Varsovie

(N)OSTALGIE ? (première partie) - La résistance des icônes communistes

La République Populaire de Pologne (Polska Rzeczpospolita Ludowa - PRL) a disparu depuis plus de 20 ans. Sa culture pop et kitsch lui survit. Petit tour d'horizon de ses objets cultes. [archive 2011]

(photos Christophe Quirion et wikicommons)

L'esthétique communiste est à la mode. Décalée, minimaliste, fonctionnelle : elle est en phase avec le design moderne. Hors de Pologne, la mode est aussi aux années 60 et 70, mais ici ce goût pour le rétro renvoie à l'atmosphère particulière de la PRL.

Un voyage dans le temps
Au-delà du style, les Polonais cultivent une certaine tendresse pour ces objets désuets de la période communiste. Ces madeleines de Proust renvoient la Pologne à sa jeunesse. Des années de vaches maigres et de répression politique, mais aussi paradoxalement d'insouciance et de sécurité.

Les trentenaires veulent retrouver les dessins animés ou les jouets de leur enfance et le parfum délicieusement chimique des sucreries socialistes. Leurs aînés ont un faible pour les voitures d'époque et gardent en mémoire les chaussures « Relax » ou l’eau de toilette  « Przemysławka ».

La mémoire commune du communisme
En caricaturant, les Polonais ont tous vécu dans le même appartement, décoré des mêmes meubles et de la même tapisserie. Ils conduisaient la même voiture, regardaient la même télé qui passait les mêmes programmes (il y avait 2 chaînes, et la seconde diffusait souvent les programmes de la première). Le caractère iconique de ces objets est renforcé par leur omniprésence.

Marketing post-communiste
De nombreuses boutiques surfent sur cet engouement. Dans leurs rayons ou sur leurs sites internet, on trouve surtout des rééditions d’articles inspirés des années 70 ou 80 : affiches, vêtements, objets du quotidien, boissons en poudre, bonbons....

Pour la Saint-Valentin nos lectrices pourront par exemple offrir à leurs hommes un kit le charme de la PRL pour les mecs : un chien qui dandine de la tête pour la voiture, des coupons de rationnement d'essence, 3 krówki (‘vachettes’, célèbre bonbon au caramel), un assortiment de verres à vodka et un rouleau de papier toilette...

Une littérature spécialisée
De nombreux ouvrages dressent l'inventaire des icônes de la Polska Rzeczpospolita Ludowa : 333 popkultowe rzeczy… PRL ( 333 chosess cultes...  de la PRL), Samochody PRL-u (Les voitures de la PRL), Urok lat minionych (Le charme des années passées).

Il existe également des pages Internet dédiées uniquement aux vêtements ou aux recettes de cuisine communistes. Pour les nostalgiques de cet époque culinaire, nous conseillons d'ailleurs les restaurants Lotos et Oberża Pod Czerwonym Wieprzem à Varsovie, ou les traditionnels bars à lait qui ont encore leurs amateurs.

File d’attente (Kolejka)
Sorti la semaine dernière, ce jeu a bénéficié d'une couverture médiatique internationale (« le Monopoly communiste » est une description accrocheuse). Ici pas de nostalgie, le slogan inventé par l’Institut de la Mémoire Nationale donne le ton : « Avez-vous le courage d'affronter la vie quotidienne des années 80 ? Ce jeu « délibérément ennuyeux » est d'abord « éducatif ». Le but en est simple : envoyer sa famille faire les courses. Mais l'affaire se complique car les étagères des magasins sont vides. Les joueurs disposent alors leurs pions dans les files d'attente, sans savoir au préalable quelle boutique sera livrée. Pour progresser dans la queue et espérer être servis, les joueurs peuvent utiliser des cartes « Mère avec enfant», « Vous n’étiez pas là monsieur ! » ou « Marchandises sous le comptoir ». Ils doivent également faire attention à « l'Inventaire », aux « Erreurs de livraison » et aux « Spéculateurs ». Le jeu est accompagné d'un livret pédagogique et de 2 documentaires sur l'horreur des files d'attentes.

 

RN et CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mercredi 9 février 2011

- Pour en savoir plus : ceux qui lisent le polonais pourront feuilleter ce guide en ligne des années "PRL".

 

ARMEE - Un renforcement de circonstance

M. Tomasz Siemoniak, vice-premier ministre et ministre de la Défense, annonce le renforcement des unités militaires positionnées à l’est de la Pologne.
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.