, cité par Hürriyet Daily News.

L'incident n'est pas inédit. En 2006, la construction controversée du centre commercial Demirören sur l’avenue Istiklal avait endommagé les murs de la mosquée Hüseyin Ağa, construite en 1597 par Şeyhülharem Hüseyin Ağa. La mosquée a finalement été rénovée en 2012 après une avalanche de critiques.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 23 juin 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

POLÉMIQUE – Un wagon de métro réservé aux femmes à Bursa

Un wagon de métro réservé aux femmes vient d’entrer en service à Bursa, dans le nord-ouest du pays, rapporte le quotidien Hürriyet. Baptisée "wagon rose", -- bien que le wagon en question soit de couleur verte comme le reste du métro --, cette initiative fait polémique. Ses opposants dénoncent un projet sexiste et discriminatoire.

"Ce n’est qu’une option pour les citoyens. Il ne s’agit pas de dire que les hommes et les femmes ne pourront plus se trouver dans un même wagon", a expliqué Recep Altepe, le maire de la ville. La municipalité a mis en place le projet deux mois après le lancement d’une pétition sur Change.org, intitulée "la fin des abus sexuels grâce au wagon rose" et signée plus de 3.600 fois. "Nos femmes ne doivent pas monter dans le métro dans la peur ou la difficulté, mais dans la paix et le confort", plaident les auteurs de la campagne, qui affirment vouloir réduire les cas de harcèlement sexuel commis par des hommes qui profitent des heures de pointe pour coller les voyageuses. Le wagon dit "rose", situé en fin de rame, n'est toutefois pas explicitement interdit aux hommes, selon le journal Hürriyet, qui constate que des hommes continuent d'y monter par ignorance du projet ou en signe de protestation.

A Bursa, un collectif de femmes s’est rassemblé pour protester contre la mise en place de ce wagon "rose" et prévoit de porter plainte. "La municipalité de Bursa, fait partie des villes ‘women-friendly’ mises en place par l’ONU pour l’égalité des genres. C’est aussi l’une des premières municipalités à avoir signé la charte européenne pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Que se passe-t-il maintenant ?", se demande Dilek Üzümculer, militante d’une association. "C’est une pratique sexiste, discriminatoire et violente. C’est insultant pour les femmes et cela les sépare de la société, objecte aussi Burcu Üzümcüler, responsable du collectif. C’est idiot. Le problème des métros bondés ne peut pas être une raison pour transporter les femmes dans un wagon séparé."

L’initiative n’est pas une première en Turquie. L’idée a même déjà été émise à Istanbul, notamment pour les metrobus, sans aboutir. Il y a deux ans, dans la province de Şanlıurfa (sud-ouest du pays), des bus publics réservés aux femmes ont été mis en service après le viol et l’assassinat d’Özgecan Aslan par un conducteur de dolmuş (minibus).

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) lundi 19 juin 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

PÉTITION – Le Français Mathias Depardon détenu en Turquie depuis un mois

Cela fait un mois que le photojournaliste français Mathias Depardon a été arrêté à Hasankeyf, dans la province de Batman, au sud-est du pays. Le Français établi en Turquie depuis cinq ans réalisait un reportage sur le Tigre et l’Euphrate pour le magazine National Geographic. Il est incarcéré dans un centre de rétention pour migrants à Gaziantep, près de la frontière syrienne. Il lui est reproché d’avoir travaillé sans carte de presse, délivrée tous les ans par les autorités turques. Selon ses proches, celle-ci était en cours de renouvellement mais son dossier semblait inhabituellement bloqué cette année. 

Près de 150 personnes, essentiellement des confrères journalistes, se sont rassemblés mercredi matin lors d’une manifestation de soutien, devant la mairie du IVème arrondissement de Paris. Une bâche de deux mètres de haut affichant le portrait du photographe a été accrochée au fronton du bâtiment. L’ONG Reporters sans frontières (RSF) et le comité de soutien ont aussi lancé une pétition appelant la remise en liberté immédiate du Français. “Le crime de Mathias Depardon, c'est d'avoir fait du journalisme. En cela, sa détention est illégitime et arbitraire, a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, sur le parvis de la mairie. Les droits du journaliste français sont totalement violés. Un arrêté d'expulsion a été prononcé. Il aurait dû être placé dans un avion de retour vers la France dans les 48 heures. Or, ce n'est toujours pas le cas.”

Le 23 mai, en marge d’un sommet de l’OTAN à Bruxelles, puis de nouveau le 3 juin lors d’un entretien téléphonique, le président français Emmanuel Macron a demandé à son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan d’examiner le cas du photojournaliste. Le photographe emprisonné avait entamé une grève de la faim de cinq jours avant de l’arrêter quand les visites lui ont été autorisées. Hier, la mère de Mathias Depardon, Danièle Van de Lanotte, et Christophe Deloire, se sont rendus à Gaziantep pour rencontrer le journaliste, accompagnés du vice-consul de France."Il est en forme", a indiqué l'ONG sur son compte Twitter. "A propos de sa détention à Gaziantep, le photographe Mathias Depardon a parlé à sa mère de son 'marathon d'émotions'", a écrit Christophe Deloire sur le réseau social. 

