SOCIETE - Noël à Kliptown


Les routes de Johannesburg se vident, les vitrines des magasins se parent de couleurs festives, chacun s’affaire aux derniers préparatifs avant les vacances. A Kliptown, à 15 kilomètres au sud de Johannesburg, les résidents du township célèbreront les fêtes de fin d’année sous un soleil rayonnant avec des températures estivales frôlant les 30 degrés. Ce sera l’occasion pour la majorité d’entre eux de se réunir en famille autour d’un bon repas. Pour Evah, Maguy, Sonto, Nhlanhla, Pumlane, Namhla et NK rencontrés lors d’une visite de la maison de jeunes et de la culture Little Rose, c’est à l’unanimité un moment de joie. 



Pour Evah, 40 ans, mère de trois garçons, « c’est un moment de joie mais aussi de calme ». Elle se rend à l’église, où les enfants reçoivent des cadeaux du pasteur, puis elle se prépare à accueillir sa famille élargie ; au menu du riz au potiron accompagné de viande.

Maguy, 77 ans, appelée Ouma par les membres de la communauté (terme de respect signifiant grand-mère en Afrikaans), tient un spaza shop, petite supérette locale. Friande de bons plats, elle concocte chaque année un menu de saison différent avec de la viande froide, de la salade et de la pastèque avec de la glace, sans oublier une sélection de gâteaux typiques du Cap d’où elle est originaire pour la joie de ses trois petits-enfants et des plus grands. Installée à Kliptown depuis 47 ans, elle passe un Noël sur deux dans sa ville natale.

« Noel me rend heureuse » dit Nonto, originaire du KwaZulu Natal, avec un grand sourire. Le jour de Noel, elle enfile son uniforme bleu et blanc, comme tous les dimanches, pour se rendre à la messe matinale de l’église zioniste du quartier. Sa famille la retrouve chez elle, où elle propose du mogodu, un ragoût de tripes, du poulet, du pap et du pain.

« C’est un moment où le temps s’arrête et où les gens voyagent pour se retrouver en famille » explique Nhlanhla, jeune trentenaire de Kliptown impliqué à Little Rose. Il s’affaire le 24 décembre pour préparer le picnic de Noël qui se tient dans le parc du quartier.

Pour Pumlane, un jeune employé par la municipalité, le jour de Noël a une connotation religieuse, c’est un jour de réjouissance car c’est le jour de la naissance de Jésus mais aussi car il rentre chez lui dans le KwaZulu Natal pour retrouver les siens. C’est sur un fond de mer et de plage, précisément sur la South Beach, que se déroule le « braai » familial accompagné de pap, glace, yaourt et boissons fraiches, où chacun s’offre des chocolats et friandises !

Comme Nhanhla, Namhla, 24 ans, est née à Kliptown. Elle passe les fêtes dans un village de la province de l’Eastern Cape où sa grand-mère vit. Alors que les hommes nettoient la cour où se déroule le déjeuner, les femmes cuisinent du poulet, des légumes vapeur (pour la doyenne qui n’a plus beaucoup de dents), des tartes aux fruits, de la crème anglaise et de la gelée et des scones. Une fois les préparations achevées, la famille se détend. Les plus jeunes vont se baigner dans la piscine du bed and breakfast où sa tante travaille, si le temps le permet.

Cette année, NK, 28 ans, se rendra à Durban avec sa petite amie et leur fille née en juin. Il rattrape le temps perdu avec ses proches. C’est un moment d’échange et de partage, où l’on offre des vêtements neufs et branchés aux enfants et aux jeunes. « Les cadeaux sont importants pour les jeunes, si nous n’achetons pas de cadeaux, nous aurons des ennuis » !

Informations sur la crèche et l’orphelinat Little Rose
Créé en 1997, Little Rose est une organisation à but non-lucratif qui accueille 18 jeunes sans famille. C’est également une école maternelle où 80 enfants des alentours sont pris en charge et nourris. Little Rose est aussi une école des devoirs, où les enfants reçoivent un soutien scolaire. La devise du centre « I received, I give back » implique qu’il ne fonctionne que grâce à l’aide de bénévoles qui s’impliquent car ils y ont été aidés étant jeune, ou qui en échange d’un repas, donne un coup de main selon leurs compétences.
Facebook

Propos recueillis par Carole Sudrow, présidente de Jobourg Accueil

www.lepetitjournal.com/johannesbourg Mercredi 21 décembre 2016 (Rediffusion)

Crédits photos (de gauche à droite et de haut en bas) : Evah, Maguy, Sonto, Namhla, Nhlanhla, Pumlane, NK

Restez en contact !
lpj.joburg@gmail.com
facebook : LPJJohannesbourg
twitter : LPJJohannesburg
www.lepetitjournal.com/johannesbourg

 
Johannesbourg

PRETORIA – Un établissement scolaire de qualité et à taille humaine

Relocalisé vers le centre-ville en 2013 pour se rapprocher du quartier des ambassades, le campus de Pretoria du Lycée Jules Verne a depuis plus que doublé ses effectifs et accueille maintenant au sein de son établissement près de 150 élèves. Sa Directrice, Sophie Werth, en poste depuis un an après plusieurs séjours à l’étranger, parle de l’école à l’ambiance familiale qui l’a tout de suite séduite.
Actualité Afrique du Sud
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Afrique
tunis - Communauté

BONNE ANNEE 2017

En ces derniers jours de 2016, la rédaction vous présente ses meilleurs voeux.
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine