Vie quotidienne

SÉCURITÉ SOCIALE À L’ÉTRANGER – La CFE à la conquête de nouveaux clients

 

La CFE est en mouvement et tient à le faire savoir ! A près de 40 ans, la Caisse de sécurité sociale des Français de l'étranger engage de nombreux chantiers pour simplifier ses procédures, proposer des offres plus compétitives et adaptées à l'expatriation d'aujourd'hui, et améliorer son service client.

Avec 200.000 clients partout dans le monde, forte d'un nouveau président, Alain-Pierre Mignon, d'un nouveau conseil d'administration, et d'un directeur -Laurent Gallet (photo) - fraîchement nommé, la Caisse des Français de l’Étranger entend s'adapter à son environnement, aux besoins et attentes de ses clients.  

Créé en 1978, la CFE est une caisse de sécurité sociale exerçant  une mission de service public. Elle couvre trois risques : l'assurance maladie/maternité, les accidents du travail/maladie professionnelle pour les salariés, et le risque vieillesse. S’agissant de ce dernier risque, seule la CFE collecte en effet des cotisations pour le compte du régime général de la Sécurité sociale afin d’acquérir des trimestres dans ce régime.  Malgré cette dimension de service public, il est facultatif d’adhérer à la CFE lorsque l’on réside hors de France.

Laurent Gallet, son directeur, nous expose les défis auxquels la CFE doit faire face : "La CFE a été créée essentiellement pour répondre aux besoins des entreprises qui expatriaient leurs salariés et voulaient leur garantir des droits équivalents à ceux qu'ils avaient en France. Mais aujourd'hui notre portefeuille se répartit à peu près à égalité entre des salariés pris en charge dans le cadre d'une entreprise qui expatrie et des salariés qui adhèrent à titre individuel. Le volume des clients de la CFE venus des entreprises est en diminution. Les entreprises recrutent beaucoup plus en contrat local. En revanche, de plus en plus de Français partent à l'étranger, des retraités, des jeunes qui cherchent du travail, des créateurs d’entreprises, qui n'ont pas tous conscience de la nécessité de s'assurer. Nous devons nous faire connaître auprès d'eux, et avoir des produits et des services qui répondent aux attentes de ces différentes populations."

Maintien des valeurs et spécificité de la CFE

Offre spéciale pour adhérer à la CFE jusqu'au 28 février 2017

Afin de faciliter l’accès à une protection sociale à la française, la CFE a décidé de suspendre l’application du principe de rétroactivité des cotisations. L’économie potentielle pour les nouveaux adhérents pourrait donc être importante.

Cette mesure exceptionnelle sera appliquée à toute demande d’adhésion intervenant avant le 28 février 2017.
En savoir plus en cliquant ici

La CFE a un certain nombre d'atouts par rapport à des mutuelles ou des assureurs. "Nous assurons la continuité des droits entre le système français au départ et en retour d'expatriation, nos clients sont assurés jusqu'à ce que le régime général les prenne en charge, à l’issue du délai de carence de 3 mois au retour, rappelle Laurent Gallet. De plus, on peut rejoindre la CFE sans questionnaire médical et à n’importe quel âge. 

Pourtant, la CFE est régulièrement la cible des critiques de ses adhérents : "Ces critiques et cette insatisfaction sont souvent justifiées ; nous avons  des délais de remboursement trop longs, nos services en ligne sont insuffisants, notre système de tarification est peu lisible, le nombre de justificatifs demandés est très élevé, les changements de situation, notamment le passage à la retraite, sont très complexes à gérer". Face à ce constat, plusieurs chantiers sont d'ores et déjà engagés.

Prise en charge des frais hospitaliers en tiers-payant, à taux fixe, sur frais réels

Depuis le 1er janvier 2017, la CFE réalise une expérimentation en Thaïlande en association  avec IMA assistance, qui propose une offre beaucoup plus large d'hôpitaux conventionnés et une  disponibilité  24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour répondre aux patients qui doivent être hospitalisés. "Le taux de prise en charge de 80% en tiers-payant est supérieur au taux moyen que nous  faisions en Thaïlande, explique Laurent Gallet. Nous remboursions sur la base des règles du système français, ce qui était complexe et ne permettait pas d’indiquer à l’avance au client son taux de prise en charge. On a là une simplification et une meilleure prise en charge dans un nombre d'hôpitaux beaucoup plus large. Notre assistant est un vrai professionnel, connaît tous les hôpitaux et est très présent dans tous les pays du monde."  Ce taux de 80% comprend tous les frais inhérents à une intervention. En revanche, pour l'ambulatoire ou la consultation de spécialistes, ainsi que pour tous les autres cas, on reste sur le schéma habituel : avance de frais et remboursements ensuite.

" Si cette expérimentation fonctionne bien, avec un service apprécié et sans surcoût important généré, nous sommes susceptibles de la généraliser très rapidement courant 2017 à d'autres pays pour élargir ensuite le champ d'expérimentation dans le monde entier. Le taux de prise en charge pourra être  différent selon les pays : là où les frais d'hospitalisation sont beaucoup plus élevés.  on ne pourra pas garantir 80%. Aux Etats-Unis, par exemple, ce sera un taux moindre - c'est le cas aujourd'hui - par rapport au coût réel de l'hospitalisation."

Les clients gardent néanmoins leur liberté de choix. S'ils décident d'être opérés dans un hôpital non conventionné IMA, il n'y a pas de tiers-payant, ils avancent les frais et sont ensuite remboursés. Les ALD (affections longue durée) sont des pathologies jusque-là remboursées à 100% du tarif France par la CFE. Avec ce nouveau système, elles seront prises en charge à 80% en tiers-payant, IMA ne disposant pas du dossier médical. Mais "dans un deuxième temps, on traitera la question en lien avec le client pour que la prise en charge se rapproche de 100% par rapport à un tarif France", assure Laurent Gallet.

Digitalisation et simplification des démarches

"Nous réorientons notre programme informatique pour favoriser les offres de services en ligne. La première priorité est de permettre d’adhérer à la CFE en ligne sans envoyer de courrier, déjà possible pour les salariés et les étudiants , et qui sera étendue à l’ensemble de notre clientèle dans un second temps explique le directeur. A partir du printemps 2017,  nos clients pourront renseigner les feuilles de soins et télécharger les justificatifs médicaux en ligne. Cela permettra un gain de temps en termes de remboursement. C'est un élément très fort de simplification pour eux. Notre site internet sera totalement refondu d'ici la fin de l'année. On pourra faire toutes les démarches en ligne, accéder à un compte personnel sécurisé qui sera enrichi par la plupart des courriers que l'on échange par voie postale. On vise à limiter au maximum les échanges papier. L’offre de paiement en ligne sera également accrue.

Autre avancée importante, "en 2018, les clients de la CFE qui viendront se faire soigner en France pourront utiliser leur carte vitale. On pourra la conserver lors d'une expatriation, l'utiliser quand on va chez le médecin en France. Cela facilitera également le retour des expatriés ".

Refonte des tarifs

Selon le directeur de la CFE, la Caisse n'est pas compétitive pour certaines catégories, et notamment pour les jeunes salariés. "Nous allons délivrer une offre en direction des jeunes au printemps. Pour toutes les catégories de jeunes de moins de 30 ans, nous allons proposer un tarif unique, que l'on soit salarié ou pas.  Ce tarif défiant toute concurrence est le plus bas de la grille actuelle, et correspond à l’actuel  tarif étudiant. Il suffira de fournir un justificatif de son âge pour en bénéficier".

Dans certains pays, l'intérêt d'être à la CFE est relatif, car il y a localement un bon niveau de couverture obligatoire. Pourtant les Français aiment bien se faire soigner dans notre pays, où ils connaissent bien le système de soins et leurs spécialistes "Nous réfléchissons à un produit "France", moins cher que les tarifs d'aujourd'hui, qui permettrait de venir se faire soigner en France en complément du système de protection sociale du pays de résidence. En Angleterre, par exemple, vous êtes obligé de cotiser mais le système de soins anglais a mauvaise réputation, et beaucoup de nos compatriotes reviennent se faire soigner en France. Une telle offre répondrait à ce besoin."

A partir de 2018, la CFE proposera une nouvelle grille de tarification très largement basée sur l'âge, et moins sur le revenu. "Il y aura toujours une catégorie aidée car nous sommes un service public  et la logique de solidarité existe pour ceux qui ont des ressources faibles. Pour les autres, la cotisation sera proportionnelle à l'âge et la composition de la famille rentrera en ligne de compte. Nous allons coupler l'âge avec une dimension de fidélisation (la rétroactivité va disparaître): Au bout de quelques années d’adhésion à la CFE, vous aurez un pourcentage important de réduction par rapport à celui qui commencera juste à cotiser, à âge équivalent."

"Le cas des retraités est un cas particulier car ils sont couverts en France par la Sécurité sociale en contrepartie d’une cotisation obligatoire. S’ils vivent à l’étranger et choisissent d’adhérer à la CFE, une cotisation supplémentaire proportionnelle à la pension leur est réclamée. Nous serons en mesure de leur proposer un tarif moins élevé , qui ne les couvrira qu'à l'étranger". 

Avec la mise en place d'une organisation centrée sur le client, Laurent Gallet ne doute pas de répondre à leurs attentes : "Avec des produits attractifs, des services plus fluides, de meilleure qualité, et une prise en charge plus lisible en termes d'hospitalisation, tout le monde devrait s'y retrouver. 2017 sera une année de transition. Notre objectif, c'est de devenir en trois ans une référence d'excellence."

MPP (www.lepetitjournal.com) mercredi 15 février 2017

Comment bien préparer votre départ à l’étranger : santé, travail, fiscalité, retraite … ? Le salon « S'Expatrier, Mode d'Emploi », dont la CFE est l'un des organisateurs, se tiendra le 10 mars 2017 à la Cité Universitaire de Paris.

Les Trophées des Français de l’étranger organisés par Lepetitjournal.com seront remis le 7 mars 2017 à Paris. La CFE, partenaire de cet évenement, remettra comme chaque année le Trophée CFE Humanitaire et Social
Voir le profil des finalistes : Trophée CFE Humanitaire et Social - Les finalistes

 
Expat 

MUSIQUE FRANÇAISE – Kungs, David Guetta.. Ces Français qui enflamment les soirées du monde entier

Vous vous demandez sans doute quel peut être le point commun entre : Kungs, Justice, Ibeyi, MHD, Christine and the Queens ou encore Maître Gims ? A priori aucun et pourtant… Tous ces artistes à l’univers musical bien différent les uns des autres ont réussi à soulever des foules bien loin de l’hexagone. Cette sélection très éclectique, allant du rap à l’électro en passant par la pop, montre bien la vitalité et surtout la diversité du paysage…

EXPAT GUIDE – Les bons plans font peau neuve

Pour être toujours plus proche de vous et de vos envies, lepetitjournal.com renouvelle son mini-site des bons plans en lançant dès aujourd’hui : Expat Guide. Une nouvelle plateforme plus moderne, plus visuelle, et plus pratique pour mettre en avant…
Une internationale

MUSIQUE FRANÇAISE – Kungs, David Guetta.. Ces Français qui enflamment les soirées du monde entier

Vous vous demandez sans doute quel peut être le point commun entre : Kungs, Justice, Ibeyi, MHD, Christine and the Queens ou encore Maître Gims ? A priori aucun et pourtant… Tous ces artistes à l’univers musical bien différent les uns des autres ont réussi à soulever des foules bien loin de l’hexagone. Cette sélection très éclectique, allant du rap à l’électro en passant par la pop, montre bien la vitalité et surtout la diversité du paysage…
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine