JE T'AIME MOI NON PLUS (2nde partie) - La Pologne aux yeux des Français

 

Depuis la chute du rideau de fer, la Pologne n’est plus une inconnue pour les Français. Pourtant les stéréotypes paraissent toujours marquer les consciences. [archive 2011]

Tandis que le Polonais, en découvrant la France, allait d’espoir en déception avec une ardeur toujours renouvelée ce qui lui valut une réputation de fidélité à toute épreuve, le Français, au cours de l’histoire, regardait la Pologne comme une contrée exotique, lointaine et improbable. Malgré quelques grands moments de prise de conscience, et le rapprochement des deux pays sur l’arène internationale, le poids des stéréotypes et des clichés joue toujours à cet égard un rôle important.

La reine des neiges
Après la mort du dernier roi de la dynastie des Jagellon, Henri de Valois, frère du roi de France, se voit offrir le trône polonais. Quand, 5 mois plus tard, il s’enfuit de Pologne pour monter sur le trône français vacant, ses bardes se lamentent sur le rude climat polonais : "Adieu Pologne, adieu, plaines désertes / Toujours de neige et de glaces couvertes [...]".
Ils n’épargnent pas non plus les Polonais eux-mêmes : "Barbare peuple, arrogant et volage, / Vanteur, causeur, n’ayant rien que langage, / Qui, jour et nuit, dans un poisle enfermé, / Pour tout plaisir se joue avec un verre, / Ronfle à table ou s’endort sur la terre / Puis comme un Mars veut être renommé".

C’est sur des pamphlets de ce genre, mais aussi sur des éloges de circonstance (comme par exemple la littérature panégirique produite à l’occasion de l’entrée à Paris de la grande légation polonaise venue, en 1573, escorter le nouveau roi jusqu’à Cracovie), que se fondent, dans l’imaginaire collectif des Français, les premières images souvent contradictoires de la Pologne, pays de neiges éternelles et de mœurs barbares où les femmes sont belles et où les hommes boivent comme des trous.

"Soûl comme un Polonais"
Voilà en effet une expression française fortement péjorative qui, quel que soit son bien-fondé, reposerait sur un malentendu. Pendant la campagne espagnole de Napoléon, près du col de Somosierra, l’empereur fit appel aux chevau-légers polonais dont l’attaque fut décisive. D’où la phrase célèbre de Napoléon apostrophant les officiers français jaloux et accusant les Polonais d’être ivres: "Messieurs, soyez soûls... mais soûls comme des Polonais !" Et, pour rester dans le domaine de l’ivresse, la vodka polonaise Wyborowa a beau être devenue française après le rachat des entreprises Polmos par Pernod-Ricard, la Pologne a toujours pour un Français le goût de la vodka.

(Marie-Curie Wikicommons)

"Respect aux dames, honneur aux Polonais"
Un autre mythe fortement ancré dans les esprits mais glorieux celui-là, c’est l’image du héros polonais animé, comme disait Benjamin Constant, "par l’amour de la liberté, toujours malheureux mais que rien ne décourage et ne peut détruire". Lorsqu’en 1831, après le soulèvement réprimé contre la Russie, quelque 5.000 Polonais franchissent la frontière pour former plus tard ce qu’on appellera la Grande émigration, ils seront accueillis avec de multiples marques de sympathie et de solidarité. À cette époque "toute la France était polonaise" si l’on en croit La Fayette s’exprimant ainsi à la Chambre des députés. Gérard de Nerval rapporte qu’à l’entrée de nombreux cabarets de Paris on pouvait lire une pancarte "Respect aux dames, honneur aux Polonais".

Cette image du Polonais courageux et brave, toujours prêt à se battre pour une cause qui semble perdue d’avance, a été ranimée dans les années 80 du XXe siècle par les combats de Solidarność ayant soulevé en France un immense élan d’intérêt et d’admiration. Depuis la grève au chantier naval de Gdańsk jusqu’à la "révolution autolimitée" de 1989, l’aide des syndicats français, l’engagement des intellectuels et des personnalités publiques dont le couple des comédiens Yves Montand et Simone Signoret, mais aussi l’aide de gens ordinaires, ne se sont jamais démentis.

(Jean Paul II et Lech Walesa en 1981, wikicommons -Robert Brooks)

Le pape, ce Polonais
Mais il y a aussi cette image de la Pologne catholique qui ne cesse d’agacer les Français chérissant le principe de séparation de l’Église et de l’État. La participation des trois plus hauts représentants de l’Etat polonais, dont le président Aleksander Kwaśniewski, au Grand Jubilé de Rome en 2000, suscite l’incompréhension. Et la position du pape Jean-Paul II approuvée par les Polonais qui en 2004, accuse la France en plein débat sur le voile islamique de "mettre en péril le respect effectif de la liberté de religion", irrite. Du révolutionnaire invétéré, le Polonais redevient, dans l’imaginaire collectif, le gardien du passé, et cette image est doublement renforcée - c’est le cas de le dire ! - par l’apparition sur la scène politique des frères jumeaux Kaczyński, représentants d’une droite ultra-catholique et euro-scéptique.

Une image floue
Tous ces clichés, et bien d’autres encore, coexistent en formant une image à multiples facettes, un peu floue à force de superpositions incessantes. Ainsi, la Pologne est cette belle Polonaise aux traits à demi effacés de Maria Walewska, la maîtresse de Napoléon, mais affublée d’une moustache à la Wałęsa. Elle porte le chignon grisonnant de Marie Curie-Skłodowska et la robe grise de Cendrillon communiste. Elle montre le beau visage slave de Jean-Paul II en même temps que celui du plombier polonais – ils se ressemblent !, en tenant d’une main une épée, de l’autre un verre de vodka.

Cette liste des stéréotypes sur la Pologne est loin d’être exhaustive. La Pologne antisémite ? La Pologne ubuesque, ce pays de "nulle part" comme écrivait Alfred Jarry ? Ou, au contraire, ce pays "de partout" comme le soutient, après le philosophe Michel Foucault, le journaliste Bernard Gueta pour qui "autrefois triste, laide et grise, défigurée par les horreurs de l’occupation nazie et certainement pas égayée par le communisme, la Pologne ressemble désormais à n’importe quel autre pays européen".

Et vous, quel visage lui donnez-vous ? Votre avis aidera peut-être à établir le portrait-robot de cette chimère insaisissable.

Anna Kryst (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) lundi 18 avril 2011

Pour en savoir plus : Kaleidoscope franco-polonais, sous la direction de Bronisław Geremek et Marcin Frybes, 2004, éditions Noir sur Blanc.

Et ne manquez pas notre article : JE T'AIME MOI NON PLUS (1ère partie) – Francophiles les Polonais ?

Varsovie

LITTERATURE - Romain Gary et la Pologne (Second épisode)

L’écrivain Romain Gary (1914-1980) a vécu dans plus de dix pays, dont la Pologne, entre 1921 et 1927. La Pologne occupera une place importante dans ses oeuvres, notamment dans son premier roman Education Européenne, publié en 1945. Mais alors que la biographie officielle évoque à juste titre l’âme russe de Romain Gary, quel impact eurent ses années polonaises sur lui ? Et quels lieux de Varsovie portent encore la trace de l’écrivain? Enquête.

FIN D'ERASMUS - Avec Samuel Gadenne

C'est la fin de l'année et les étudiants Erasmus font leurs valises après un an ou un semestre en Pologne. Avant qu'ils ne s'envolent vers de nouvelles aventures, lepetitjournal.com/Varsovie en a…

AGENDA DU WEEK END - Les bons plans

C’est le début de l’été, beaucoup partent en vacances, ou retournent en France. Vous, vous restez à Varsovie ce week-end. L’angoisse ? Pas du tout, grands chanceux : cette semaine, on vous a concocté…

TENDANCE – Le street art à Varsovie

Tenez-vous prêts : le festival international du street art débutera dimanche à Varsovie. Pour vous mettre l'eau à la bouche, découvrez l'interview de Kasia Dziubłowska publiée en février dernier…
Une internationale

FRANCK MESNEL- L’effet papillon, du rugby à Eden Park

Franck Mesnel Eden Park
Comment un nœud de papillon rose, né de la fantaisie des joueurs de rugby du Racing, soucieux de s’illustrer dans les règles, mais avec élégance et impertinence, est-il devenu presque 30 ans plus tard le symbole d’une marque de "casual luxe" haut de gamme ? Franck Mesnel revient sur l’histoire vraie de la construction de la marque "Eden Park", au moment même où il vivait les plus grands moments de sa carrière de joueur de rugby, en équipe de…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.

PORTRAIT D’EXPAT - Arrivés avec 5 valises et quelques économies

Il en faut du culot pour tout plaquer et partir à l'étranger. C'est pourtant ce qu'on fait Line et Samuel, la bonne trentaine et deux enfants. Un jour ils sont venus s’installer à Saigon, se donnant deux ans pour trouver leur projet de vie ou rentrer. Aujourd’hui, ne leur parlez plus de retourner vivre en France !
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine