ECOLOGIE – La Pologne, nouvel Eldorado du bio ?

La mode du bio n'épargne pas l’Europe de l’Est. La Pologne, qui pourtant partait de loin, est bien placée pour devenir un des leaders de l'agriculture biologique en Europe. Mais si la production explose et la distribution s'organise, la demande reste à la traîne... [archive 2012]

La Pologne ne figure qu'à la dixième place du classement des principaux producteurs bio en Europe. Avec 3% de ses terres cultivables consacrées à l'agriculture biologique, le pays fait aussi bien que la France, mais nettement moins bien que l'Estonie (11%) ou l'Autriche (20%). Pourtant le retard se comble. Les surfaces des terres certifiées progressent 5 fois plus vite que la moyenne de l'UE.

Un énorme potentiel
Le marché polonais du bio est prometteur. Côté consommation : l'économie et la population du pays sont les plus importantes d'Europe de l'Est. Côté production surtout, il abrite le plus grand nombre d'agriculteurs de l'UE et des milliers de petites exploitations traditionnelles. Cette agriculture encore peu industrialisée bénéficie d'une main d'œuvre agricole nombreuse et bon marché. La proximité de l'Allemagne, 1er consommateur de produits bio en Europe ne gâche rien. 80% de la production polonaise reste d'ailleurs destinée aux marchés d'exportation.

La Pologne vend notamment ses cornichons, légumes secs, confitures, jus de pomme, sarrasin, viandes de porc et de bœuf. Les riches consommateurs d'Europe de l'Ouest sont malheureusement assez difficiles d'accès. Ces pays ont depuis longtemps leurs propres producteurs et distributeurs. Aussi certains producteurs polonais se développent vers l'est, et notamment dans les pays Baltes.

Une croissance record
La Pologne comptait 250 fermes bio en 1998, elles sont plus de 21.000 aujourd'hui (autant qu'en France ou en Allemagne !). La part de l'alimentation biologique en Europe occidentale tourne autour de 2,5%. En Pologne, la proportion était sous les 0,5% mais devrait atteindre 3% à 4% en 2020. Depuis 2000 le marché du bio dans le pays croît tous les ans d'environ 25% (contre 10% en France) et cette croissance record devrait se maintenir sur la prochaine décennie.

Le marché du bio en Pologne varie selon les sources de 50 à 150 millions d'euros contre 68 millions en République tchèque, 12 en Estonie, ou 4 en Slovaquie (mais 3,5 milliards en France et 6 milliards en Allemagne, deux poids lourds d'un marché mondial estimé à près de 45 milliards d'euros).

Cette croissance a été soutenue en grande partie par les centaines de millions d'euros versés par l'UE sous forme de subventions (qui faute de contrôle ont d'ailleurs été en partie détournées). Avant 2004 les quelques irréductibles qui se lançaient dans le bio, le faisaient avant tout pour des raisons idéologiques. Aujourd'hui les producteurs pensent aussi aux subventions... Celles-ci sont versées en fonction de la surface et les fermes biologiques sont (coïncidence ?) trois fois plus grandes en moyenne que les exploitations classiques.

Des produits encore peu démocratiques
En Allemagne, le bio s’est vite démocratisé. Il a séduit les jeunes en franchissant très tôt les portes des supermarchés et des discounters. En Pologne par contre, le bio intéresse une classe aisée vivant dans les grandes villes (10% des 500 points de vente bio sont à Varsovie). De même, en France, le consommateur type est une Parisienne, de catégorie socio-professionnelle supérieure, âgée de 46 ans. Si les Français raffolent des produits laitiers bio, les Polonais leur préfèrent dans l'ordre : les produits à base de céréales, les jus, les conserves de légumes et les fruits et légumes frais.

Mais alors qu'en Allemagne près de 95% des consommateurs achètent au moins un produit bio par an, 45% des Polonais déclarent leur intention d’acheter du bio et seulement 10% passent à l'acte. Cité par le www.lsa-conso.fr, Marek Sawicki, ministre polonais de l'Agriculture précise : « L'agriculture bio a un avenir prometteur, mais il ne faut pas s'emballer. Les consommateurs polonais regardent, en effet, souvent plus les prix que les étiquettes des produits ! »

Le prix du bio en question
Plus que le manque d'information sur l'impact des pesticides, herbicides, engrais chimiques, antibiotiques et autres OGM sur leur santé, c'est plus prosaïquement leurs revenus qui font problème. Un Polonais gagne par exemple 5 fois moins qu'un Allemand. Or les rendements de l’agriculture biologique sont faibles et les prix sont donc élevés. Surtout que la plupart des produits sont importés d'Allemagne, d'Italie et de France. Le nombre trop important d'intermédiaires sur le marché polonais, ainsi que l'absence de grandes usines de conditionnement n'arrangent rien.

En Pologne, le contraste est d'ailleurs particulièrement marqué avec les produits alimentaires non-bio qui sont très bon marché (jusqu'à 1/3 du prix français). Ainsi, quand un Polonais achète bio en supermarché il payera 113% de plus que pour du non-bio (le Français « seulement » 72% de plus). Les fruits et les légumes sont 30% plus chers, les œufs et le fromage quatre fois plus coûteux.

Au final en 2011, un Français aura dépensé en moyenne près de 55 euros en produits bio, un Allemand 75, un Suisse 175 et un Polonais ? Moins de 2 euros...

TC, CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 31 janvier 2012

Varsovie

AGENDA DU WEEK END – Les bons plans

Pour ce premier week-end de juillet, le thermomètre risque de grimper. Pour rester dans le thème, on vous a concocté un programme caliente : musique, spectacles, cinéma, sport et pique-niques animeront vos journées, et prolongeront vos soirées. Un bon verre d'eau, et ça repart !

SOUVENIRS – Ce qu’il faut ramener de Pologne

Ca y est, c’est la fin de l’année. Expatriés ou Erasmus, nombreux sont parmi vous ceux qui quitteront bientôt la Pologne pour de nouveaux horizons. Mais à quelques jours du départ, l’angoisse…

DZIK – Là où le temps s’arrête

De l’extérieur, le Dzik est une belle bâtisse moderne, toute peinte de blanc. Mais il suffit de franchir la porte pour faire un véritable voyage dans le temps. Déco rétro, vieux mobilier et boiseries…

CITADELLE DE VARSOVIE - Entre histoire et flânerie

Comme chacun sait, Varsovie regorge d’espaces verts et il n’est pas de meilleur moment qu’en cette saison de l’année pour entreprendre de longues promenades à pieds et s’immerger dans la végétation…

GRECE - Qu'en dit la presse polonaise?

Tous les journaux polonais suivent avec attention la situation en Grèce. Jeux de la mort - La Grèce au bord du gouffre titrait mardi en Une Dziennik Gazeta Prawna.

FIN D'ERASMUS - Avec Samuel Gadenne

C'est la fin de l'année et les étudiants Erasmus font leurs valises après un an ou un semestre en Pologne. Avant qu'ils ne s'envolent vers de nouvelles aventures, lepetitjournal.com/Varsovie en a…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine