Varsovie

AFFAIRES - Le combat de Michel Marbot


Dans les années 90, Michel Marbot est devenu le roi des pâtes alimentaires polonaises. S'affirmant victimes d'une sombre affaire de conflits d’intérêts et d’agissements mafieux, cet entrepreneur français et ses salariés ont aujourd'hui tout perdu. Ces faits, s'ils sont avérés, sont édifiants sur le fonctionnement politico-économique du pays...


Michel Marbot, dont l’entreprise Malma a été volontairement mise en faillite par la banque italienne UniCredit, a fait la une des médias polonais en juillet dernier avec sa grève de la faim devant le siège du parlement. Son but : défendre ses quelque 100 salariés et faire entendre sa version de cette affaire complexe. Lepetitjournal.com lui donne la parole.

Photo : capture écran TVP et M.B.

O.B. : Michel Marbot bonjour. Comment votre aventure entrepreneuriale a-t-elle commencé ?
M.M. : C’est en 1990, juste après à la chute du rideau de fer, qu’allant à la rencontre de l’Histoire, je me suis installé en Pologne pour aider à la reconstruction du pays de ma femme et de mes sept enfants. J’ai alors réalisé la première privatisation totale d’une entreprise publique en Pologne. À l’époque communiste, toutes les usines de la filière blé, dont les pâtes, étaient gérées par le conglomérat PZZ. J’ai racheté deux de ces usines. Une première à Malbork en 1991 et la deuxième à Wroclaw en 1993, soit environ 20 % de la capacité productive de pâtes en Pologne.

Mon premier pas fut de mobiliser les employés et de créer une marque, nous choisîmes Malma (pour Mal-bork et ma-caroni) qui rime avec Mamma mia ! En tout j’ai investi 50 millions d’euros, apportant à la Pologne les nouvelles technologies développées dans les années 80. Je suis arrivé très jeune et sans un sou et me suis beaucoup endetté pour lancer cette entreprise mais le retour a été très rapide. Avant Malma, vous arriviez sur un marché ou dans un magasin et le vendeur vous versait des pâtes en vrac dans un sac. Nous fûmes les premiers à distribuer des pâtes joliment emballées.

Très tôt, nous avons pu acheter du grain Amber Durum canadien directement à la Commission Canadienne du Grain, donc à l’office gouvernemental, sans aucun intermédiaire, grâce au ministre de l’Agriculture polonais qui m’emmena avec lui au Canada. Ceci nous permit d’avoir une très haute qualité à des prix imbattables. Notre technologie ainsi que nos recettes de fabrication firent le reste : nous fûmes à même de frôler l’idéal : des pâtes plus fermes, plus jaunes, plus savoureuses avec une texture et une fermentation traditionnelles. En 2001, le plus grand gastronome italien, Luigi Veronelli, écrivit dans son éditorial du Corriere della Serra avoir goûté les meilleures pâtes sous tous rapports (« la migliore pasta in ogni confronto »), ce qui eut véritablement l’effet d’une bombe en Italie.

La presse italienne s’empara du sujet et nos pâtes furent servis par les plus fameux restaurateurs du pays et aussi chez Alain Ducasse, Pierre Gagnaire et au Bon Marché à Paris. Ce fut notre moment de gloire, en 2003. Un des plus importants designers mondiaux, Massimo Vignelli, auteur des logos d’American Airlines, IBM, Knoll, nous dessina un logo véritablement international avec les couleurs de la Pologne, le rouge et le blanc, car nous étions fiers de nos origines ! Sophia Loren disait dans notre film publicitaire : « En Pologne, ce que je préfère c’est la musique de Chopin et les pâtes Malma ».
Nous exportions un produit considéré comme un luxe à l’étranger, un produit grand public en Pologne, l’affaire dégageait une excellente marge opérationnelle. Pourtant, en 2006, notre entreprise était complètement stoppée une première fois.

Comment cela est-il arrivé ?
Paradoxalement, si mon usine de Wroclaw ne s’était pas trouvée sur un beau terrain de 6 hectares au centre de la quatrième ville de Pologne et si ma marque n’avait pas connu un tel succès je ne serais sans doute pas en faillite aujourd’hui. Mais si je n’avais pas bien traité mes travailleurs dans les années fastes, je n’aurais jamais été capable de résister à l’agression dont j’ai été la victime. En 1991, j’avais donné à mes employés des conditions de travail excellentes pour le pays.

Comme nous avions une bonne rentabilité opérationnelle notre endettement avait diminué de moitié en 10 ans passant de 50 à 25 millions d’euros tandis que ma famille contrôlait 100% de la société. Nous allions enfin pouvoir entreprendre une nouvelle phase de notre développement avec le lancement des pâtes fraîches et la conquête du marché export des pâtes luxe. Hélas une crise majeure vint nous frapper. En 2001, le gouvernement polonais, poussé par le lobby bancaire étranger, conduisit une politique excessive de refroidissement de l’économie. Les taux d’intérêts furent durablement portés à près de 20%, ce qui favorisa la spéculation et la monnaie s’apprécia de 25%. Pour nous ce fut une catastrophe car les produits concurrents d’Italie furent soudain 25% moins cher. Les taux réels de nos emprunts attinrent 45% ! Il était urgent de réduire l’endettement. Malma était une bonne société ; il fallait un partenaire financier pour la sauver !

Et c’est à ce moment seulement qu’entre en jeu la banque italienne UniCredit ?
En 2002, la banque italienne UniCredit, venait de prendre le contrôle de la deuxième banque polonaise Pekao SA, avec laquelle nous avions quelques relations depuis 10 ans. Elle me proposa de refinancer toutes mes dettes envers les autres banques pour introduire Malma en bourse. Je trouvais idéal de m’appuyer sur une grande banque italienne pour cette entrée en bourse, s’agissant de pâtes. Aussi donnais-je mon accord à cette consolidation. Or, 6 mois plus tard, un ancien premier ministre polonais, Jan Krzysztof Bielecki, fut nommé président de Pekao. C’est un homme très puissant aujourd’hui en Pologne, l’éminence grise du gouvernement de Donald Tusk, le principal conseiller économique du premier ministre, et nous avions eu quelques problèmes avec lui dans le passé. C’est lui qui, en 1990, avait fait l’évaluation de mon entreprise en vue de sa privatisation. Le monde est petit !

Dès son arrivée aux commandes de la banque, il commença à jouer avec nous, repoussant sine die notre entrée en bourse. Comme nous ne pouvions du coup plus rembourser nos crédits, la banque m’appliqua des pénalités et comme je ne pouvais guère les payer, elle les finança elle-même ! Ainsi des crédits à fonds perdus de Pekao à Malma payaient les intérêts de Malma à Pekao, que Pekao comptait intégralement dans ses profits. Le président de la banque tira de ces bénéfices indus moult primes. Il érigea cette spirale en une trappe pour Malma : d’une main il sauvait le naufragé, de l’autre il lui enfonçait la tête dans l’eau et il finit même par me demander de creuser ma propre tombe. Bien entendu, je cherchais à m’échapper de cet étau.

Je découvris d’abord avec stupeur qu’aucun système de protection légal ne fonctionnerait. Je dénonçai Pekao à l’Inspection des Banques qui ne trouva rien à redire. Je découvris plus tard que, pour éviter les sanctions de l’Inspection des Banques, le président Bielecki avait augmenté fictivement par cinq la valeur de mes actifs immobiliers pour justifier que la banque ne m’avait accordé aucun crédit abusif. Je découvris aussi que Pekao avait embauché l’épouse de l’Inspecteur Général des Banques. Je découvris enfin que, pour amadouer ses commissaires aux comptes, la banque m’avait contraint à leur confier une mission dont le prix avait été fixé par la banque et payé par une avance de la banque. C’est une infraction pénale très grave de la banque. Je ne pouvais non plus me placer sous la protection de la loi des faillites car la banque avait pris en gage tous mes actifs et elle refusait de les utiliser pour financer une telle procédure.

La banque comptait sur moi pour licencier mes ouvriers et lui remettre les clés de notre patrimoine immobilier ainsi que la marque Malma, exonérant ainsi la banque de payer les deux ans d’indemnités de licenciement à mes salariés.
C’était contraire au droit et à tout éthique car la banque avait financé une entreprise avec des travailleurs et non des immeubles. Pekao refusa aussi toutes les excellentes solutions de rachat de son crédit que je lui proposais dès 2005, notamment le remboursement de 80 % de la dette, par des investisseurs qui auraient continué l’exploitation sur place.

Je ne comprends toujours pas l’intérêt de la banque Pekao à agir ainsi...
Parce que l’intérêt était ailleurs, en Italie… J’ignorais, lorsque Pekao dénonça mes crédits, que la banque avait, deux semaines auparavant, trouvé un partenaire immobilier pour mes terrains, l’Italien Pirelli, et qu’elle cherchait un repreneur uniquement intéressé à m’exclure et à démanteler l’entreprise. Pour faciliter cette recherche, la banque exigea de moi un pouvoir pour rechercher un investisseur en mon nom. Munie de ce pouvoir elle négocia avec ses partenaires le démantèlement de mon entreprise, non sans signer avec eux des conventions de confidentialité à mon égard ! C’est un dol qualifié, mais ni le Parquet ni la Justice ne l’ont reconnu comme tel. Soudain, le 2 août 2006, la banque saisit les comptes de Malma qui cessa du jour au lendemain de produire. Ainsi notre marque évaluée alors à 10 millions d’euros, soit 40% de la valeur de la dette, disparut purement et simplement du marché. Pendant huit mois, l’entreprise resta en plan, non assurée, les brevets des marques non protégés, avec un an de stock de blé abandonné sans ventilation dans nos silos, les travailleurs non payés sans RMI ni chômage…

La banque opérait un sabotage. Pourtant c’est moi qui fut inculpé en 2010 à la demande de Pekao, pour m’être échappé des mailles du filet en permettant à l’entreprise de reprendre son activité et en sauvant plus de 150 emplois ! En effet, en 2007, je louais le fonds de commerce à une société américaine qui investit 2,5 millions d’euros dans son redémarrage. Les salariés reprirent leur travail et les pâtes Malma retrouvèrent leur place dans les rayons des magasins. Grâce à ce bail, l’entreprise Malma reprit de la valeur. Évaluée par le Tribunal à 4 millions d’euros en 2007, après avoir été arrêtée par Pekao pendant 8 mois, sa valeur a été estimée à 22 millions d’euros par le Tribunal en 2011. Comme l’entreprise est bien le gage de la banque, celle-ci aurait dû s’estimer heureuse d’une solution qui est également conforme à l’intérêt public. D’ailleurs le Tribunal de Commerce décréta en 2008 que la procédure de faillite était close.

Comment une grande banque européenne aurait volontairement coulé une entreprise industrielle polonaise pour faire la place à ses partenaires italiens...

La banque Unicredit serait donc selon vous coupable d’avoir détruit son gage pour récupérer son crédit au lieu de coopérer avec son débiteur comme l’exige la loi ?
C’est beaucoup plus grave que cela et digne d’un roman policier! Encore une fois, je suis un ancien banquier et je ne suis pas naïf. Je supposais rationnellement au départ que la banque chercherait à sauver l’entreprise dans son propre intérêt ; vu la valeur de la marque à l’époque, le sabotage de Malma était aberrant. C’est là, qu’aidé par une personne proche de la banque mais bouleversée par ce qui se passait, j’ai découvert le pot aux roses : des conflits d’intérêts et des opérations de type mafieux. M. Alessandro Profumo, CEO de la banque UniCredit, était à l’époque dans le conseil d’administration de Barilla, le leader mondial des pâtes et mon ancien partenaire dans le capital de Malma. Profumo était aussi dans le conseil d’administration du groupe Pirelli, le plus gros promoteur immobilier italien. Le 1er juin 2005, deux semaines avant de me classer dans ses clients difficiles et d’exiger de moi des pouvoirs spéciaux pour trouver un investisseur, Pekao avaient signé avec Pirelli et UniCredit un accord secret sous le nom de code lyrique de « Projet Chopin ».

Que prévoyait cet accord non divulgué aux marchés, en violation flagrante des réglementations boursières à Milan, New York et Varsovie où ces sociétés sont cotées ? Pekao donnait à Pirelli gratuitement, je dis bien gratuitement, pour 25 ans une exclusivité sur tous les immeubles de la banque et de ses clients difficiles. Cet accord gratuit et secret nous ramène aux bons vieux temps de la colonisation car on parle potentiellement de 20 % du marché immobilier polonais, d’une nation de 38 millions d’habitants ! Le contrat est signé par Jan Krzysztof Bielecki, un soi-disant homme d’État, qui donnera sa démission de la Banque quand des actionnaires minoritaires de Pekao rendront l’accord public.

Quant à Alessandro Profumo, il est aujourd’hui inculpé en Italie pour 700 millions d’euros de fraude fiscale. Nous avons apporté la preuve du Projet Chopin au procureur général de Pologne. Nous avons également noté en Italie des opérations simultanées inverses, incompatibles avec la bonne gestion financière, un cadeau de Pirelli à la banque Unicredit au moment, jour pour jour, où le groupe Pirelli recevait cet immense cadeau en Pologne de la filiale polonaise d’UniCredit. Tous est vérifiable sur internet. Nous parlons de plus d’un milliard d’euros, une somme colossale à l’échelle de la Pologne. Pourtant le procureur polonais a immédiatement classé l’affaire sous des prétextes futiles et c’est moi qui ai été inculpé pour avoir sauvé mon entreprise et surtout pour me faire taire.

Pirelli n’était-elle pas en 2006-2007 au centre d’un grand scandale en Italie ?
Oui, et il s’agit de l’un des plus grands scandales de l’après-guerre en Italie ; il provoqua la chute du gouvernement Prodi et le retour au pouvoir de Silvio Berlusconi. Pirelli avait, à travers un montage scabreux autour de sa filiale Olimpia Srl et avec l’aide d’UniCredit, pris à bon compte le contrôle de Telecom Italia, la deuxième entreprise italienne après Fiat. Entre 2000 et 2006, Pirelli avait soutiré 60 milliards nets de l’opération. En effet le bilan de Telecom Italia en 2000 affichait 30 milliard d’euros d’actifs immobiliers et zéro dette. Six années plus tard, le bilan présentait zéro immeubles et 30 milliards de dette. De plus 30 à moins 30, le compte est bon. Pirelli avait monté sa propre agence de renseignement surveillant politiciens et personnes influentes des affaires et du sport.

La justice italienne se saisit de l’affaire, notant par exemple la cession de 2 millions de m² d’immeubles dans Milan pour 700 euros du mètre carré. Alessandro Profumo, pris de panique, devait se dégager de cette affaire en faisant racheter à prix fort par Pirelli ses parts dans Olimpia Srl, la holding de tête de Telecom Italia qui ne valaient plus un clou. Le Projet Chopin pourrait (le conditionnel est-il nécessaire ?) avoir servi de monnaie d’échange payée par les actionnaires minoritaires de Pekao. Ainsi Pirelli reçut l’exclusivité dont j’ai parlé plus haut et, toujours dans le cadre du « Projet Chopin », Pirelli racheta, en avril 2006, les projets immobiliers de Pekao en valorisant le m² de logement à Varsovie à 50 euros le mètre carré. Fin 2006, UniCredit a servi de véhicule pour blanchir en les envoyant en Europe de l’Est 2 milliards d’euros d’argent mafieux adressé par une filiale de Telecom Italia. La Banque centrale et le Parquet autrichiens enquêtent sur la banque UniCredit, pendant que le Parquet polonais… m’inculpe.

Des condamnations à l’encontre de… Michel Marbot

Comment dans ces circonstances la banque a-t-elle pu obtenir 4 ans plus tard, en 2011, votre mise en accusation ?
Je suis inculpé aujourd’hui pour avoir volé des biens qui sont toujours dans l’entreprise où rien ne manque. Le costume d’escroc que l’on veut me faire porter est vraiment trop mal taillé. D’abord parce qu’un escroc, quand ça va mal, part avec la caisse au lieu de remettre ses garanties personnelles. Moi, depuis octobre 2005, je n’ai plus pris un sou de mon entreprise ni directement ni indirectement mais j’ai tout entrepris pour la sauvegarder. Ainsi, nous avions en mars 2006, lorsque la banque a bloqué l’entreprise, un an de stock de blé dans nos silos de l’usine de Wroclaw. Ce blé était gagé à la banque qui y avait libre accès. Comme j’exigeais en octobre 2006 qu’elle retire ce blé de mes silos, la banque joua la montre et refusa de payer l’entreposage.

La comédie dura 6 mois. La banque m’informa qu’elle me tiendrait responsable de toute perte. Or, le blé n’était plus ventilé ni assuré, il n’y avait ni eau ni électricité dans l’usine car la banque avait saisi tous nos comptes et refusait de payer. En mars 2007, la situation était intenable. À cette période de réchauffement, le blé peut être infesté par des insectes qui pullulent et, s’il fermente en silos, il devient une matière explosive. La vie de mes employés était donc en danger. J’ai donc adressé une énième mise en demeure à la banque de retirer son blé sous forme d’ultimatum...

Un mois plus tard, sans réponse de la banque, j’ai vendu le stock de blé au locataire de l’entreprise qui l’a sauvé in extremis, en le traitant, et l’a utilisé pour la production de pâtes Malma, conformément au contrat de crédit. Pendant 18 mois, le Tribunal de faillite n’a pas fait usage de son droit d’annuler cette transaction, ce qui était facile car le blé était toujours à sa place dans l’usine. En outre, le Tribunal de Commerce a, en première instance, débouté la banque dans sa demande de restitution du blé. Le procureur de Wroclaw n’a d’abord pas retenu les accusations de la banque contre moi. Pourtant j’ai été inculpé et condamné en juin 2011 à deux ans de prison avec sursis et 3 ans d’interdiction de gérer, bien que le tribunal n’ait pas retenu que je devais une quelconque indemnité financière à la banque ! J’ai donc été condamné pour avoir extorqué… rien du tout !

Les pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif mise en cause ?

Croyez-vous encore dans l’impartialité de la justice polonaise ?
Dans l’impartialité de la justice polonaise, oui. Mais certains juges hélas n’y croient plus (rire) ! En 2006, le Tribunal civil de Varsovie a refusé tout droit à ma famille, actionnaire de Malma et garante de sa dette, de demander des réparations à la banque pour le sabotage de Malma ! Six mois plus tard le président de ce même tribunal de Varsovie devenait avocat de la banque contre moi. Parallèlement, il fut désigné conseiller du gouvernement polonais pour modifier le code des faillites. Il ne suffisait donc pas à la banque d’avoir poussé la carrière de l’épouse de l’Inspecteur Général des Banques (elle est aujourd’hui vice-présidente du conseil d’administration de la filiale hypothécaire de Pekao, au cœur du projet Chopin) ; la banque a aussi débauché le président du tribunal de Varsovie et le rémunérait lorsqu’il était le conseiller du gouvernement pour concevoir une loi scélérate, grâce à laquelle la procédure de faillite de Malma devint pour la banque trois fois moins coûteuse et donc possible, en reléguant les créances des travailleurs derrière celles de la banque. Voilà pourquoi la faillite de Malma ne fut décrétée qu’en 2010 après la promulgation de la nouvelle loi. Et, comble de hasard, notre juge de faillite n’est ni plus ni moins que la compagne du président (en 2006-2007) de la première institution financière du pays, le groupe d’assurance PZU qui par nature est en conflit d’intérêts avec Pekao SA ! Je laisse de côté toute la controverse sur le personnage lui-même.

Me voici donc dans les mains d’une justice « impartiale » qui trouve régulier que l’administrateur judiciaire occupe arbitrairement les conciergeries des usines sans avoir préalablement dénoncé le contrat de location ; qu’il fasse fouiller systématiquement les sacs personnels des travailleurs de son locataire à leur sortie de l’usine, sous peine de ne pas les laisser rentrer chez eux (cela a duré tous les jours pendant un an et demi sans qu’aucun recours ne soit efficace) ; qu’il emploie sa propre famille pour liquider l’usine ; qu’en reprenant les usines, il renonce à un contrat d’assurance conclu en direct avec la compagnie d’assurance pour passer par un agent intermédiaire, et accepte de cet agent d’un jour à l’autre une augmentation de 50 % du taux d’assurance alors qu’in fine l’assureur est le même ! Mon actuelle inculpation pour avoir loué l’entreprise est d’autant plus cocasse qu’à l’époque où je saisissais cette opportunité miraculeuse, j’étais sous le contrôle du juge de faillite qui avait approuvé l’opération ! J’ajoute que j’ai été inculpé par le Parquet de Varsovie après trois ans d’enquête contre X, sans avoir pu consulter mon dossier ni être entendu par un procureur, une atteinte grossière aux droits de la défense qui m’a valu d’obtenir de l’Ambassade de France la protection consulaire ! On peut constater que toute action de ma part ou de mes travailleurs contre la banque ou Bielecki avorte systématiquement, tandis que moi je suis condamné pour des décisions prises avec le consentement d’un tribunal.

Doit-on y voir la main de Bielecki ?
Nous somme ici dans un pays où le pouvoir et le Parquet défendent les intérêts des banques et de Bielecki. Malma, principal producteur de pâtes polonais a été saboté par la banque italienne UniCredit en 2006, a repris son activité en 2007 puis a été sabotée une deuxième fois en 2010 par une justice dont le devoir était de défendre l’intérêt général, sur une loi votée au cours d’une séance nocturne par un parlement soucieux du même intérêt, une loi dont la rédaction par l’avocat de la banque est si déplorable qu’elle peut être appliquée en violation de toutes les normes de justice européenne sans que personne ne réagisse. Pour arrêter l’activité de son locataire, l’administrateur judiciaire de Malma est même venu dans la nuit, en août 2011 démonter illégalement des machines, c’est à dire les voler. Toutes ces actions brutales ont été menées avec l’aide de la police qui a outrepassé ses droits !

Une possible implication de la mafia italienne...

J’ai lu dans la presse qu’un Napolitain a été dépêché par l’administrateur judiciaire pour menacer les travailleurs de l’usine de Wroclaw. En lisant le fameux livre Gomorra de l’écrivain et journaliste italien Roberto Saviano, je n’ai pu m’empêcher de penser au rôle éventuel de la mafia dans votre affaire.
On peut légitimement s’interroger. En juillet 2011, un mois avant la saisie illégale de nos machines, ce Napolitain a été introduit dans l’usine de Wrocław par l’administrateur judiciaire, contre la volonté du locataire. Ce psychopathe entra, en brisant une porte, dans la halle de production et menaça une trentaine de personnes avec sa hache et son couteau de boucher. Bien que pris en flagrant délit par la police et arrêté, il fut relâché au bout de deux heures seulement sur demande de l’administrateur judiciaire. Nous avons retrouvé plusieurs photos sur Facebook de cet homme dînant avec l’administrateur judiciaire, en grande amitié. Moi-même et ma famille avons reçu des menaces par SMS. Toutes mes plaintes ont été systématiquement classées sans suite par le Parquet. J’en conclus que ce psychopathe est protégé par la Justice polonaise, d’ailleurs le juge le reçoit hors des audiences… et UniCredit a embauché son fils pour un salaire confortable. D’une manière générale, on dit que la mafia a beaucoup investi dans l’immobilier en Europe de l’Est. Clairement, mes mésaventures sont contemporaines d’un grand scandale mafieux en Italie concernant Pirelli et Telecom Italia, et moi je ne suis qu’une petite pièce du puzzle. Mais comme je me bats depuis six ans et que je n’ai aucune intention de me rendre, cette petite pièce du puzzle a déjà fait éclater la vérité sur beaucoup de choses. Quant au mal, on me l’a déjà fait, la banque a menacé ma famille chez moi, je n’ai plus aucun revenu, je n’ai pratiquement plus le droit de travailler. Si je m’en sors, c’est aussi parce que je suis beaucoup aidé par ma famille et mes amis et que j’ai d’excellents et fidèles avocats.

Pourquoi les médias ont-ils tant tardé à s’intéresser à votre affaire ?

Parce qu’elle n’est pas simple et que l’on ne raconte bien une affaire complexe que lorsque l’on en connaît tous les tenants et aboutissants. En outre, la pression de la banque sur les médias est très forte, grâce à la publicité et aux financements. Bielecki est encore un intouchable. Savez-vous que le président du conseil de surveillance d’Axel Springer, le deuxième groupe de presse de Pologne n’est autre que le président d’UniCredit ? Dans mon affaire, les journalistes sont soumis à des menaces. Ainsi en novembre 2006, un journaliste économique a eu l’impudence d’interroger Jan-Krzysztof Bielecki sur Malma. Il a été littéralement viré de son journal une demi-heure plus tard. Cela va vous surprendre, mais le premier journal qui a pris mon parti, c’est Nie (Non), l’équivalent polonais du Canard Enchaîné, dirigé par l’ancien porte-parole du Général Jaruzelski, donc un ancien dignitaire communiste. Lui ne survit pas grâce à la publicité. En octobre dernier, j’ai fait un piquet devant le siège du conseil des ministres, pendant un mois, tous les jours avec ma pancarte « Justice pour Malma », quatre heures par jour. C’est à ce moment que le journal Gazeta Wyborcza, le plus influent journal du pays, pourtant plutôt proche du pouvoir actuel, a commencé à s’intéresser à nous et même à soutenir notre cause.
Vos salariés n’ont plus de travail depuis un an… Les salariés voudraient rester ou au moins être licenciés en touchant leurs indemnités. Comme je l’ai déjà dit, ils ne touchent ni salaire ni indemnité de chômage, ni RMI, ni RSA… rien.

Pourquoi avez-vous entrepris une grève de la faim ?
Parce qu’à partir du moment où l’administrateur prend le contrôle d’une entreprise il prend conjointement, d’après la loi, le contrôle des salariés et il est responsable de la liquidation des contrats de travail. Le 30 août 2011, donc un an après la déclaration de faillite, l’administrateur a repris au locataire les machines, fermé les halles de production, puis il a dénoncé le contrat de bail mais sans reprendre les travailleurs chassés ainsi, avec le locataire, de l’usine où ils travaillent depuis plus de vingt ans. Pour aller où ? Ceux-ci l’ont assigné en justice et ont gagné en première instance, mais la cour d’appel a invalidé ce jugement en juin dernier. La Cour nous a adressé ses motifs six semaines après les délais légaux et ils sont absurdes. Elle estime que l’administrateur judiciaire peut reprendre l’usine sans les travailleurs car son rôle est de liquider la société et non de mener une activité. Vous imaginez à quels abus un tel raisonnement peut conduire ? La banque qui est la première responsable de la faillite de Malma va recevoir 20 millions d’euros au lieu de 10, et les travailleurs qui sont pourtant des créanciers privilégiés n’auront rien. Quand j’ai appris cela, j’ai voulu réagir très fort. Les travailleurs voulaient faire la grève de la faim et j’ai cru plus efficace de la faire moi même, seul.

Et vous vous êtes installé devant le siège du parlement polonais, à 100 mètres de l’Ambassade de France…

Je dormais dans ma voiture. J’étais très rigoureux, buvant de l’eau et le soir un bouillon strictement liquide de légumes, toujours à l’air frais et très actif. Je pesais 75 kg au début de ma grève et 67,5 kg à la fin. J’ai donc perdu 7,5 kg en douze jours. J’ai eu beaucoup de chance car le deuxième jour de ma grève, le précédent ministre de la justice, M. Kwiatkowski, un homme du parti au pouvoir fort respecté et crédible, a déclaré à la presse que j’avais raison. Le journal Gazeta Wyborcza a titré : « Le Français qui aide les Polonais » et puis une semaine plus tard « Pour notre dignité et pour la vôtre » qui est une paraphrase de la devise de l’armée polonaise. L’hebdomadaire Tygodnik Solidarnosc du syndicat Solidarité a placé en couverture une photo prise durant ma grève et a publié une opinion catégorique du professeur de droit du travail Jerzy Wratny, membre de l’Académie des Sciences. Et puis j’ai eu le soutien très fort de plusieurs partis politiques de l’opposition parlementaire. Le parti conservateur PiS de Kaczyński avec notamment M. Ujazdowski, député de la ville de Wroclaw, le parti radical-vert RP de Palikot (gauche libérale anticléricale). Mes amis de Cracovie ont convaincu de la justesse de ma cause l’actuel ministre de la justice, M. Gowin, ainsi que le Défenseur des Droits qui va porter l’affaire devant la Cour Suprême. Je me sens très fort moralement. Je suis déterminé. Je suis sûr qu’on ne me laissera pas mourir sur l’herbe devant le parlement, parce que je suis Français et un pionnier du redressement de ce pays pour lequel j’ai un immense attachement.


Propos recueillis par Olivier Bault, originalement publiés dans NDF.

EWA KOPACZ - Le nouveau Premier ministre polonais

Nommée par le président Bronislaw Komorowski le 12 septembre dernier au poste de Premier ministre, Ewa Kopacz aura la lourde tâche de succéder à Donald Tusk, futur président du Conseil européen.…

MINEURS - Manisfestation à Varsovie

Les syndicats des mines de charbon ont prévu une manifestation à Varsovie le 1er Octobre, jour où le nouveau Premier ministre, Ewa Kopacz, présentera son programme au Parlement.

VOLLEY-BALL - La Pologne jusqu'au bout de son rêve

Quarante ans après leur premier sacre, les Polonais sont redevenus champions du Monde de volley-ball ce dimanche, grâce à leur victoire face au Brésil en finale (3-1). Ce succès de la Pologne sur ses…

REVUE DE PRESSE - Ukraine, Proche-Orient

Union européenne-UkraineToute la presse évoquait la semaine dernière la ratification par l’Ukraine et le Parlement européen de l’accord d’association UE-Ukraine, mais elle écrit aussi que la mise en…

MASSACRE DE KATYN - Commémoration

Le Président Bromislaw Komorowski et les ambassadeurs de 20 pays étaient réunis dans la Citadelle de Varsovie, mercredi, lors d'une cérémonie rendant hommage aux 22.000 Polonais tués dans le massacre…
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

RETOUR D'EXPATRIATION - 10 conseils pour le réussir

Les expatriés sont de plus en plus nombreux à renoncer au retour, surtout passé le cap des dix ans de vie à l’étranger. Le choc culturel inversé associé à de nombreuses difficultés économiques rendent le retour au pays difficile, car les employeurs français ne reconnaissent pas ou peu l’expérience acquise à l’étranger, sans compter que les “expats’” sont souvent perçus comme arrogants (comprenez: gourmands au niveau du salaire et volontaires pour prendre des responsabilités). Voici les conseils d'Anne-Laure Fréant, de retour après un séjour de cinq au Canada et d'un an en Nouvelle-Zélande, pour retravailler rapidement en France.
Expat - Politique

TERRORISME - Les Français appelés à la prudence au Sahel

Le Ministère des Affaires étrangères invite nos compatriotes résidant ou de passage à l’étranger à renforcer leur vigilance face au risque terroriste. Les Français installés notamment au Maghreb, au Moyen-Orient et en Afrique de l'ouest ont été invités à se signaler au consulat de France le plus proche si ce n’est pas déjà fait. Les Français de passage sont, quant à eux, invités à se faire connaître en s’inscrivant en ligne dans le système Ariane
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.