CONDUITE – Passer le permis en Grande-Bretagne

Volant à droite, conduite à gauche, sur les routes anglaises les froggies regardent les rosbifs avec des yeux ronds…Pourtant, certains familiers de la conduite à droite se lancent dans la grande aventure du permis en Grande Bretagne. Impossible? Pas français…

(Crédit : Corbis)

Petit rappel pour commencer : l'hexagone n'est pas complètement étranger à la conduite à gauche, pratiquée en France jusqu'à ce que Napoleon 1er impose le passage à droite. Mais revenons à nos Britons… Pour passer son permis en Angleterre il faut avoir plus de 17 ans et résider au Royaume-Uni.
Première chose : se procurer une "provisional license" pour laquelle vous pouvez vous enregistrer en ligne ou vous procurer un formulaire dans un Post Office. Celle-ci vous autorise à apprendre à conduire et est indispensable pour se présenter aux examens. Elle vous coutera 50 pounds payables par carte bancaire ou chèque et il vous faudra fournir une pièce d'identité, votre National Insurance number et des justificatifs de toutes vos adresses occupées pendant les trois dernières années.

Le provisional license

Lorsque l'on reçoit sa provisional license, on peut conduire ! Il suffit d'être accompagné d'une personne ayant son permis depuis 3 ans. Il est donc possible d'apprendre avec un ami ou un parent et de faire des économies…Le véhicule que vous conduisez doit simplement avoir un autocollant L à l'avant et à l'arrière.

Vous pouvez aussi passer par une auto-école. Les apprentis moniteurs facturent souvent leurs cours moins chers que les confirmés. On les différencie grâce à leur carte délivrée par la DSA (Driving Standards Agency) : sur celle des apprentis, il est écrit "licensed trainee" et sur celle des confirmés,"approved driving instructors". Les prix pratiqués par les auto-écoles varient d'une région à l'autre, en moyenne une heure de conduite vaut un peu plus de 20 pounds. Pour vous aider à choisir une auto-école vous pouvez regarder sur les pages jaunes, le site de la Driving Standards Agency, ou sur le site de direct gov.
Contrairement à la France, le candidat peut commencer les cours de conduite sans avoir obtenu le code dont l'apprentissage se fait de façon complètement indépendante, avec des livres et un DVD. "Le mieux est de choisir ceux proposés par la DSA" explique Zak, moniteur d'auto-école a Londres.

Les examens pratiques

Passer l'examen théorique coûte 31 livres, il a lieu dans un centre agréé, sur un ordinateur et se compose de 2 parties : un QCM de 57 minutes comportant 50 questions. Il faut 43 bonnes réponses pour valider. La seconde partie, appelée "hazard perception" dure 20 minutes et permet de tester le candidat face à toutes sortes de dangers présentées sous forme de 14 clips vidéos. Plus tôt le candidat les déclare (en cliquant) plus il marque de points, il faut un score de 44 sur 75 pour valider ce volet. Le candidat s'entraîne au préalable grâce à un DVD, il doit valider les 2 parties de la théorie, et tout repasser s'il en rate une. Verdict immédiat après l'épreuve. Vous pouvez vous procurer plusieurs supports ici pour vous entrainer.

Le code en poche, l'élève peut s'inscrire à l'examen pratique quand son instructeur le juge prêt. Le test vaut entre 62 et 75£ en fonction du moment de la semaine pendant lequel vous décidez de le passer. Durant 10 minutes, le candidat roule librement et décide de ses actions, et pendant une demi-heure, il conduit sous les ordres de l'examinateur, qui choisit une manœuvre à exécuter, par exemple prendre un coin de rue en marche arrière. Une fois le test terminé, il faut passer un test oculaire et répondre à deux questions mécaniques posées par l'examinateur. C'est lui qui vous dit directement si le test est réussi. Si tel n'est pas le cas, il est possible de le repasser 10 jours plus tard. Good luck!

Normandie Hoche (www.lepetitjournal.com/londres) mardi 22 janvier 2013

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

 

Pour plus d'infos, rendez-vous ICI

Quelques adresses pratiques :

Permis de conduire

En vertu des dernières directives européennes, le permis de conduire français est reconnu en Grande-Bretagne. Contacter le Consulat de France à Londres pour tout renseignement :

21 Cromwell Road,
London SW7 2EN
Tél. : 00 44 207 073 1200

Ministère des Transports

Pour tout ce qui concerne les limites de vitesse et règles de conduite, consultez le site du Driving & Vehicule Licencing Agency.

Code de la route

Renseignez-vous sur ce site gouvernemental The Highway Code.

Législation, apprendre à conduire, importation et exportation des véhicules

La Driving & Vehicule Licencing Agency (DVLA) s'occupe de tout ce qui concerne la législation des véhicules automobiles en Grande-Bretagne.

Équipement et assurance

Vous trouverez tous renseignements sur ces sites:

Conduire un véhicule immatriculé en France au Royaume-Uni

Dans les six mois qui suivent votre arrivée au Royaume-Uni, il faut procéder à l’immatriculation du véhicule en Grande-Bretagne auprès du "Vehicle Registration Office" proche de votre résidence (liste disponible dans les bureaux de poste), en demandant l’imprimé V 100. Le véhicule doit alors être assuré en Grande-Bretagne.

Pour tout renseignement, contacter :

Driver & Vehicle Registration Licencing Agency 
Foreign Licence Section
Longview Road,
Swansea SA6 7JL
Tel. : 00 44 1792 772 151/34
Fax : 00 44 1792 783 071   

#REVIENS LEON – Rencontrez les fondateurs

Le programme organise un Meet-up le 02 juillet, au Garage Soho, à Londres. Seront présents Paulin Dementhon (CEO de Drivy), Julien Hervouët (CEO d’iAdvize) et Frédéric Mazzella (CEO de BlaBlaCar). L’évènement sera animé par Jean Viry-Babel, CEO de FrogValley. L'occasion de (re)découvrir #REVIENSLEON et de rencontrer les membres du programme.

TRACES - L’Art laisse des traces et nous éblouit

7 comédiens comme les « 7 doigts de la main ». Une compagnie Québécoise, multi disciplinaire crée un spectacle à vous couper le souffle mélangeant acrobaties, poésie, chanson, tendresse et cirque.
Une internationale

ALAIN BENTEJAC – « La compétitivité est un enjeu majeur

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

ALAIN BENTEJAC – « La compétitivité est un enjeu majeur

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine