Zurich

POLITIQUE - Retour sur 5 jours de polémiques autour de la visite du ministre turc des affaires étrangères

Prévue dimanche à Zurich, la visite du ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu n’aura finalement pas eu lieu. La nouvelle est tombée après près de cinq jours de polémiques en Suisse, sur fond de tensions entre pays européens et Turquie. Le point sur ce qu’il s’est passé.


Drapeau de la Turquie (Source : Pixabay)

Une tournée de propagande qui dérange

Mevlüt Cavusoglu, ministre turc des affaires étrangères est actuellement en tournée européenne pour présenter la réforme de la constitution turque, soumise à un référendum le 16 avril prochain en Turquie, qui devrait renforcer les pouvoirs du chef de l’état Recep Tayyip Erdogan. M. Cavusoglu devait rencontrer à Zurich les consuls généraux turcs de Suisse et d’Autriche et s’adresser à la communauté turque expatriée. En Suisse, comme ailleurs en Europe, cette réforme est vivement critiquée et la tournée de propagande entreprise par le régime d’Ankara est assez mal vue.

Il y a deux semaines, plusieurs villes allemandes avaient annulé la venue du ministre, entrainant des tensions entre Berlin et Ankara.  Ce weekend, c’était au tour des Pays-Bas de s’attirer les foudres de la Turquie, en empêchant M. Cavusoglu d'atterrir à Rotterdam, où il devait participer à une réunion de campagne. Le ton est fortement monté entre les deux pays. Ce n’est toutefois pas le cas de la France, qui a décidé de laisser le ministre tenir une réunion à Metz dimanche.

Cinq jours de polémique en Suisse

Le canton de Zurich avait demandé mercredi au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de faire annuler l’évènement pour des raisons de sécurité (voir notre article). Les autorités craignaient en effet des débordements, du fait de la forte division de la communauté turque suisse au sujet du régime du président Recep Tayyip Erdogan. "En Suisse, la grande partie de la population turque est d'origine kurde, c'est-à-dire la population qui est actuellement sous la répression du régime de M. Erdogan. Et il est clair qu'il y a là un risque potentiel de conflit. La Suisse n'a pas à importer des tensions de pays tiers", avait expliqué jeudi le conseiller national genevois Carlo Sommaruga (Parti socialiste). Après réflexion, le DFAE avait refusé d’accéder à la demande de Zurich, n’y voyant pas de menace réelle pour la sécurité de la Suisse. L’évènement a finalement été annulé par l’hôtel Hilton de l’aéroport de Zurich, où devait avoir lieu la rencontre, qui a lui aussi invoqué des raisons sécuritaires (voir notre article). La visite du ministre a donc été reportée à une date indéterminée. Le directeur zurichois de la sécurité, Mario Fehr, a exprimé son "grand soulagement" après cette annulation. "Une mise en danger aiguë de la sécurité publique" a ainsi pu être écartée.

Un meeting pro-Erdogan a toutefois eu lieu

En revanche, une réunion pro-Erdogan organisée par l’Union des démocrate turcs européens (UETD) a finalement eu lieu à Opfikon (ZH), malgré deux annulations successives. Hursit Yildirim, vice-président du Parti de la justice et du développement (AKP), le parti au pouvoir en Turquie, était invité à s’exprimer dans le cadre d’un meeting de campagne sur le référendum. D’abord prévu à Zurich-Affoltern vendredi soir, le meeting a été annulé par les autorités de la ville de Zurich. La salle communale où devait avoir lieu le meeting avait en effet été officiellement réservée pour une réunion de famille. La ville a donc retiré son autorisation, invoquant l’utilisation d’un faux prétexte pour la réservation et rappelant que la salle ne peut être louée qu’à des habitants de la commune et en aucun cas à des organisations extérieures comme l’UETD. Déplacée à Spreitenbach (AG), dans les locaux de l’UETD, la réunion a été annulée vendredi par la police du canton d’Argovie, cette fois pour des raisons de sécurité. La réunion aurait finalement eu lieu dans la plus grande discrétion à Opfikon (ZH) samedi, auprès de l'organisation d'entrepreneurs turcs Müsiad Suisse. Entre 35 et 40 personnes y auraient participé, a indiqué l'association samedi à l'ATS. Non publique, la réunion n’impliquait pas la participation de la police et la sécurité a été assurée par une demi-douzaine d’hommes postés à l’entrée du bâtiment.

Jean-Baptiste CHATAIN (www.lepetitjournal.com/zurich) dimanche 12 mars 2017.
Recevez nos articles du lundi au vendredi en vous inscrivant à notre newsletter. Suivez-nous sur Facebook et Twitter.

 
A la Une à Zurich

Les records du monde de la loterie

Vous aimez jouer de temps en temps à la loterie ? Mais est-ce que vous la connaissez réellement ? La loterie est un univers passionnant malgré ce que…
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine