ECOLOGIE – La Pologne, nouvel Eldorado du bio ?

La mode du bio n'épargne pas l’Europe de l’Est. La Pologne, qui pourtant partait de loin, est bien placée pour devenir un des leaders de l'agriculture biologique en Europe. Mais si la production explose et la distribution s'organise, la demande reste à la traîne... [archive 2012]

La Pologne ne figure qu'à la dixième place du classement des principaux producteurs bio en Europe. Avec 3% de ses terres cultivables consacrées à l'agriculture biologique, le pays fait aussi bien que la France, mais nettement moins bien que l'Estonie (11%) ou l'Autriche (20%). Pourtant le retard se comble. Les surfaces des terres certifiées progressent 5 fois plus vite que la moyenne de l'UE.

Un énorme potentiel
Le marché polonais du bio est prometteur. Côté consommation : l'économie et la population du pays sont les plus importantes d'Europe de l'Est. Côté production surtout, il abrite le plus grand nombre d'agriculteurs de l'UE et des milliers de petites exploitations traditionnelles. Cette agriculture encore peu industrialisée bénéficie d'une main d'œuvre agricole nombreuse et bon marché. La proximité de l'Allemagne, 1er consommateur de produits bio en Europe ne gâche rien. 80% de la production polonaise reste d'ailleurs destinée aux marchés d'exportation.

La Pologne vend notamment ses cornichons, légumes secs, confitures, jus de pomme, sarrasin, viandes de porc et de bœuf. Les riches consommateurs d'Europe de l'Ouest sont malheureusement assez difficiles d'accès. Ces pays ont depuis longtemps leurs propres producteurs et distributeurs. Aussi certains producteurs polonais se développent vers l'est, et notamment dans les pays Baltes.

Une croissance record
La Pologne comptait 250 fermes bio en 1998, elles sont plus de 21.000 aujourd'hui (autant qu'en France ou en Allemagne !). La part de l'alimentation biologique en Europe occidentale tourne autour de 2,5%. En Pologne, la proportion était sous les 0,5% mais devrait atteindre 3% à 4% en 2020. Depuis 2000 le marché du bio dans le pays croît tous les ans d'environ 25% (contre 10% en France) et cette croissance record devrait se maintenir sur la prochaine décennie.

Le marché du bio en Pologne varie selon les sources de 50 à 150 millions d'euros contre 68 millions en République tchèque, 12 en Estonie, ou 4 en Slovaquie (mais 3,5 milliards en France et 6 milliards en Allemagne, deux poids lourds d'un marché mondial estimé à près de 45 milliards d'euros).

Cette croissance a été soutenue en grande partie par les centaines de millions d'euros versés par l'UE sous forme de subventions (qui faute de contrôle ont d'ailleurs été en partie détournées). Avant 2004 les quelques irréductibles qui se lançaient dans le bio, le faisaient avant tout pour des raisons idéologiques. Aujourd'hui les producteurs pensent aussi aux subventions... Celles-ci sont versées en fonction de la surface et les fermes biologiques sont (coïncidence ?) trois fois plus grandes en moyenne que les exploitations classiques.

Des produits encore peu démocratiques
En Allemagne, le bio s’est vite démocratisé. Il a séduit les jeunes en franchissant très tôt les portes des supermarchés et des discounters. En Pologne par contre, le bio intéresse une classe aisée vivant dans les grandes villes (10% des 500 points de vente bio sont à Varsovie). De même, en France, le consommateur type est une Parisienne, de catégorie socio-professionnelle supérieure, âgée de 46 ans. Si les Français raffolent des produits laitiers bio, les Polonais leur préfèrent dans l'ordre : les produits à base de céréales, les jus, les conserves de légumes et les fruits et légumes frais.

Mais alors qu'en Allemagne près de 95% des consommateurs achètent au moins un produit bio par an, 45% des Polonais déclarent leur intention d’acheter du bio et seulement 10% passent à l'acte. Cité par le www.lsa-conso.fr, Marek Sawicki, ministre polonais de l'Agriculture précise : « L'agriculture bio a un avenir prometteur, mais il ne faut pas s'emballer. Les consommateurs polonais regardent, en effet, souvent plus les prix que les étiquettes des produits ! »

Le prix du bio en question
Plus que le manque d'information sur l'impact des pesticides, herbicides, engrais chimiques, antibiotiques et autres OGM sur leur santé, c'est plus prosaïquement leurs revenus qui font problème. Un Polonais gagne par exemple 5 fois moins qu'un Allemand. Or les rendements de l’agriculture biologique sont faibles et les prix sont donc élevés. Surtout que la plupart des produits sont importés d'Allemagne, d'Italie et de France. Le nombre trop important d'intermédiaires sur le marché polonais, ainsi que l'absence de grandes usines de conditionnement n'arrangent rien.

En Pologne, le contraste est d'ailleurs particulièrement marqué avec les produits alimentaires non-bio qui sont très bon marché (jusqu'à 1/3 du prix français). Ainsi, quand un Polonais achète bio en supermarché il payera 113% de plus que pour du non-bio (le Français « seulement » 72% de plus). Les fruits et les légumes sont 30% plus chers, les œufs et le fromage quatre fois plus coûteux.

Au final en 2011, un Français aura dépensé en moyenne près de 55 euros en produits bio, un Allemand 75, un Suisse 175 et un Polonais ? Moins de 2 euros...

TC, CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 31 janvier 2012

 
Varsovie

« ZERO WASTE » – Béa Johnson à la rencontre des Polonais

Béa Johnson, française vivant aux Etat-Unis, experte du mouvement « zero waste » (« zéro déchet ») a donné sa première conférence en Pologne. Avec humour, elle y a distillé des conseils pratiques mais surtout transmis sa philosophie de vie : elle et sa famille produisent moins d’un litre de déchets par an !

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

Varsovie se met aux couleurs de Noël en ce premier week-end de décembre. Vous songez certainement à tout ce qu’il vous faut prévoir pour les fêtes ? Pas de panique ! lepetitjournal.com/Varsovie vous…

ENVIRONNEMENT - Pollueurs, les Polonais?

Alors que la COP22 s’est achevée il y a quelques jours à Marrakech, la Pologne s’est proposée pour héberger la COP24, en 2020. Un signe d’implication dans la cause environnementale bienvenu, mais…
Une internationale

ACOUSTIC 600ème – ZAZ fait rayonner la chanson française sur TV5MONDE

Déjà la 600ème d’ACOUSTIC, l’émission qui reçoit la création musicale francophone sur TV5MONDE. Pour cette émission spéciale, c’est la chanteuse Zaz qui donnera de la voix. Sébastien Folin, qui anime ACOUSTIC chaque semaine, revient sur les raisons du succès de ce rendez-vous musical 
Actu internationale
En direct d'Europe
munich Société

TRADITION – Krampuslauf

Ce week-end, vous pourrez assistez à la Krampuslauf, c’est-à-dire à la course de Krampus. C’est l’occasion de (re)découvrir l’origine de…
Cologne - Actualité

NOEL - Les traditions en Allemagne

Le Noël allemand ne se limite pas au soir du 24 : pendant tout le mois de décembre, on décore la maison, on cuisine des gâteaux et célèbre…
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENDRE – L’aventure VivaLing continue en Chine

VivaLing, première académie de langue en ligne, se développe tous azimuts : ouverture en Chine, lancement de la première certification professionnelle pour l’enseignement des langues en ligne, une 5e langue - l’allemand - qui complète l’offre de l’anglais, du chinois, du français et de l’espagnol… Ce dynamisme est fondé sur une conviction : apprendre une langue à un enfant, "c’est créer des ponts entre les adultes de demain"

COACHING - L’impact de l’expatriation sur la confiance en soi

Les gens vous perçoivent-ils comme quelqu’un de sûr de vous ? Comme une personne qui a réussi dans la vie et qui accompli beaucoup de choses ? Ils n’ont pas tout à fait tord, vous vous êtes tout de même expatrié, adapté à une nouvelle culture, un nouvel environnement et peut-être même avez-vous appris un nouveau langage ?
Expat - Politique

« 2017, la fin des tabous » – Discussion entre grands patrons et candidats à l’élection présidentielle

La 3ème édition du Sommet de l’économie de Challenges, titrée « 2017, la fin des tabous » réunissait des chefs d’entreprises françaises et des candidats à l’élection présidentielle pour aborder les mesures à prendre pour « redonner confiance à la France ». Mondialisation, énergies renouvelables, start-ups, formation professionnelle, directive travail détaché… Les décideurs ont confronté leurs idées, un exercice intéressant en cette période pré-électorale.

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec "un impératif, celui du réalisme".
Magazine