Varsovie

SECURITE – Les Polonais détiennent de plus en plus d’armes à feu

Ce sont au total 424.700 armes à feu qui sont enregistrées en Pologne à la fin du mois de décembre 2016, soit plus de 33.800 comparé à 2015 et 43.100 de plus qu’en 2014. Des donnés qui pourraient surprendre, étant donné que la Pologne a une politique stricte à ce sujet, notamment depuis son adhésion à l’Union Européenne. Alors comment expliquer une telle augmentation de la possession d’armes à feu dans le pays? 

« Les Polonais ne veulent pas vivre sans arme dans un monde aussi dangereux que le nôtre ». C’est le discours qu’a tenu l’un des députés du parti PiS, Stanisław Pięta, favorable à la possession d’armes dans la société polonaise, en février dernier pour le quotidien Rzeczpospolita. En plus de l’aspect sécuritaire, Stanisław Pięta, soulève une autre raison qui pousserait les Polonais à avoir une arme : le tir comme discipline sportive. Ce député considère que c’est un sport qui plaît surtout pour son côté « excitant » et l’adrénaline qu’il génère. 

Selon les récentes données de la police, 13.800 nouvelles autorisations ont été remises aux citoyens polonais pour posséder une arme à feu, une augmentation de 9.800 licences par rapport à 2015 et de 7.100 en 2014. 

Un moyen de renforcer la défense territoriale 

L’ expansion de la détention d’armes pourrait bien voir le jour dans un futur proche, si l’on se réfère au discours du Ministre de la Défense, Antoni Macierewicz, il y a un an de cela : « un jour viendra où il sera possible d’étendre considérablement l’accès des citoyens aux armes à feu en Pologne ». Il envisage même d’assouplir la loi actuelle sur le port d’armes dans les années à venir. 

Cette loi, qui date de 1999, a déjà fait l’objet de plusieurs réformes en 2011 et 2014, ou de projets polémiques, comme celui du député  du parti PO, Andrzej Czuma, en 2008, qui souhaitait faciliter l’accès aux armes à feu, en reprenant le modèle américain.

Mais à l’heure actuelle, la loi est restée relativement stricte. Il faut être âgé d’au moins 21 ans, remplir une demande spécifique auprès des services de police, passer des tests psychologiques voire juridiques, ainsi que justifier la nécessité de posséder une arme, par exemple en prouvant l’existence d’une menace sur sa vie ou sur sa santé…

Antoni Macierewicz a également ajouté que favoriser l’accès aux armes aux civils permettrait de renforcer la défense territoriale, en se basant sur le principe du volontariat, tout en posant une condition : « les armes à feu sont une grande responsabilité et il faut apprendre cette responsabilité. […] Pour cela, les Polonais doivent d’abord savoir se servir correctement d’une arme, avant d’en posséder une ».  

Cette décision est clairement rattachée à la volonté de renforcer la sécurité nationale à travers la création d’une défense civile pour répondre à la « menace russe » qui plane dans le pays. « En septembre commencera l’enrôlement des premiers membres de la défense territoriale », annonçait Antoni Macierewicz en juin 2016. Il est question pour la Pologne de faire face à une tentative de déstabilisation du pays venant de Russie et d’éviter une guerre comme en Ukraine. Selon le ministère de la Défense, d’ici 2019, plus de 50 000 personnes devraient servir le pays dans les forces de défense territoriale.

Mais pour le moment, on ne peut pas dire que la Pologne soit considérée comme le pays d’Europe où la population détient le plus d’armes à feu. Car, si l’on se réfère aux dernières statistiques européennes, seulement 3.5 personnes pour 1000 en Pologne ont une licence qui les autorise à posséder une arme, contre 30 en République Tchèque, 40 en Allemagne et 308 en Finlande. 

Sources : thenews.pl ; opex360.com ; gunpolicy.org

 

Eloïse Robert (lepetitjournal.com/Varsovie) - Lundi 03 avril 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale

ROAMING – Ni expats, ni immigrants, vivre à l’international au 21e siècle

Ni expatriés, ni locaux, ni immigrants… Comment définir ces citoyens du monde qui s’installent, pour quelques années, sans filet, dans un pays qui n’est pas le leur? Des itinérants, des nomades ? Dans son livre, CM Patha dresse les caractéristiques de ces millions d'individus dont on n’entend pas la voix. Beaucoup d’entre vous se reconnaitront !
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine