Hambourg

JACQUES HÉON – Co-fondateur de Jacques’ Wein-Depot

Il y a presque 40 ans, Jacques Héon lançait en collaboration avec le Dr. Müller-Soppart, le premier "Jacques Wein-Depot" à Düsseldorf. A 76 ans, l’entrepreneur, qui vient de quitter le conseil d’administration de la société, revient pour lepetitjournal.com Cologne sur cette belle aventure et sa carrière exceptionnelle au service des produits et vins français.

Lepetitjournal.com : Quel a été votre parcours avant l’aventure Jacques’ Wein-Depot ?
Jacques Héon : Après HEC, je suis entré en 1964 dans une société toute nouvelle, SOPEXA Paris, qui avait comme mission la promotion collective des produits agro-alimentaires à l’étranger. En 1966, j’ai été envoyé à Düsseldorf, premier bureau de Sopexa, pour installer le département marketing, concept très nouveau pour l’époque. L’année suivante, je me suis installé à mon compte pour aider les entreprises à s’implanter sur le marché allemand. En 1968, je me suis associé avec le Dr Müller-Soppart, un Allemand venant de la publicité. Nous avons créé Inket-Marketing.

Comment est venue l’idée de créer Jacques’ Wein-Depot ?
Nous connaissions très bien le marché du vin en Allemagne et nous nous sommes aperçus que les consommateurs allemands allaient acheter les vins eux-mêmes dans les zones de production. Ils partaient pour le week-end acheter leurs vins chez les vignerons et les faisaient ensuite livrer. On s’est alors dit : Et si on reproduisait cette même fonction d’achat ? Et si on faisait venir dans un vieux garage du vin sur palette, et qu’on les faisait goûter comme chez le vigneron français ? C’est parti comme ça. Je n’avais jamais vu un pied de vigne et je me suis retrouvé à aller acheter du vin ! On va fêter les 40 ans de Jacques’ Wein-Depot l’année prochaine.

Où et quand avez-vous inauguré le premier magasin ?
En octobre 1974 à Düsseldorf, au nord de l’aéroport. Une trentaine de vignerons français nous avaient fait parvenir chacun une palette de cartons que nous faisions déguster. Notre principe était : mieux vaut goûter avant d’acheter, comme chez le vigneron. Ce fut un succès presque immédiat. Nous avons ensuite cherché des emplacements avec parking dans les grandes villes autour de Düsseldorf : Bonn, Cologne, Essen…

Quel a été votre capital de départ ?
Aucun. Nous n’avions que du crédit fournisseurs alors qu’il nous fallait organiser une centrale, embaucher du personnel, louer des magasins par contrat. La banque nous ayant refusé un prêt, nous avons cherché un partenaire et trouvé la Britisch American Tobacco Deutschland. La société Jacques’ Wein-Depot a ensuite été revendue à la chaîne de grands magasins Horten, elle-même rachetée quelques années plus tard par Kaufhof, à son tour rachetée par METRO. En 1997, la société a été mise en Bourse à Francfort sous le chapeau de Hawesko Holding  A.G. J’étais jusqu'à l’année dernière au conseil d’administration de cette société.

Combien avez-vous de magasins en Allemagne et peut-être ailleurs aujourd´hui ?
280 en Allemagne et 4 en Autriche.

Quels sont les vins ou spiritueux les plus vendus en Allemagne ?
Nous vendons très peu de spiritueux. Quand je suis arrivé, nous vendions 60% de blancs et 40% de rouges, aujourd’hui c’est 55% de vins rouges et 45% de vins blancs. Nous avons commencé à vendre les vins allemands il y a seulement quelques années. Cela a été un grand succès. Le Riesling est le vin blanc préféré des Allemands, pour le vin rouge, c’est le Cabernet ou le Merlot. Nous avons été les premiers à refuser la vente de vins édulcorés. Notre succès a été de vendre des produits de vignerons français et de moyenne gamme.

Quel est le chiffre d'affaires de l’entreprise en 2012 ?
450 millions d’euros pour Hawesko Holding  A.G et 125 millions d’euros pour Jacques’ Wein-Depot qui vend chaque année plus de 20 millions de bouteilles de vins

Votre plus grande fierté en tant qu’entrepreneur ?
Je ne suis pas fier. Mais ma plus grande joie c’est d’avoir trouvé mon associé et que cela ait duré plus de 40 ans. C'est très rare ! Cette complémentarité entre l’allemand et le français a dynamisé tout ce qu’on a fait. C’est lui qui avait voulu que la société porte le nom de Jacques’ car nos premiers fournisseurs étaient des vignerons français.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées au cours de votre carrière d’entrepreneur ?
Je n’ai pas rencontré de difficultés. Quand je suis arrivé en Allemagne, la facilité d’entreprise était grande, on ne m’a rien demandé. J’ai loué un bureau et trouvé un Steuerberater. C’est beaucoup plus simple de s’installer en Allemagne. En France, il y a ce manque de flexibilité  avec la notion de fond de commerce qu’il faut acheter.

Et pour finir… Quel est votre vin préféré ?
Ce sont les bons vins de pays, notamment ceux du sud de la France, des vins rouges plutôt que des vins blancs.

Propos recueillis par Magali Hamon (www.lepetitjournal.com/cologne) jeudi 2 mai 2013 (1ere édition: mercredi 27 mars 2013)

Infos : www.jacques.de

LANGUES - Pierre Sommet, détective des mots

Pierre Sommet a dirigé la section langues étrangères de la Volkshochschule de Krefeld pendant 34 ans. Disposant de la double nationalité franco-allemande, il revient dans ses deux ouvrages Madame Baguette und Monsieur Filou et Madame Coquette und Monsieur Galant sur les nombreux emprunts de la langue de Molière dans celle de Gœthe
Actualité Allemagne

LANGUES - Pierre Sommet, détective des mots

Pierre Sommet a dirigé la section langues étrangères de la Volkshochschule de Krefeld pendant 34 ans. Disposant de la double nationalité franco-allemande, il revient dans ses deux ouvrages Madame Baguette und Monsieur Filou et Madame Coquette und Monsieur Galant sur les nombreux emprunts de la langue de Molière dans celle de Gœthe
A la une

STEPHANE ANTIGA – Un Français à la tête de l'équipe nationale de Volley polonaise

La France compte nombre de héros qui ont marqué l’histoire de la Pologne. Stéphane Antiga en est un. En conduisant l’équipe nationale de Volley à la 1ère place des Championnats du monde de septembre 2014 - organisés à domicile -, il s’est imposé comme un leader charismatique doté d’un grand sens de l’engagement. 5 mois après la victoire, il nous raconte cette merveilleuse aventure avec une émotion et une modestie frappantes.
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.

MATTHIAS FEKL – Premier forum pour pousser les PME à l’export

Pour aider les PME à exporter plus, Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, du Tourisme et des Français de l’étranger, présentait un nouveau plan d’action lors du premier forum des PME à l’international dont il est l'initiateur.
Magazine
Francophonie

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !

REPORTAGE - Zaz met le feu au Circo Voador de Rio

Comme l’an dernier, la chanteuse française, en tournée brésilienne, a conclu la semaine dernière la Journée internationale de la francophonie au Circo Voador de Rio avec un concert mémorable. Public en délire, bagarre, autorités consulaires très décontractées… tout était réuni pour marquer l’événement.