SOCIETE - Noël à Kliptown


Les routes de Johannesburg se vident, les vitrines des magasins se parent de couleurs festives, chacun s’affaire aux derniers préparatifs avant les vacances. A Kliptown, à 15 kilomètres au sud de Johannesburg, les résidents du township célèbreront les fêtes de fin d’année sous un soleil rayonnant avec des températures estivales frôlant les 30 degrés. Ce sera l’occasion pour la majorité d’entre eux de se réunir en famille autour d’un bon repas. Pour Evah, Maguy, Sonto, Nhlanhla, Pumlane, Namhla et NK rencontrés lors d’une visite de la maison de jeunes et de la culture Little Rose, c’est à l’unanimité un moment de joie. 



Pour Evah, 40 ans, mère de trois garçons, « c’est un moment de joie mais aussi de calme ». Elle se rend à l’église, où les enfants reçoivent des cadeaux du pasteur, puis elle se prépare à accueillir sa famille élargie ; au menu du riz au potiron accompagné de viande.

Maguy, 77 ans, appelée Ouma par les membres de la communauté (terme de respect signifiant grand-mère en Afrikaans), tient un spaza shop, petite supérette locale. Friande de bons plats, elle concocte chaque année un menu de saison différent avec de la viande froide, de la salade et de la pastèque avec de la glace, sans oublier une sélection de gâteaux typiques du Cap d’où elle est originaire pour la joie de ses trois petits-enfants et des plus grands. Installée à Kliptown depuis 47 ans, elle passe un Noël sur deux dans sa ville natale.

« Noel me rend heureuse » dit Nonto, originaire du KwaZulu Natal, avec un grand sourire. Le jour de Noel, elle enfile son uniforme bleu et blanc, comme tous les dimanches, pour se rendre à la messe matinale de l’église zioniste du quartier. Sa famille la retrouve chez elle, où elle propose du mogodu, un ragoût de tripes, du poulet, du pap et du pain.

« C’est un moment où le temps s’arrête et où les gens voyagent pour se retrouver en famille » explique Nhlanhla, jeune trentenaire de Kliptown impliqué à Little Rose. Il s’affaire le 24 décembre pour préparer le picnic de Noël qui se tient dans le parc du quartier.

Pour Pumlane, un jeune employé par la municipalité, le jour de Noël a une connotation religieuse, c’est un jour de réjouissance car c’est le jour de la naissance de Jésus mais aussi car il rentre chez lui dans le KwaZulu Natal pour retrouver les siens. C’est sur un fond de mer et de plage, précisément sur la South Beach, que se déroule le « braai » familial accompagné de pap, glace, yaourt et boissons fraiches, où chacun s’offre des chocolats et friandises !

Comme Nhanhla, Namhla, 24 ans, est née à Kliptown. Elle passe les fêtes dans un village de la province de l’Eastern Cape où sa grand-mère vit. Alors que les hommes nettoient la cour où se déroule le déjeuner, les femmes cuisinent du poulet, des légumes vapeur (pour la doyenne qui n’a plus beaucoup de dents), des tartes aux fruits, de la crème anglaise et de la gelée et des scones. Une fois les préparations achevées, la famille se détend. Les plus jeunes vont se baigner dans la piscine du bed and breakfast où sa tante travaille, si le temps le permet.

Cette année, NK, 28 ans, se rendra à Durban avec sa petite amie et leur fille née en juin. Il rattrape le temps perdu avec ses proches. C’est un moment d’échange et de partage, où l’on offre des vêtements neufs et branchés aux enfants et aux jeunes. « Les cadeaux sont importants pour les jeunes, si nous n’achetons pas de cadeaux, nous aurons des ennuis » !

Informations sur la crèche et l’orphelinat Little Rose
Créé en 1997, Little Rose est une organisation à but non-lucratif qui accueille 18 jeunes sans famille. C’est également une école maternelle où 80 enfants des alentours sont pris en charge et nourris. Little Rose est aussi une école des devoirs, où les enfants reçoivent un soutien scolaire. La devise du centre « I received, I give back » implique qu’il ne fonctionne que grâce à l’aide de bénévoles qui s’impliquent car ils y ont été aidés étant jeune, ou qui en échange d’un repas, donne un coup de main selon leurs compétences.
Facebook

Propos recueillis par Carole Sudrow, présidente de Jobourg Accueil

www.lepetitjournal.com/johannesbourg Mercredi 21 décembre 2016 (Rediffusion)

Crédits photos (de gauche à droite et de haut en bas) : Evah, Maguy, Sonto, Namhla, Nhlanhla, Pumlane, NK

Restez en contact !
lpj.joburg@gmail.com
facebook : LPJJohannesbourg
twitter : LPJJohannesburg
www.lepetitjournal.com/johannesbourg

 
Johannesbourg

BASTILLE DAY – Place aux artistes sud-africains à l’Ambassade de France

Le 14 juillet, les citoyens français du monde entier se rassemblent pour célébrer la fête nationale du pays en commémoration de la prise de la Bastille et la fin de la monarchie absolue. A Pretoria, l’Ambassadeur de France en Afrique du Sud, S.E. Christophe Farnaud, et son équipe avaient réservé de belles surprises à ses 900 invités.

JUILLET - L'hiver à Joburg

C'est l'hiver, les températures se rafraichissent mais Joburg ne se laisse pas abattre par un petit coup de froid ! Des événements pour ceux qui…

COUP DE COEUR – Le ski en Afrique !

Oui c’est possible de chausser une paire de ski et de faire une descente sur une piste en Afrique ! Juliette de Poncins est partie à Afriski, une…
Actualité Afrique du Sud

SABC - Mort subite d'une jeune journaliste sous pression

Son nom ne vous dira rien. Elle s’appelait Suna Venter. Elle a été retrouvée morte chez elle jeudi 29 juin 2017. Un arrêt cardiaque. A trente-deux ans. Un procès avec son ancien employeur, la chaîne publique SABC venait de conclure à sa réintégration (avec sept de ses camarades) et au paiement de dommages et intérêts. Sa vie professionnelle pouvait recommencer, mais son corps a abandonné la partie. Quels sujets tellement délicats avait-elle traités pour mettre sa santé à risque ? Des trafics d’armes, de diamants, des génocides ?
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine