ECOLOGIE – La Pologne, nouvel Eldorado du bio ?

La mode du bio n'épargne pas l’Europe de l’Est. La Pologne, qui pourtant partait de loin, est bien placée pour devenir un des leaders de l'agriculture biologique en Europe. Mais si la production explose et la distribution s'organise, la demande reste à la traîne... [archive 2012]

La Pologne ne figure qu'à la dixième place du classement des principaux producteurs bio en Europe. Avec 3% de ses terres cultivables consacrées à l'agriculture biologique, le pays fait aussi bien que la France, mais nettement moins bien que l'Estonie (11%) ou l'Autriche (20%). Pourtant le retard se comble. Les surfaces des terres certifiées progressent 5 fois plus vite que la moyenne de l'UE.

Un énorme potentiel
Le marché polonais du bio est prometteur. Côté consommation : l'économie et la population du pays sont les plus importantes d'Europe de l'Est. Côté production surtout, il abrite le plus grand nombre d'agriculteurs de l'UE et des milliers de petites exploitations traditionnelles. Cette agriculture encore peu industrialisée bénéficie d'une main d'œuvre agricole nombreuse et bon marché. La proximité de l'Allemagne, 1er consommateur de produits bio en Europe ne gâche rien. 80% de la production polonaise reste d'ailleurs destinée aux marchés d'exportation.

La Pologne vend notamment ses cornichons, légumes secs, confitures, jus de pomme, sarrasin, viandes de porc et de bœuf. Les riches consommateurs d'Europe de l'Ouest sont malheureusement assez difficiles d'accès. Ces pays ont depuis longtemps leurs propres producteurs et distributeurs. Aussi certains producteurs polonais se développent vers l'est, et notamment dans les pays Baltes.

Une croissance record
La Pologne comptait 250 fermes bio en 1998, elles sont plus de 21.000 aujourd'hui (autant qu'en France ou en Allemagne !). La part de l'alimentation biologique en Europe occidentale tourne autour de 2,5%. En Pologne, la proportion était sous les 0,5% mais devrait atteindre 3% à 4% en 2020. Depuis 2000 le marché du bio dans le pays croît tous les ans d'environ 25% (contre 10% en France) et cette croissance record devrait se maintenir sur la prochaine décennie.

Le marché du bio en Pologne varie selon les sources de 50 à 150 millions d'euros contre 68 millions en République tchèque, 12 en Estonie, ou 4 en Slovaquie (mais 3,5 milliards en France et 6 milliards en Allemagne, deux poids lourds d'un marché mondial estimé à près de 45 milliards d'euros).

Cette croissance a été soutenue en grande partie par les centaines de millions d'euros versés par l'UE sous forme de subventions (qui faute de contrôle ont d'ailleurs été en partie détournées). Avant 2004 les quelques irréductibles qui se lançaient dans le bio, le faisaient avant tout pour des raisons idéologiques. Aujourd'hui les producteurs pensent aussi aux subventions... Celles-ci sont versées en fonction de la surface et les fermes biologiques sont (coïncidence ?) trois fois plus grandes en moyenne que les exploitations classiques.

Des produits encore peu démocratiques
En Allemagne, le bio s’est vite démocratisé. Il a séduit les jeunes en franchissant très tôt les portes des supermarchés et des discounters. En Pologne par contre, le bio intéresse une classe aisée vivant dans les grandes villes (10% des 500 points de vente bio sont à Varsovie). De même, en France, le consommateur type est une Parisienne, de catégorie socio-professionnelle supérieure, âgée de 46 ans. Si les Français raffolent des produits laitiers bio, les Polonais leur préfèrent dans l'ordre : les produits à base de céréales, les jus, les conserves de légumes et les fruits et légumes frais.

Mais alors qu'en Allemagne près de 95% des consommateurs achètent au moins un produit bio par an, 45% des Polonais déclarent leur intention d’acheter du bio et seulement 10% passent à l'acte. Cité par le www.lsa-conso.fr, Marek Sawicki, ministre polonais de l'Agriculture précise : « L'agriculture bio a un avenir prometteur, mais il ne faut pas s'emballer. Les consommateurs polonais regardent, en effet, souvent plus les prix que les étiquettes des produits ! »

Le prix du bio en question
Plus que le manque d'information sur l'impact des pesticides, herbicides, engrais chimiques, antibiotiques et autres OGM sur leur santé, c'est plus prosaïquement leurs revenus qui font problème. Un Polonais gagne par exemple 5 fois moins qu'un Allemand. Or les rendements de l’agriculture biologique sont faibles et les prix sont donc élevés. Surtout que la plupart des produits sont importés d'Allemagne, d'Italie et de France. Le nombre trop important d'intermédiaires sur le marché polonais, ainsi que l'absence de grandes usines de conditionnement n'arrangent rien.

En Pologne, le contraste est d'ailleurs particulièrement marqué avec les produits alimentaires non-bio qui sont très bon marché (jusqu'à 1/3 du prix français). Ainsi, quand un Polonais achète bio en supermarché il payera 113% de plus que pour du non-bio (le Français « seulement » 72% de plus). Les fruits et les légumes sont 30% plus chers, les œufs et le fromage quatre fois plus coûteux.

Au final en 2011, un Français aura dépensé en moyenne près de 55 euros en produits bio, un Allemand 75, un Suisse 175 et un Polonais ? Moins de 2 euros...

TC, CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 31 janvier 2012

Varsovie

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans (20-21 décembre)

Pour cet agenda du week-end, le dernier de l’année 2014, nous ne faisons pas que vous proposer de quoi vous occuper samedi et dimanche. Nous vous invitons également à préparer votre soirée du Nouvel An et à réserver vos places pour les principaux événements de l’année 2015 qui, nous n’en doutons pas, sera elle aussi haute en couleurs !

SHOPPING DE NOEL – Idées cadeaux {BEST OF}

Noël, c'est déjà dans une semaine ! Pas de panique si vous êtes en retard dans vos achats de cadeaux, Lepetitjournal.com/Varsovie a pensé à vous. Dans cet article, vous trouverez des adresses de…

PRISONS DE LA CIA - Le sujet fait couler de l'encre

Le rapport du sénat américain sur les prisons de la CIA continue de susciter de nombreux commentaires dans la presse. Lundi, les journaux se penchaient, dans ce rapport, sur les révélations ayant…
A la une

IDEES CADEAUX - Christmas is coming !

Vous n'avez rien prévu pour vos cadeaux de Noël ? Que ce soit pour vos enfants mais aussi pour votre conjoint(e) et proches ? Pas de panique ! lepetitjournal.com vous aide à garnir la hotte du Père Noël.
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Appel à candidatures

Vous résidez à l'étranger? Vous avez un parcours hors du commun? Le 17 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Mathias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez !
Expat
Expat - Emploi

FRANÇAIS À L'ÉTRANGER – Quand les entreprises protègent leurs salariés

Certains travaillent au large du Libéria sur des plateformes pétrolières, d’autres sont basés en Afghanistan pour le compte d’ONG ou encore dans des zones reculées de l’Inde pour gérer l’exploitation de centres de production. Tous sont des expatriés. Ils vivent dans des situations parfois extrêmes. Leurs employeurs en sont conscients et bien souvent font appel à des prestataires extérieurs pour assurer leur sécurité. Rencontre avec International SOS & Control Risks
Expat - Politique

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2015. La Commission Européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, attendue début 2015, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Francophonie

FRANCOPHONIE – LE XVe Sommet à Dakar

Le 15e Sommet de la Francophonie se déroule à Dakar du 29 au 30 novembre. Les chefs d’État et de gouvernement de l’OIF se réunissent pour définir les prochaines orientations de la Francophonie, statuer sur l’admission de nouveaux pays membres et élire le prochain Secrétaire général de la Francophonie. Invité de France 24, RFI et TV5 Monde, François Hollande a tenu à rappeler que la France était "au service de la francophonie".