En 2017, la Turquie a été placée 155ème sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse par RSF.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 9 juin 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

POUR L’ÉTÉ – Quatre nouvelles lignes de vapur à Istanbul

Le Bosphore revêt ses habits d’été ! Pour que les Stambouliotes et touristes profitent davantage des beaux jours, quatre nouvelles lignes reliant les rives européenne et asiatique sont en service du 5 juin au 17 septembre : Eminönü-Sarıyer, Beykoz-Üsküdar, Ortaköy-Üsküdar et Bostancı-Karaköy. 

Pendant l’été, les visiteurs curieux de se rendre sur l’île de Sedef, l’une des îles des Princes pourront prendre le ferry jusqu’à Büyükada, depuis Bostancı, puis prendre un autre ferry gratuitement pour rejoindre l’île.

Enfin, pour découvrir la beauté de la ville depuis le détroit du Bosphore, il existe de nombreuses croisières comme le Nostaljik Tur (deux départs journaliers) ou le Kısa Boğaz Turu, plus court, (départ à 14h30, chaque jour, à Eminönü).

Retrouvez le détail des horaires de vapur ici.

Istanbul (http://lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 9 juin 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

APRES REINA ET SUADA – Troisième destruction le long du Bosphore

Après la discothèque Reina lundi dernier et l’île de Galatasaray (Suada) dimanche, la mairie d’Istanbul a détruit jeudi un troisième bâtiment érigé sur les rives du Bosphore, dans le quartier de Kuruçeşme, rapporte le quotidien Sabah.

Ce bâtiment moderne, situé juste en face de Suada sur l’avenue Muallim Naci Caddesi, appartenait à la société maritime Armona Denizcilik. Des employés y travaillaient lorsque les équipes de la mairie leur ont signifié dans la matinée l’ordre de démolition. Dans un communiqué, la municipalité a fait savoir que le bâtiment violait les règles d’urbanisme, en particulier la loi régissant les permis de construire le long du détroit du Bosphore (Boğaziçi Kanunu). Inauguré en 2009, il occupait une surface de 3.000 m2.

 

 

Istanbul (http://lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 2 juin 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 

BEYOĞLU, ANNEE 1958 – Il découvre son père dans un film français

L’histoire est racontée par le quotidien Habertürk. En cliquant sur une des nombreuses vidéos de “l’ancien Istanbul” qui circulent sur les réseaux sociaux, Osman Suat Özçelebi ne s’attendait pas à découvrir des images de son père datant de 1958.

A cette époque, Mehmet Serif Özçelebi était un jeune policier, agent de circulation sur l’avenue Istiklal, qui n’était pas encore piétonne. A la 50ème seconde de ce court film tourné, selon Habertürk, par une équipe de télévision française, on découvre le visage de cet homme aujourd’hui âgé de 85 ans, faisant la circulation devant la poste de Galatasaray (devenue le musée Galatasaray, situé juste en face du lycée francophone du même nom) :

 


Fransızların Çektiği Filmde Babasını Buldu paylaşan: haberler

 

Osman Suat Özçelebi, conseiller en communication politique, a raconté à Habertürk avoir montré ces images à son père, très ému de se découvrir ainsi 59 ans plus tard.

Istanbul (http://lepetitjournal.com/istanbul) mercredi 31 mai 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

FESTIVAL DE CANNES – Diane Kruger récompensée aux côtés du réalisateur germano-turc Fatih Akın

Le nouveau film In the Fade de Fatih Akın, en compétition du 70ème festival de Cannes n’a pas reçu la Palme d’Or. Mais le réalisateur germano-turc a pu se réconforter avec le prix d’interprétation féminine remportée lors de la cérémonie de clôture par Diane Kruger, qui joue le premier rôle. Pour son nouveau long-métrage, Fatih Akın s'est inspiré d'un scandale qui a touché l'Allemagne entre 2000 et 2007 : le groupuscule néonazi NSU aurait tué dix personnes, dont huit d'origine turque, perpétré deux attentats à l'explosif et quinze attaques à main armée.

Si le film de Fatih Akın a reçu un accueil mitigé dans la presse, Diane Kruger a été récompensée pour son premier grand rôle, dans lequel elle joue une mère de famille qui se venge après la mort de son mari d'origine turque et de leur fils de 6 ans, tués dans un attentat commis à Hamburg par des néo-nazis.

Fils d'immigrés turcs d'Allemagne, Fatih Akın –qui a la double nationalité allemande et turque- a fait de l'immigration un de ses thèmes de prédilection. Passionné par le cinéma dès le lycée, ses deux premiers courts-métrages, Sensin - du bist es! (1995) et Getürkt (1996), sont salués par la critique et sont couronnés par quatre récompenses. En 2004, il est reconnu pour la première fois à l'international au festival de Berlin, où il remporte l'Ours d'or. Depuis, ses films enchaînent les prix avec, en 2007, le prix du festival de Cannes pour son film De l'autre côté et le grand prix du jury à la Mostra de Venise 2009, pour Soul kitchen.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) mardi 30 mai 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 

LYCÉE PIERRE LOTI - Özgür Aşık : "Le projet d’agrandissement est la priorité"

Depuis la création du lycée Pierre Loti en 1942 par des parents d’élèves restés en Turquie pendant la guerre, les familles ont un rôle important dans cette école française d’Istanbul. Özgür Aşık, avocat en France et en Turquie, et président bénévole de l’association des parents d’élèves, a confié au petitjournal.com d’Istanbul les priorités pour la rentrée prochaine.
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine