ECOLOGIE – La Pologne, nouvel Eldorado du bio ?

La mode du bio n'épargne pas l’Europe de l’Est. La Pologne, qui pourtant partait de loin, est bien placée pour devenir un des leaders de l'agriculture biologique en Europe. Mais si la production explose et la distribution s'organise, la demande reste à la traîne... [archive 2012]

La Pologne ne figure qu'à la dixième place du classement des principaux producteurs bio en Europe. Avec 3% de ses terres cultivables consacrées à l'agriculture biologique, le pays fait aussi bien que la France, mais nettement moins bien que l'Estonie (11%) ou l'Autriche (20%). Pourtant le retard se comble. Les surfaces des terres certifiées progressent 5 fois plus vite que la moyenne de l'UE.

Un énorme potentiel
Le marché polonais du bio est prometteur. Côté consommation : l'économie et la population du pays sont les plus importantes d'Europe de l'Est. Côté production surtout, il abrite le plus grand nombre d'agriculteurs de l'UE et des milliers de petites exploitations traditionnelles. Cette agriculture encore peu industrialisée bénéficie d'une main d'œuvre agricole nombreuse et bon marché. La proximité de l'Allemagne, 1er consommateur de produits bio en Europe ne gâche rien. 80% de la production polonaise reste d'ailleurs destinée aux marchés d'exportation.

La Pologne vend notamment ses cornichons, légumes secs, confitures, jus de pomme, sarrasin, viandes de porc et de bœuf. Les riches consommateurs d'Europe de l'Ouest sont malheureusement assez difficiles d'accès. Ces pays ont depuis longtemps leurs propres producteurs et distributeurs. Aussi certains producteurs polonais se développent vers l'est, et notamment dans les pays Baltes.

Une croissance record
La Pologne comptait 250 fermes bio en 1998, elles sont plus de 21.000 aujourd'hui (autant qu'en France ou en Allemagne !). La part de l'alimentation biologique en Europe occidentale tourne autour de 2,5%. En Pologne, la proportion était sous les 0,5% mais devrait atteindre 3% à 4% en 2020. Depuis 2000 le marché du bio dans le pays croît tous les ans d'environ 25% (contre 10% en France) et cette croissance record devrait se maintenir sur la prochaine décennie.

Le marché du bio en Pologne varie selon les sources de 50 à 150 millions d'euros contre 68 millions en République tchèque, 12 en Estonie, ou 4 en Slovaquie (mais 3,5 milliards en France et 6 milliards en Allemagne, deux poids lourds d'un marché mondial estimé à près de 45 milliards d'euros).

Cette croissance a été soutenue en grande partie par les centaines de millions d'euros versés par l'UE sous forme de subventions (qui faute de contrôle ont d'ailleurs été en partie détournées). Avant 2004 les quelques irréductibles qui se lançaient dans le bio, le faisaient avant tout pour des raisons idéologiques. Aujourd'hui les producteurs pensent aussi aux subventions... Celles-ci sont versées en fonction de la surface et les fermes biologiques sont (coïncidence ?) trois fois plus grandes en moyenne que les exploitations classiques.

Des produits encore peu démocratiques
En Allemagne, le bio s’est vite démocratisé. Il a séduit les jeunes en franchissant très tôt les portes des supermarchés et des discounters. En Pologne par contre, le bio intéresse une classe aisée vivant dans les grandes villes (10% des 500 points de vente bio sont à Varsovie). De même, en France, le consommateur type est une Parisienne, de catégorie socio-professionnelle supérieure, âgée de 46 ans. Si les Français raffolent des produits laitiers bio, les Polonais leur préfèrent dans l'ordre : les produits à base de céréales, les jus, les conserves de légumes et les fruits et légumes frais.

Mais alors qu'en Allemagne près de 95% des consommateurs achètent au moins un produit bio par an, 45% des Polonais déclarent leur intention d’acheter du bio et seulement 10% passent à l'acte. Cité par le www.lsa-conso.fr, Marek Sawicki, ministre polonais de l'Agriculture précise : « L'agriculture bio a un avenir prometteur, mais il ne faut pas s'emballer. Les consommateurs polonais regardent, en effet, souvent plus les prix que les étiquettes des produits ! »

Le prix du bio en question
Plus que le manque d'information sur l'impact des pesticides, herbicides, engrais chimiques, antibiotiques et autres OGM sur leur santé, c'est plus prosaïquement leurs revenus qui font problème. Un Polonais gagne par exemple 5 fois moins qu'un Allemand. Or les rendements de l’agriculture biologique sont faibles et les prix sont donc élevés. Surtout que la plupart des produits sont importés d'Allemagne, d'Italie et de France. Le nombre trop important d'intermédiaires sur le marché polonais, ainsi que l'absence de grandes usines de conditionnement n'arrangent rien.

En Pologne, le contraste est d'ailleurs particulièrement marqué avec les produits alimentaires non-bio qui sont très bon marché (jusqu'à 1/3 du prix français). Ainsi, quand un Polonais achète bio en supermarché il payera 113% de plus que pour du non-bio (le Français « seulement » 72% de plus). Les fruits et les légumes sont 30% plus chers, les œufs et le fromage quatre fois plus coûteux.

Au final en 2011, un Français aura dépensé en moyenne près de 55 euros en produits bio, un Allemand 75, un Suisse 175 et un Polonais ? Moins de 2 euros...

TC, CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 31 janvier 2012

 
Varsovie

KIELISZKI NA PROZNEJ - Le bar aux verres suspendus

La rue Prozna est l’une des rares rues de l’ancien ghetto juif à ne pas avoir été détruite pendant la guerre. Entièrement rénovée en 2014, elle arbore aujourd’hui de belles façades blanches, et l’on s’y rend volontiers pour les nombreux bars et restaurants qu’elle abrite. Parmi eux, un récent bar à vin a retenu notre attention: le « Kieliszki na Proznej », un lieu où plus d’un millier de verres trônant au plafond laissent présager une cave bien…

PERNOD RICARD – Rencontre avec Eric Benoist

Lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre d’Eric Benoist, directeur général de la région Europe Centrale du groupe Pernod Ricard. Fort d’une expérience de 23 ans dans l’entreprise à des…

CRISE POLITIQUE - L'heure du bilan

Selon la presse, l’opposition semble à présent vaincue, car si le retour des médias au Parlement est un succès, la loi des finances, elle, ne sera pas revotée. De plus, elle sortirait affaiblie de ce…

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

Ce premier agenda du week-end de l'année est placé sous le signe de la musique! L'événement dominant sera sans nul doute un grand concert caritatif qui se tiendra devant le PKIN et qui a à cœur…
Une internationale

Idée cadeau Saint Valentin : offrez (lui) la Bleu Blanc Box

La Saint Valentin approche à grands pas et comme chaque année, on a envie de faire plaisir à l’être aimé… Idée cadeau romantique : offrez-vous, offrez-lui une Box! La Bleu Blanc Box, coffret cadeau rempli de surprises “Made in France”, s’invite ce mois-ci dans le coeur de tous les amoureux de la France sous la thématique de l’Amour…et ravit tous les expatriés en manque de produits bien de chez nous.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine