Varsovie

CRISE POLITIQUE - L'escalade

La crise politique qui secoue la Pologne depuis le 16 décembre a semblé, Lundi, proche de pouvoir se résoudre lors d'une première réunion organisée par le président du Sénat, Stanislaw Karczewski, où étaient présents les chefs de tous les groupes parlementaires. Mais une seconde réunion de sortie de crise qui s'est tenue hier a semblé anéantir tout espoir...

Lundi...

Seul Grzegorz Schetyna, dirigeant de la Plateforme civique (PO), a refusé de participer à la réunion de sortie de crise au motif qu’il avait été informé trop tard et que le principal responsable de la crise, le président de la Diète, Marek Kuchciński, continue d’être aux abonnés absents. A l’issue de la rencontre, Jarosław Kaczyński, a déclaré que les participants se sont mis d’accord pour ne pas bloquer le pupitre lors de la reprise de la session parlementaire de Mardi. M. Karczewski a, de son côté, promis de restaurer les anciennes règles d’accès des journalistes au Parlement et de présenter au Sénat les amendements au budget qui avaient été proposés par l’opposition à la Diète afin qu’ils puissent être de nouveau débattus. Dziennik Gazeta Prawna ajoute cependant que, selon deux études commandées par le Bureau des analyses de la Diète, l’adoption du projet de budget par la chambre basse est bel et bien entachée d’irrégularités : il ne devrait donc pas pouvoir être examiné par le Sénat.

Les journaux sont enclins à pointer du doigt le rôle d’obstruction joué par la Plateforme civique PO, qui chercherait à profiter de la mauvaise passe que traverse Nowoczesna pour renforcer son statut de leader de l’opposition. En effet, Nowoczesna est affaiblie par de récentes affaires comme le voyage privé de son leader, Ryszard Petru, à l’étranger avec une députée de son parti alors que l’occupation de la Diète se poursuivait. De plus, Nowoczesna et la PO divergent sur les scenarii de sortie de crise parlementaire. En l’espace d’une semaine, observe Polska the Times , la position de l’opposition s’est fortement dégradée et elle se retrouve dans une situation beaucoup plus difficile qu’au début des protestations à la mi-décembre.

... Mardi

Ont participé à ce second tour les dirigeants des plus grands partis dont le PiS, Nowoczesna et le mouvement Kukiz'15, mais alors que M. Karczewski avait renouvelé son invitation à M. Schetyna, celui-ci a refusé d'assister à la réunion.

 

Jarosław Kaczyński, a confirmé que "l'accord final n'a pas été atteint "et qu'il était peu probable qu'une solution à la crise soit trouvée bientôt. Il a néanmoins déclaré que les dirigeants de l'opposition ayant participé à ces entretiens ont confirmé ne pas vouloir perturber la première séance parlementaire de l'année prévue aujourd'hui.

 

Ryszard Petru a déclaré que le "PiS estime que [le vote] était conforme à la loi. Nous pensons toujours que ce n'est pas le cas" et qu'il ne voit "aucune chance de réconciliation" en ajoutant que la majorité "ne veut pas arriver à un compromis".

De son côté, Paweł Kukiz, le leader du mouvement de l'opposition Kukiz'15, qui a souvent voté en accord avec la majorité gouvernementale, a dit qu'il était "effrayé" par l'escalade du différend parlementaire et que "la situation est vraiment grave dans le pays".

 

Le "sitting" des députés d'opposition qui a lieu depuis le vote controversé dans la salle principale du parlement continue. Une situation qui a été qualifiée par Jarosław Kaczyński d' "anarchique ".  

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 11 janvier 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

EXPOSITION - "Fragile couleur", les frères Lumière à Gdansk

Tout le monde sait que les frères Lumière ont inventé le cinématographe à la fin du 19ème siècle, mais on sait moins, en revanche, qu'ils sont également à l'origine de l’autochrome, véritable ancêtre de la photographie en couleur. L'exposition Fragile couleur, le triomphe de l'autochrome qui se tient au Musée national de Gdansk, rassemble les plus grands noms des artistes de l’autochrome parmi lesquels figurent, bien sûr, les frères Lumières.

SANS-ABRI – Un combat permanent

Le nombre de sans-abri à Varsovie a fait un bond de 37% depuis 2013, d’après une récente étude. Comment ces personnes sont-elles prises en charge ? Quelle politique adopte le gouvernement à leur…

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

Ce week-end à Varsovie promet d'être rempli : festival de la glace, fête de la Saint Jean, spectacles de rue, séance de yoga... Il y en a pour tous les goûts pour profiter comme il se doit des…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine