SONDAGE – Ce que les Polonais (et quelques autres) pensent de la France

TNS Sofres vient de publier une enquête réalisée pour RFI, France 24 et MCD. Son objet: l'image de la France dans le monde. Depuis décembre 2011, 13.000 personnes ont été interrogées dans 12 pays, aux quatre coins du monde. Allemagne, Brésil, Egypte, Espagne, Etats-Unis, Inde, Japon, Royaume-Uni, Mali, Maroc... Cet institut de sondage a aussi eu la bonne idée de questionner par internet un échantillons représentatif (par sexe, âge, profession et région) de 1062 Polonais. LePetitJournal.com s'est penché pour vous sur ces résultats surprenants ! [archive 2012]

 


L'exercice vise manifestement à interroger le rayonnement culturel et politique de l'Hexagone à l'étranger (une obsession très française) et à comparer ces enseignements avec les réponses de 1.000 Français également sondés.

Ces chiffres doivent être bien sûr pris avec un grain de sel : les Polonais interrogés sont tous des internautes, leurs réponses dépendent beaucoup de l'actualité, les questions ne sont pas toujours précises. Parle-t-on du pays, de sa politique ou de ses habitants ?... mais ils permettent au moins de dessiner quelques grandes tendances.

La Pologne, francophile !
A la question "Diriez-vous que la France est un pays que vous aimez beaucoup, assez, un peu ou pas du tout ?", 82% des Polonais aiment assez, voire beaucoup la France. Le plus haut score parmi tous les pays sondés.

Une enquête CBOS publiée en 2010 donnait des résultats assez similaires. On y apprenait que 85% des Polonais aiment ou sont indifférents à la France (contre seulement 10% qui ne l'aiment pas). Heureusement, notamment au sein de l'Europe, la règle est plutôt d’apprécier un pays que de le détester.

Ce sondage indiquait que généralement les “frères” tchèques, slovaques ou hongrois et les “latins” (Français, Espagnols, Italiens) sont très aimés des Polonais. Par contre, ces derniers apprécient déjà beaucoup moins les nationalités, ethnies ou religions qui constituent des minorités visibles en Pologne (Vietnamiens, Arabes, Turcs, Tchétchènes, Roms...) ou celles avec qui ils partagent une histoire commune, souvent douloureuse : les Allemands, les Ukrainiens, les Russes et les Juifs.

Pour revenir à notre enquête TNS Sofres, la cote d'amour la plus faible (mais encore très raisonnable) est à chercher chez les pays anglo-saxons: Etats-Unis 65% et Royaume-Uni 54%.

Certains déclarent par contre ne pas aimer la France. C'est le cas de 28% des Espagnols (l’enquête réalisée juste après que Yannick Noah, le Français préféré des Français, ait accusé le sport espagnol de dopage généralisé n'a sans doute pas aidé à rattraper notre image de voisin arrogant), 32% des Maliens (une animosité probablement liée aux expulsions de leurs compatriotes sans-papiers et à l'intervention française en Libye) et de 36% des Anglais (une tradition...).

88% des Polonais décrivent les relations franco-polonaises comme bonnes (contre seulement 36% des Anglais...). 52% des Polonais pensent même que ces relations se sont améliorées depuis les années 90.

Et les Français ? Ils sont 72% à aimer l'Espagne, mais seulement 30% à aimer la Pologne ! Plus qu'une animosité contre les Polonais, ces réponses traduisent sans doute les nombreux préjugés sur leur pays (froid, gris, peu développé...).

Au-delà des clichés... pas grand chose
Presque tout le monde s'accorde pour considérer la France comme un leader dans le domaine de la mode et du vin (c'est aussi que personne n'a pensé à demander leur avis aux Italiens...), même les Anglais (sans trop de conviction non plus...). Les Polonais (avec les Marocains) sont les plus convaincus (à près de 90%).

Par contre les sondés font beaucoup moins cas des nouveaux domaines d'excellence français (télécommunications, recherche médicale, nucléaire ou aérospatiale). Les trois pays africains interrogés sont certes convaincus par les télécommunications et la recherche française : plus de 50% des sondés considèrent la France comme un leader dans ces domaines (le terme n'est pas très précis, numéro 1 mondial, top 10 ?). Entre 35 et 40% des Indiens placent aussi la France aux premiers rangs.

Mais pour les autres pays... Les Polonais donnent bien un certain crédit aux télécommunications françaises (28%) (merci Orange...), nettement plus que pour l’aérospatial (15%) ou la recherche médicale (13%). L'Allemagne 30% et surtout le Japon 41% (depuis le drame de Fukushima ?) reconnaissent seulement l'expertise nucléaire française, mais les autres domaines stagnent autour de 5% seulement...

Et le cinéma ? (L'Hexagone est de très loin le premier exportateur de cinéma d'Europe et le deuxième au monde). Une vitrine qu'on imagine plus visible que les innovations scientifiques... Et pourtant... La France n'est un leader du 7e art que pour seulement 25% des Polonais, mieux qu'en Espagne 7%, mais moins bien que l'ancien protectorat marocain (77%).

Le système français en question
L'école, les transports, le réseau routier, le système de santé hexagonaux fonctionnent-ils bien (ou très bien) ? Si on exclut les fans d'Egypte et du Maroc (où près de 100% des sondés considèrent que tout fonctionne bien ou très bien en France), de tous les pays, c'est l'Inde qui est la plus convaincue par les écoles (88%) et le système de santé (87%) français, tandis que la Pologne (sans surprise ?) envie les transports (84%) et réseaux routiers (87%) hexagonaux...

Les "grandes puissances" anglaise, allemande, américaine et japonaise sont par contre beaucoup plus dubitatives. Quelque 35% des Japonais pensent que le système français fonctionne bien ou très bien...

Séjourner en France ?
L'Hexagone reste très attractif. Les Brésiliens ont extrêmement envie d'y travailler (77%) et d'y étudier (81%), tandis que les Indiens sont ceux qui aimeraient le plus y vivre (75%). Les Polonais sont aussi très tentés par l'émigration : ils sont 68% à vouloir y vivre et  67% à vouloir y travailler (plus que pour les études : 54%)

Les Américains, les Allemands et surtout les Japonais aimeraient un peu y vivre (respectivement 49%, 48% et 35%) mais déjà beaucoup moins y travailler (42%, 36% et 20%). Les insulaires anglais et japonais sont, de très loin, les moins tentés par l'aventure.

La place de la France en question
La France se situe-t-elle parmi les 5 premières puissances mondiales, entre la 6e et la 9e, entre la 10e et la 15e, ou au-delà de la 15eme ? Quelques indices pour nos lecteurs : la France fait partie des 5 membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU, elle est également la 5e économie mondiale. Mais la Chine, la Russie, le Japon, les Etats-Unis et l'Allemagne (ou même l'Inde) sont des candidats sérieux pour le top 5.

L'ancienne colonie malienne est la plus convaincue de la puissance française. 65% des Maliens classent la France dans les 5 premières puissances mondiales. Le voisin espagnol en est assez convaincu (44%). La Pologne déjà moins (25%). Les rivaux historiques, Allemands (20%) et Anglais (13%), pas du tout. Comme la plupart des sondés, 51% des Polonais classent la France entre la 6ième et la 9ième place.

Un complexe français
Et les Français, où pensent-ils se situer ? Si beaucoup les disent encore obnubilés par cette ancienne "grandeur française", le déclinisme ou la lucidité a visiblement fait du chemin. Seulement 29% d'entre eux se placent dans le top 5 des puissances mondiales, 45% entre la 6e et la 9e, et 18% s'imaginent même en dessous.

Plus généralement, après les fans marocains (95%), les Polonais (88%) sont les plus convaincus de l'importance du rôle de la France sur la scène internationale. Les moins certains, et de très loin sont paradoxalement les... Français (32%). Même les Anglais sont moins critiques (51%)

Un peu comme tout le monde (sauf le Japon), 75% des Polonais considèrent que depuis 20 ans le rôle de la France sur la scène mondiale est stable et même plus important. Les Français a contrario imaginent que celui-ci se dégrade. Seulement 27% d'entre eux pensent que ce rôle s'est renforcé.

"Liberté, égalité, fraternité"
Quel serait l'impact des prises de position internationales de la France sur la situation de l’Union Européenne ? 53% des Polonais le jugent positif, un record chez les pays européens sondés. Etrangement le Maroc est particulièrement convaincu (83%), et les Maliens pas du tout (35%). Les Américains ? encore moins, seulement 29%. Les Japonais ? 28%. Nos proches voisins sont les plus critiques : 31% des Espagnols, 30% des Allemands et 40% des Anglais pensent que nos prises de position ont eu des répercussions négatives sur la situation de l’UE !

Et au fait, la fameuse devise "Liberté, égalité, fraternité" convient-elle bien à la France ? 70% des Polonais pensent que oui. Les Marocains sont même 90% à le croire. Mais nos proches voisins, Espagnols, Allemands (40%) et Anglais (36%), sans doute plus au fait de notre actualité politique, sont là encore les plus critiques...

La rédaction (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) lundi 27 janvier 2012

Varsovie

NAPOLEON EN POLOGNE – Histoire d'amour et Grande Histoire

Demain, quarante-huit des descendants issus de la liaison de Napoléon et Maria Walewska, vivant en France, Belgique, Suisse, Angleterre ou aux États-Unis, seront présents à Varsovie pour une cérémonie en l'honneur de leurs deux aïeuls. Cet événement est l'occasion de revenir sur la période napoléonienne de la Pologne.

PÂQUES - Les traditions polonaises

Pâques est sans doute la fête catholique la plus importante de l’année en Pologne et s’inscrit dans un cérémonial religieux mais aussi culinaire bien précis. Pour mieux comprendre les festivités du…

HISTOIRE DE GUERRE - La petite Pologne en Inde

Quelle place l'Inde a-t-elle dans la mémoire collective polonaise? En 1942 après l'amnistie des polonais déportés en Union soviétique, l'Inde était un des pays où ils ont trouvé refuge.…
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

DECATHLON - Au top de sa forme en Chine !

Du matériel et des vêtements pour 60 sports en magasin, bien sûr, mais c’est avant tout la promotion du sport que la marque française souhaite développer. Interview de Pannya Khamphommala, directeur de la distribution Chine, qui nous donne les facteurs clés du succès de la marque lilloise

TRANSITION DE CARRIERE - Les 3 freins les plus fréquents pour les expatriées

Suivre son conjoint en expatriation est une occasion qui permet de prendre du recul sur sa vie et sa carrière. C’est à ce moment-là que nous nous apercevons de tous les besoins que nous avons et nous souhaitons les rééquilibrer. Accompagnant des femmes en transition de carrière depuis plus de 3 ans maintenant, voici les 3 principaux freins au passage à l’action que j’ai identifiés.
Expat - Politique
Magazine
Les trophées 2014

TROPHEES 2014 - Revivez la soirée en vidéo avec France Diplomatie et France 24

À l'initiative du petitjournal.com, les "Trophées des Français de l'étranger" ont été remis à leurs sept lauréats jeudi 6 mars au Quai d'Orsay, en présence de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger. Découvrez les reportages consacrés aux lauréats sur France 24 et la vidéo officielle de la soirée réalisée par le ministère des Affaires étrangères