Varsovie

FIN D'EXPAT - Avec Sybille Lamson

Avant qu'elle ne plie bagage lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre de Sybille Lamson. Autour d'un thé, nous avons parlé d'expériences, de rencontres mais aussi de lumière ! 

 

Nom : Sybille Lamson

Âge : 44 ans

Profession : animatrice d’ateliers philosophiques auprès des élèves du Lycée Français

Originaire de : Montpellier mais j’ai longtemps vécu à Paris où ont commencé mes ateliers

Aime : les gens

N’aime pas : la méchanceté

"L'un de mes souvenirs très forts : mon saut en parachute dont je rêvais depuis l'âge de 15 ans !" 

Qu’est-ce qui vous a amené en Pologne ?

J’ai rejoint mon mari qui travaillait déjà ici.

Qu’est-ce qui vous fait quitter la Pologne ?

Le travail de mon mari.

Quels sont les conseils que vous auriez aimé avoir avant d’arriver ?

Qu’on me dise de trouver un logement lumineux ! Ici, en hiver, il fait nuit à 15h30 et en plus de cela les maisons polonaises ne sont vraiment pas lumineuses. En revanche, je bénis la personne qui m’a conseillé dès mon arrivée de partir au soleil en février ! Pour la méridionale que je suis, l’hiver polonais et un peu ardu ; pas particulièrement à cause du froid mais encore une fois à cause du manque de lumière qui plombe le moral.

 Votre mot préféré en polonais :

Dzień dobre, qui veut dire bonjour parce que c’est ce qui met en relation avec l’autre, avec les autres.

Quelles ont été vos plus belles rencontres ?

Il y a une très belle communauté française à Varsovie. Les « expats » forment un groupe très soudé. On a l’impression d’entrer dans une famille. Les relations se font de façon naturelle et fluide. Et puis il y a les rencontres polonaises qui sont souvent des amis d’amis. J’ai par exemple rencontré une productrice polonaise, qui, je pense, fera partie des amis que je garderai.  J’ai aussi fait la connaissance d’un photographe passionné et passionnant. Avec eux, j’ai eu de longues discussions très enrichissantes sur la Pologne. Ils m’ont offert à voir une autre vision de ce pays, de son histoire, son identité et ses inquiétudes pour son avenir. J’ai pu voir la Pologne autrement qu’en tant que simple expat. 

Avez-vous ressenti un moment de solitude ?

Pas vraiment.  Cette année, le printemps a mis longtemps à revenir. En mars, j’ai commencé à trouver l’hiver un peu long. Mais dans l’ensemble je me suis toujours  bien sentie ici.

Qu’avez-vous tiré de cette expérience polonaise?

Une belle énergie. On ne tombe pas amoureux de Varsovie pour son architecture. Mais la vie ici est pleine d’énergie. Il y a énormément d’initiatives, de projets. C’est une ville où il  y a une douceur de vivre. Il y a un truc qui fait qu’on y est bien. La ville devient belle quand on la connaît, simple, et les gens y sont très agréables. 

"Lors de l'activité céramique j'ai adoré rencontrer les talentueux Lorek qui font des merveilles qu'on peut trouveren autre, chez NAP ma boutique chérie de déco !"

(NAJ se trouve dans la galerie Mysia 3 évoquée plus bas)

Des amis viennent passer 24h à Varsovie, quel est le programme ?

Tout dépend de ce qui les intéresse mais je pense que le musée de l’Insurrection et le musée POLIN permettent de bien comprendre l’histoire de la ville. Un déjeuner sur le rynek de la vielle ville à la découverte des pierogies et du  żurek dans le pain me semble également une bonne option. Ensuite, une promenade jusqu’à la maison de Marie Curie suivie du Palais de la Culture. L’hiver, je les emmène voir les jardins illuminés du palais de Wilanów et l’été et les concerts de Chopin au parcŁazienki. C’est magique et à faire absolument ! Je crois qu’on ne mesure pas  la chance qu’on a d’avoir des concerts de ce niveau-là à portée de main tous les dimanches.

Quelles sont les adresses qui vont vous manquer ?

Ce qui va me manquer c’est la liberté des lunchs ! Pour vingt zlotys, on peut se faire un super resto. Le Na Lato est un endroit que j’aime particulièrement, car ils ont une véranda très agréable au milieu des arbres (et oui, je reviens à la lumière !). Côté shopping, j’allais à la galerie Mysia 3, qui a plein de petits magasins super sympas. Les parcs vont aussi me manquer, je trouve ça fou d’avoir toute cette verdure autour de moi !

 Quels sont vos projets après le départ ?

Nous partons à Marseille où je retrouverai le soleil avec plaisir ! J’y poursuivrai mon activité, mes ateliers, et continuerai à me rendre à Paris une fois par mois comme je le fais déjà. 

"Dernière soirée entre copines à Wawa !"

 

Méline Laffabry (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mardi 25 juillet 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine