LOISIRS - Le sport ? oui mais à la télé...

 

D’une seule voix, les Polonais affirment aimer le sport et plus généralement les activités de plein air. Mais il s’avère rapidement que « aimer » revient à le regarder à la télévision, affalé dans son canapé et, pourquoi pas, sirotant une bière. Leurs idoles : Małysz, Radwańska, Kubica. Ils seraient prêts à passer le week-end entier devant le poste de télévision pour les soutenir et vibrer au rythme de leurs succès. Les Polonais aiment le sport, mais de manière platonique. [archives 2011]

(Adam Małysz, Tadeusz Mieczyński, Wikicommons)

On l'a vu, les Polonais sont trop gros et trop stressés. Le sport serait un remède indiqué, et pourtant : d’après Eurobarometr, 49% avouent s'abstenir complètement, tandis que 6% des Polonais à peine pratiquent un sport régulièrement. A comparer aux 40% d’Européens pratiquant un sport au moins une fois par semaine...

Les excuses mentionnées sont multiples : en tête du classement - le manque de temps (46%), puis viennent maladies ou infirmités, et enfin le manque d’infrastructures appropriées. Comme souvent c’est le gouvernement qui est pointé du doigt, il serait le principal fautif pour 52% des Polonais.

La baisse de l’activité physique en Pologne est par ailleurs proportionnelle à l’âge. Alors que 56% des moins de 25 ans admettent avoir une activité physique, la plupart arrêtent après l’entrée dans la vie active… C’est-à-dire au moment où justement elle serait plus que souhaitable. Au-delà de l'effet sur la santé, les sociologues s’accordent à dire que les gens pratiquant le sport réfléchissent mieux, agissent de manière plus systématique et leur travail est plus effectif.

Que font donc les Polonais durant leur temps libre ?
37% choisissent la lecture d’un livre ou de la presse. Selon une étude de 2006, 54% de Polonais préfèrent regarder la télévision (et pas seulement le saut à ski). Ils la regardent en moyenne plus de 4 heures par jour ! La seule vraie activité extérieure fréquemment mentionnée est la promenade, choisie par 24% des sondés.

Directement après arrivent, assez étrangement, les… corvées ménagères et autres travaux domestiques ainsi que les courses (23% au total). Ceci ne surprend guère lorsqu’on voit le dimanche l’affluence dans les galeries marchandes de familles entières qui viennent « passer le temps ».

La vie sociale, incluant les rencontres avec les amis, n'est citée que par 18% des Polonais. D'ailleurs la majorité des loisirs cités ne sont pas vraiment des activités « sociales » : bricolage, pêche, travaux manuels, jardinage, musique et mots-croisés se pratiquent seuls ou tout au plus avec la famille proche.

Les jeunes ne font pas mieux….
Alors que 46% des jeunes européens font partie d’un club de sport, ou d'une organisation culturelle (68% aux Pays-Bas !), les Polonais atteignent à peine 26%. Moitié moins que les jeunes Français. En cause le manque d'équipements sportifs et de moyens financiers, notamment dans les milieux ruraux. Les activités périscolaires et même scolaires sont payantes et pèsent lourd dans le budget familial. Une fois payés les cours d’anglais et de piano, il ne reste pas grand chose pour le sport...

(Stefan Wielgus, 1955, la jeunesse contre l'ordre ancien)
Aller faire du jogging deux fois par semaine ne requiert pourtant ni d’infrastructures ni de coûts particuliers. De même le sport à l’école est accessible à tous, pourtant le taux d’élèves excusés pour d’innombrables raisons atteint des proportions ridicules. Autre cause : le désintérêt des parents. Ceux-ci, on l'a vu, ne donnent pas vraiment l'exemple et n'encourageraient pas assez leurs enfants à pratiquer un sport. Les activités physiques seraient peu valorisé en Pologne, beaucoup moins en tout cas que les activités intellectuelles. Soit. Mais la télé n'est pas vraiment une activité intellectuelle...

La faute au communisme ?
Certes, il n’était pas toujours facile d’entretenir une vie sociale active dans un système où une conversation à trois dans la rue passait pour un rassemblement illégal. Mais le niveau sportif se portait mieux à l’époque communiste. Priorité nationale, les activités sportives et artistiques étaient proposées gratuitement aux plus jeunes : au sein des maisons de la culture (Dom Kultury) ou dans des Clubs sportifs de quartier (tout au moins dans les grandes villes). L'âge d'or aux Jeux Olympiques est d'ailleurs compris entre 1960 et 1980. La Pologne finissait alors régulièrement dans les 10 premières nations au classement des médailles (avec des méthodes d'entrainement contestées). Aujourd'hui le pays fait beaucoup moins bien et ne dépasse pas la 20ième place...

Anna Riondet (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mercredi 25 mai 2011

Varsovie

HUMOUR – Quand le croissant au chocolat bat de l'aile

Aujourd’hui, pour nous Français expatriés, point de difficulté insurmontable en Pologne. De nombreux bistrots français, telles de petites ambassades culturelles, veillent désormais à ce que le dépaysement gastronomique ne soit plus qu’un vieux souvenir. Mais en 2009, nous n’en étions pas encore là…

AGENDA DU WEEK END - Les bons plans

Une heure de sommeil perdue dans la nuit de samedi à dimanche, c’est une heure de soleil gagnée pour profiter de ce week-end qui offrira un programme aux thématiques variées : gastronomie,…

SOIRÉE - Quand les Chtis font la fête à Varsovie

Connaissez-vous le groupe des Chtis Polonais ? Ces Nordistes organisent depuis plus d’un an des soirées festives à Varsovie, plongeant les participants dans la chaleureuse ambiance du Nord de la…
A la une

EXPO UNIVERSELLE 2015 – Les pavillons de la Francophonie

Lors de l'exposition universelle 2015, 145 pays seront représentés. Parmi eux, une trentaine sont membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie. On compte également quelques grands absents comme le Canada ou la Grèce. A l'occasion de la semaine de la langue française et en cette Journée Internationale de la Francophonie, lepetitjournal.com vous propose un panorama non exhaustif des pavillons, membres de l’OIF.
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

SALON S’EXPATRIER MODE D’EMPLOI – Rencontre avec les candidats au départ

Vendredi 27 mars la Cité Universitaire de Paris accueillait le Salon S’expatrier : mode d’emploi. Plusieurs stands et conférences étaient proposés aux futurs candidats au départ afin de les renseigner et de les accompagner dans leurs démarches administratives. Qui sont-ils et pourquoi souhaitent-ils partir ?

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.
Expat - Politique

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.
Magazine
Francophonie

EXPO UNIVERSELLE 2015 – Les pavillons de la Francophonie

Lors de l'exposition universelle 2015, 145 pays seront représentés. Parmi eux, une trentaine sont membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie. On compte également quelques grands absents comme le Canada ou la Grèce. A l'occasion de la semaine de la langue française et en cette Journée Internationale de la Francophonie, lepetitjournal.com vous propose un panorama non exhaustif des pavillons, membres de l’OIF.

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.