Varsovie

REFORME DE L'EDUCATION - La protestation

 

Tous les quotidiens se font l’écho de la décision du président de la République, Andrzej Duda, de promulguer la loi controversée portant sur la réforme de l’éducation, en dépit des protestations des enseignants et des parents d’élèves. « Duda a signé un acte de soumission », commente Gazeta Wyborcza.

Que contient la loi?

En vertu de la nouvelle loi, à compter du 1er septembre 2017, le collège (gimnazjum, qui durait 3 ans) sera supprimé, l’école primaire durera 8 ans (au lieu de 6), le lycée 4 ans (au lieu de 3) et 5 ans dans les établissements professionnels. L’actuel système à trois niveaux (école primaire, collège et lycée) laisse donc place à un système à deux niveaux. La réforme doit entrer en vigueur à partir du 1er septembre 2017. Il est prévu que l’Etat assigne pour sa réalisation 900 millions de zlotys.

Quelles sont les craintes des enseignants?

Les enseignants reprochent d'abord au gouvernement "Droit et Justice" (PiS) une droitisation des programmes. Selon eux, la réforme centrerait davantage l’enseignement sur l’histoire, la langue polonaise et les valeurs patriotiques. En plus d'une dérive nationaliste, ils redoutent également que 37.000 emplois soient supprimés. 

Toutefois, la Première ministre, Beata Szydło, a déclaré lundi que la réforme pourrait être, au contraire, à l'origine de 5.000 nouveaux emplois. 

Les opposants à la réforme ne désarment pas

En octobre dernier, des milliers d'enseignants et parents d'élèves étaient descendus dans les rues pour dénoncer la réforme. Aujourd'hui l'association des enseignants se dit "décue" par la décision du président, d'autant plus que ce dernier avait semblé manifester de l'empathie envers les inquiétudes dont les enseignants lui avaient fait part. Aujourd'hui, d'autres manifestations se préparent et l'Association des enseignants, à l'origine déjà de plusieurs grèves, ne compte pas en rester là en tentant d'obtenir qu'un referendum soit décrété sur la question. 


La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 11 janvier 2017

 

 

 

 

TŁUSTY CZWARTEK – De Gaulle et les pączki

Aujourd'hui, la Pologne fête le "tlusty czwartek", soit son jeudi gras! Et bien entendu, une tradition culinaire est associée à cette fête: les "pączki", beignets remplis de confiture, dont nous vous proposons la recette Car si vous y prenez goût, sachez que vous n’êtes pas les seuls. Il se trouve que le général de Gaulle en était un grand amateur…

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

Comme chaque semaine, lepetitjournal.com/Varsovie sélectionne pour ses lecteurs les meilleures événements du week-end dans la capitale. Au programme, une promenade romantique, des soirées à thème…

2017 – Année de la France à Cracovie

Cracovie, capitale culturelle de la Pologne, classée « Ville de Littérature » par l’Unesco en 2011, a obtenu le prix « IFEA World Festival & Event City 2016 », récompensant la démarche des autorités…
Une internationale

JÉRÔME COMMANDEUR – Aux commandes... des César

De Commandeur à commandant il n’y a qu’un pas. Pas étonnant alors qu’on entende souvent l’humoriste répondre "commandant de bord" quand on lui demande ce qu’il aurait aimé faire quand il était petit. Et même s’il n’a pas tout à fait réalisé son rêve d’enfant, que Jérôme Commandeur se rassure… Tout semble lui sourire ces dernières années. De la scène au cinéma en passant par la réalisation, sans oublier l’animation de la 42ème Cérémonie des César…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine