SONDAGE – Ce que les Polonais (et quelques autres) pensent de la France

TNS Sofres vient de publier une enquête réalisée pour RFI, France 24 et MCD. Son objet: l'image de la France dans le monde. Depuis décembre 2011, 13.000 personnes ont été interrogées dans 12 pays, aux quatre coins du monde. Allemagne, Brésil, Egypte, Espagne, Etats-Unis, Inde, Japon, Royaume-Uni, Mali, Maroc... Cet institut de sondage a aussi eu la bonne idée de questionner par internet un échantillons représentatif (par sexe, âge, profession et région) de 1062 Polonais. LePetitJournal.com s'est penché pour vous sur ces résultats surprenants ! [archive 2012]

 


L'exercice vise manifestement à interroger le rayonnement culturel et politique de l'Hexagone à l'étranger (une obsession très française) et à comparer ces enseignements avec les réponses de 1.000 Français également sondés.

Ces chiffres doivent être bien sûr pris avec un grain de sel : les Polonais interrogés sont tous des internautes, leurs réponses dépendent beaucoup de l'actualité, les questions ne sont pas toujours précises. Parle-t-on du pays, de sa politique ou de ses habitants ?... mais ils permettent au moins de dessiner quelques grandes tendances.

La Pologne, francophile !
A la question "Diriez-vous que la France est un pays que vous aimez beaucoup, assez, un peu ou pas du tout ?", 82% des Polonais aiment assez, voire beaucoup la France. Le plus haut score parmi tous les pays sondés.

Une enquête CBOS publiée en 2010 donnait des résultats assez similaires. On y apprenait que 85% des Polonais aiment ou sont indifférents à la France (contre seulement 10% qui ne l'aiment pas). Heureusement, notamment au sein de l'Europe, la règle est plutôt d’apprécier un pays que de le détester.

Ce sondage indiquait que généralement les “frères” tchèques, slovaques ou hongrois et les “latins” (Français, Espagnols, Italiens) sont très aimés des Polonais. Par contre, ces derniers apprécient déjà beaucoup moins les nationalités, ethnies ou religions qui constituent des minorités visibles en Pologne (Vietnamiens, Arabes, Turcs, Tchétchènes, Roms...) ou celles avec qui ils partagent une histoire commune, souvent douloureuse : les Allemands, les Ukrainiens, les Russes et les Juifs.

Pour revenir à notre enquête TNS Sofres, la cote d'amour la plus faible (mais encore très raisonnable) est à chercher chez les pays anglo-saxons: Etats-Unis 65% et Royaume-Uni 54%.

Certains déclarent par contre ne pas aimer la France. C'est le cas de 28% des Espagnols (l’enquête réalisée juste après que Yannick Noah, le Français préféré des Français, ait accusé le sport espagnol de dopage généralisé n'a sans doute pas aidé à rattraper notre image de voisin arrogant), 32% des Maliens (une animosité probablement liée aux expulsions de leurs compatriotes sans-papiers et à l'intervention française en Libye) et de 36% des Anglais (une tradition...).

88% des Polonais décrivent les relations franco-polonaises comme bonnes (contre seulement 36% des Anglais...). 52% des Polonais pensent même que ces relations se sont améliorées depuis les années 90.

Et les Français ? Ils sont 72% à aimer l'Espagne, mais seulement 30% à aimer la Pologne ! Plus qu'une animosité contre les Polonais, ces réponses traduisent sans doute les nombreux préjugés sur leur pays (froid, gris, peu développé...).

Au-delà des clichés... pas grand chose
Presque tout le monde s'accorde pour considérer la France comme un leader dans le domaine de la mode et du vin (c'est aussi que personne n'a pensé à demander leur avis aux Italiens...), même les Anglais (sans trop de conviction non plus...). Les Polonais (avec les Marocains) sont les plus convaincus (à près de 90%).

Par contre les sondés font beaucoup moins cas des nouveaux domaines d'excellence français (télécommunications, recherche médicale, nucléaire ou aérospatiale). Les trois pays africains interrogés sont certes convaincus par les télécommunications et la recherche française : plus de 50% des sondés considèrent la France comme un leader dans ces domaines (le terme n'est pas très précis, numéro 1 mondial, top 10 ?). Entre 35 et 40% des Indiens placent aussi la France aux premiers rangs.

Mais pour les autres pays... Les Polonais donnent bien un certain crédit aux télécommunications françaises (28%) (merci Orange...), nettement plus que pour l’aérospatial (15%) ou la recherche médicale (13%). L'Allemagne 30% et surtout le Japon 41% (depuis le drame de Fukushima ?) reconnaissent seulement l'expertise nucléaire française, mais les autres domaines stagnent autour de 5% seulement...

Et le cinéma ? (L'Hexagone est de très loin le premier exportateur de cinéma d'Europe et le deuxième au monde). Une vitrine qu'on imagine plus visible que les innovations scientifiques... Et pourtant... La France n'est un leader du 7e art que pour seulement 25% des Polonais, mieux qu'en Espagne 7%, mais moins bien que l'ancien protectorat marocain (77%).

Le système français en question
L'école, les transports, le réseau routier, le système de santé hexagonaux fonctionnent-ils bien (ou très bien) ? Si on exclut les fans d'Egypte et du Maroc (où près de 100% des sondés considèrent que tout fonctionne bien ou très bien en France), de tous les pays, c'est l'Inde qui est la plus convaincue par les écoles (88%) et le système de santé (87%) français, tandis que la Pologne (sans surprise ?) envie les transports (84%) et réseaux routiers (87%) hexagonaux...

Les "grandes puissances" anglaise, allemande, américaine et japonaise sont par contre beaucoup plus dubitatives. Quelque 35% des Japonais pensent que le système français fonctionne bien ou très bien...

Séjourner en France ?
L'Hexagone reste très attractif. Les Brésiliens ont extrêmement envie d'y travailler (77%) et d'y étudier (81%), tandis que les Indiens sont ceux qui aimeraient le plus y vivre (75%). Les Polonais sont aussi très tentés par l'émigration : ils sont 68% à vouloir y vivre et  67% à vouloir y travailler (plus que pour les études : 54%)

Les Américains, les Allemands et surtout les Japonais aimeraient un peu y vivre (respectivement 49%, 48% et 35%) mais déjà beaucoup moins y travailler (42%, 36% et 20%). Les insulaires anglais et japonais sont, de très loin, les moins tentés par l'aventure.

La place de la France en question
La France se situe-t-elle parmi les 5 premières puissances mondiales, entre la 6e et la 9e, entre la 10e et la 15e, ou au-delà de la 15eme ? Quelques indices pour nos lecteurs : la France fait partie des 5 membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU, elle est également la 5e économie mondiale. Mais la Chine, la Russie, le Japon, les Etats-Unis et l'Allemagne (ou même l'Inde) sont des candidats sérieux pour le top 5.

L'ancienne colonie malienne est la plus convaincue de la puissance française. 65% des Maliens classent la France dans les 5 premières puissances mondiales. Le voisin espagnol en est assez convaincu (44%). La Pologne déjà moins (25%). Les rivaux historiques, Allemands (20%) et Anglais (13%), pas du tout. Comme la plupart des sondés, 51% des Polonais classent la France entre la 6ième et la 9ième place.

Un complexe français
Et les Français, où pensent-ils se situer ? Si beaucoup les disent encore obnubilés par cette ancienne "grandeur française", le déclinisme ou la lucidité a visiblement fait du chemin. Seulement 29% d'entre eux se placent dans le top 5 des puissances mondiales, 45% entre la 6e et la 9e, et 18% s'imaginent même en dessous.

Plus généralement, après les fans marocains (95%), les Polonais (88%) sont les plus convaincus de l'importance du rôle de la France sur la scène internationale. Les moins certains, et de très loin sont paradoxalement les... Français (32%). Même les Anglais sont moins critiques (51%)

Un peu comme tout le monde (sauf le Japon), 75% des Polonais considèrent que depuis 20 ans le rôle de la France sur la scène mondiale est stable et même plus important. Les Français a contrario imaginent que celui-ci se dégrade. Seulement 27% d'entre eux pensent que ce rôle s'est renforcé.

"Liberté, égalité, fraternité"
Quel serait l'impact des prises de position internationales de la France sur la situation de l’Union Européenne ? 53% des Polonais le jugent positif, un record chez les pays européens sondés. Etrangement le Maroc est particulièrement convaincu (83%), et les Maliens pas du tout (35%). Les Américains ? encore moins, seulement 29%. Les Japonais ? 28%. Nos proches voisins sont les plus critiques : 31% des Espagnols, 30% des Allemands et 40% des Anglais pensent que nos prises de position ont eu des répercussions négatives sur la situation de l’UE !

Et au fait, la fameuse devise "Liberté, égalité, fraternité" convient-elle bien à la France ? 70% des Polonais pensent que oui. Les Marocains sont même 90% à le croire. Mais nos proches voisins, Espagnols, Allemands (40%) et Anglais (36%), sans doute plus au fait de notre actualité politique, sont là encore les plus critiques...

La rédaction (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) lundi 27 janvier 2012

Varsovie

REVUE DE PRESSE - Ukraine, chômage des jeunes, les femmes et la science

UkraineRzeczpospolita commente le limogeage de l’oligarque Igor Kolomoïski, congédié par le président Porochenko de son poste de gouverneur de Dnipropetrovsk. C’est une bonne chose, écrit le journal, une sorte de « nettoyage de printemps » ayant pour but de restaurer l’autorité de l’État face aux intérêts privés des grands oligarques. Lire la suite

AGENDA DU WEEK END - Les bons plans

Une heure de sommeil perdue dans la nuit de samedi à dimanche, c’est une heure de soleil gagnée pour profiter de ce week-end qui offrira un programme aux thématiques variées : gastronomie,…

SOIRÉE - Quand les Chtis font la fête à Varsovie

Connaissez-vous le groupe des Chtis Polonais ? Ces Nordistes organisent depuis plus d’un an des soirées festives à Varsovie, plongeant les participants dans la chaleureuse ambiance du Nord de la…

INTERVIEW - Michel Viatteau, Directeur AFP Pologne

Polonais d’origine, né à Cracovie, et naturalisé Français, Michel Viatteau est à 65 ans directeur de l’Agence France Presse à Varsovie. Sa carrière de journaliste en fait un témoin des plus grands…
A la une

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.
Magazine
Francophonie

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !