Manille

ECONOMIE - PhilJets, une entreprise en pleine croissance

PhilJets a démarré son activité début 2013 comme société de service aéronautique, avant de racheter une compagnie de transport aérien proche de la liquidation et d’y ajouter un hélicoptère en gestion. Depuis, l’entreprise ne cesse de se développer. Aujourd’hui, PhilJets exploite six hélicoptères et vient de recevoir son deuxième jet d’affaires. L’entreprise souhaite en effet développer son expertise dans l’aviation d’affaires, tout en maintenant l’excellente croissance de ces trois dernières années sur l’ensemble de ces activités.

2016, une année sous le signe de la croissance

PhilJets est déjà devenu un des leaders dans l'aviation d'affaires aux Philippines. Œuvrant auprès de secteurs aussi variés que le transport de VIP, le tourisme, la logistique pour l’exploitation minière, le transport de cargo, l’aide humanitaire ou l’évacuation médicale, l’entreprise a bénéficié par contrecoup de la croissance des entreprises locales et internationales aux Philippines et a su tiré son profit de son positionnement axé sur la qualité et le standard international dans l’archipel philippin.

En 2016, PhilJets a atteint un chiffre d’affaires de plus de 90 millions de pesos, enregistrant ainsi une croissance record de 90 % par rapport à 2015 (en 2015, la croissance avait déjà été de 77% par rapport à 2014). Au cours du dernier trimestre 2016, PhilJets, via sa maison-mère singapourienne Starline Global Industries, a signé avec Airbus Hélicoptère un contrat d’achat pour deux nouveaux hélicoptères H130, prévus pour livraison au deuxième semestre 2017.

L’entreprise a également élargi son réseau en créant des partenariats avec des marques de luxe telles que Aston Martin, Ferrari ou Jewelmer Joaillerie, avec des hôtels 5 étoiles comme le Sofitel, le Péninsula Hotel et le Conrad Hotel ou encore avec des institutions financières telle que Citibank.

Pour obtenir de tels résultats, PhilJets a, durant cette même année, continué à consolider sa clientèle et à structurer son équipe, réussissant à attirer de nouveaux directeurs et des pilotes expérimentés. On retiendra notamment, parmi les nouveaux membres, le capitaine Eduardo Bonavente, directeur des opérations et Lawrence Santos, directeur de la maintenance, qui travaillaient tous deux dans l'industrie pétrolière et gazière en Asie et en Afrique.

"Comme nous grandissons, nous fournissons des emplois de hautes compétences à plus de personnes. Nous avons formé plusieurs douzaines d'ingénieurs, qui ont eu la chance de partir à l'étranger pour un meilleur avenir. Mais, bien sûr, notre objectif est de pouvoir les garder aux Philippines ou de ramener les talents chez nous pour leur fournir des carrières fructueuses. Nous avons déjà réussi à le faire avec quelques-uns mais nous pouvons faire plus", explique Thierry Tea, président fondateur de la société et ancien plus jeune patron de filiale du groupe Airbus.

2017, une année pleine de promesses et de projets

C’est avec son premier jet d'affaires, un Cessna Citation XLS +, que PhilJets a donné le coup d’envoi pour 2017, une année qui confirme déjà la dynamique de croissance et de développement. Cet avion est l’avion d’affaires le plus vendu de Cessna et est considéré comme l’un des appareils les plus performants dans sa catégorie. Avec ses 8 passagers confortablement installés, ce jet est idéal pour des vols locaux et régionaux. Fin février, PhilJets a pris également la livraison d’un Bombardier Challenger 350, super jet d’affaires de taille moyenne équipé d’une technologie de pointe. Cette livraison confirme l’entrée de PhilJets sur le marché des jets d’affaires.

Mais 2017 devrait aussi voir la poursuite d’une croissance significative pour PhilJets dans le domaine des hélicoptères avec la livraison de 4 nouveaux appareils. PhilJets recevra en effet la livraison des deux Airbus H130, d’un Bell 407 GXP et attend son premier hélicoptère bi-moteur VIP H145 pour le quatrième trimestre.  

"Nous allons parvenir à une flotte de 10 hélicoptères et 2 jets d’affaires en cette année des 70 ans des relations d’amitiés France-Philippines, et il s’agit pour PhilJets, d’un tournant important dans notre courte existence. Nous allons continuer à fournir un standard de haute qualité avec la french touch, tout en alliant le sourire et la chaleur du service clientèle réputé des philippins.", précise Thierry Tea.

PhilJets œuvre en effet pour aligner ses services sur un standard international. Ses pilotes ont une très forte expérience de vol (avec presque 10,000 heure de vol pour certains pilotes) et ses équipages sont parfaitement entrainés à assurer la maintenance de leur appareil : les clients sont donc assurés de se trouver entre les mains de véritables professionnels.

En comparaison, parmi d’autres pays d’Asie, avec Singapour, Hong-Kong, la Thailande ou l’Indonésie, les Philippines ont encore une image qui reste à développer. PhilJets en a fait un objectif prioritaire pour pouvoir contribuer au développement de l’aviation d'affaires dans le pays. Mais l’entreprise projette déjà de développer son activité non seulement dans plusieurs régions des Philippines mais aussi à l’extérieur du pays, en Asie du Sud Est.

Pour 2017, PhilJets vise ainsi une augmentation des ventes de plus de 60 %, atteignant ainsi un chiffre d’affaires de 150 millions de pesos. Un joli défi pour l’entreprise ! D’autant plus que les coûts opérationnels et de maintenance sont hauts et qu’il faut constamment investir dans la formation des pilotes et des techniciens.

"Nous sommes dans une industrie qui exige des ressources énormes (des hommes, des actifs, des équipements, des infrastructures, des systèmes). Nous avons commencé avec une employée et allons avoir plus de 55 employés cette année. Si nous n’atteignons pas une certaine taille critique, il est difficile d’être rentable, car la technologie se développe très vite avec marché très concurrentiel," explique Thierry Tea.

Si les prévisions de l’entreprise sont confirmées avec une valeur d’actifs en gestion de 2.5 milliards de pesos soit 63.5 millions de dollars (dont 30 millions de dollars de machines françaises) contre 816 millions en 2016), les Philippines apparaîtront sur la carte des leaders de l’aviation d'affaires en Asie.

En cette quatrième année d’opérations, l’entreprise n’est déjà plus une simple start-up : elle est devenue un des principaux acteurs dans l'industrie aéronautique d'affaires de la région. Une belle aventure qui continue pour cet ancien cadre dirigeant d’Airbus qui a vendu quelques 70 hélicoptères et contribué à la vente de plus de 80 avions commerciaux aux Philippines, dont plus du tiers après avoir quitté le constructeur européen. Les ventes d’appareils sont toutefois toujours d’actualité puisque lors de la dernière convention HeliExpo à Dallas début Mars, un accord de partenariat a été signé avec le groupe Rotortrade. PhilJets et sa maison mère Starline a donc accès à un inventaire exclusif pour ses clients. De BtoB à BtoC, PhilJets est plus que jamais le one-stop-shop aéronautique aux Philippines.

A 35 ans, Thierry Tea, devenu en 4 ans sérial-entrepreneur puis investisseur, soutient à présent, l’entrepreneuriat à travers ses rôles de co-fondateur et Ambassadeur de la French Tech Philippines, de co-fondateur de l’écosystème accélérateur de startups WeCube, d’associé dans la société de conseil en investissement Index Asia ou encore de CEO dans holding d’investissement Tearus Group tous créés en 2016. Le dernier né en 2017, Negocia Group, agence de marketing digital pour PME, va accompagner le développement de PhilJets.

A chaque fois, PhilJets a accompagné la création et le début de ces nouvelles entités pour les mettre sur les plans de vol vers la croissance et le succès.

"On est tous de passage sur terre pour une durée limité, c’est donc important d’aider les jeunes à se développer et de contribuer comme on peut pour les prochaines générations.", conclut le jeune mentor.

Karine CAMART (www.lepetitjournal.com/manille) lundi 13 mars 2017

 
A la Une à Manille

PORTRAITS DE FEMMES – Les leçons de vie de Gervaise

Avec Gervaise, entrons dans le quotidien des ouvrières du 19ème siècle ! Gervaise, héroïne de L'Assommoir, roman d’Emile Zola, est en effet un personnage emblématique du 19ème siècle. Mais elle nous donne des leçons de vie toujours d’actualité aujourd’hui.

SCIENCES – Histoires d’eau

L’eau courante est aujourd’hui un service courant dans les pays développés et un critère de développement des pays émergents. Mais saviez-vous que la…
Une internationale

PIERRE RABHI & JULIETTE DUQUESNE – "On est en train de privatiser le vivant"

Tour à tour essayiste, philosophe, poète, ou encore agriculteur bio, Pierre Rabhi co-signe avec la journaliste Juliette Duquesne les deux premiers ouvrages d’une nouvelle collection : « Carnets d’alerte ». S’attaquant au sujet de la faim dans le monde, mais aussi à l’épineuse question des semences, « dont on parle peu, mais qui est pourtant à la base de la vie », ils analysent et décryptent ensemble ces deux sujets, avec le but affiché d’en…
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Communauté

LE LAB-NC – Un magazine participatif

La Nouvelle-Calédonie, plus qu’ailleurs, prépare le nouveau paradigme et elle devrait avoir toutes les chances d’y parvenir. Laboratoire…
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine