TŁUSTY CZWARTEK - La fête des beignets


Attention, pour honorer une tradition polonaise séculaire, il va falloir donner un peu de votre personne : oubliez votre taux de cholestérol, aujourd'hui c'est Jeudi gras... très gras !

(article publié le 3 mars 2011)

Si en France, en Angleterre, au Brésil ou aux Etats-Unis, les lipides et les glucides sont à l'honneur un mardi, en Belgique, en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Pologne on fête le Jeudi gras. Ce jour-là, tous les Polonais et les expatriés désireux de goûter aux joies des traditions autochtones se gavent de beignets. L'exercice est plaisant : difficile d'être insensible à tant de moelleux, de gras et de sucre, le tout sublimé par une apparente légèreté. Le lendemain, on ne manquera pas de demander à ses amis combien ils en ont mangé. En connaisseur on poussera alors, devant l'énormité du chiffre, des Ohhh !! d'admiration ou de jalouse désapprobation.

Une fête mobile
Si vous adorez les casse-têtes ou si vous avez perdu votre calendrier, vous pouvez toujours vous “amuser” à calculer la date du prochain Jeudi gras : facile, Tłusty czwartek est célébré le dernier jeudi avant le mercredi des Cendres, qui lui-même est fixé 46 jours avant Pâques, célébrée pour sa part le dimanche après le 14e jour du premier mois lunaire du printemps, donc le dimanche après la première pleine lune advenant pendant ou après l'équinoxe de printemps...

Le mercredi des cendres marque aussi le début du Carême, une période de jeûne de quarante jours en référence aux quarante jours d'abstinence endurée par Jésus-Christ dans le désert. Comme la plupart des interdits religieux, cette pratique à l'époque répondait à un besoin économique. Elle donne un sens à la pénurie des derniers mois de l'hiver et limite l'apparition des famines.

Dans l'Europe moyenâgeuse...
Avant ces quarante jours de jeûne... on fait du gras. Pour accumuler quelques réserves, satisfaire tous les proches et surtout pour ne pas gâcher les derniers stocks, les cuisinières confectionnent des pâtisseries bon marché et vite préparées. Et quoi de mieux pour se débarrasser de beurre, d'œufs, et de lait que de se mettre à faire des beignets, des gaufres ou des crêpes?

En Pologne, on a retenu la solution beignets. Au 19ième siècle la présence des Pączki et des Faworki dans les bals s'institutionnalise. Comme la carpe pour Noël, ils sont devenus depuis les plats emblématiques du Jeudi gras. "Etrangement", si les 6 semaines de jeûne et d'abstinence tombent partout en désuétude, les polonais mettent encore beaucoup d'application à honorer la tradition des beignets du Jeudi gras.

czki et faworki
Les beignets (de la pâte frite dans de l'huile) se retrouvent dès le Moyen Âge dans toute l'Europe. En Pologne, les Pączki (petits bourgeons) sont à la mode. Ils sont très similaires aux ponchiki russes, pampushky ukrainiens et même aux gogoşi roumains.

Un pączek est généralement recouvert de sucre glace. Sa pâte est particulièrement riche (œufs, sucre, beurre, lait...). Il est souvent fourré avec de la marmelade de fruits de rose sauvage. Il existe aussi des variations aux pruneaux, aux amandes moulues, avec du Nutella, de la confiture d'abricots ou de fraises. Enfin les connaisseurs ajoutent toujours un peu de vodka dans la pâte. En s'évaporant l'alcool limite l'absorption d'huile. Pour éliminer les 200 calories d'un pączek vous n'aurez à courir "que" 20 minutes ou marcher 1 heure...

Autre spécialité du Jeudi gras, très similaire aux bugnes, les faworki sont des beignets croquants en forme de ruban recouverts de sucre glace. Leur nom vient du français "faveur" : le ruban donné à un chevalier par sa dame.

Où ?
Le Jeudi gras et une fête gourmande et conviviale. Ce jour-là les Polonais se réunissent dans des cafés ou en famille. Si on peut trouver des pączki toute l'année, les faworki se mangent surtout avant le Carême. Leur préparation est plus facile que celle des beignets et ils sont souvent faits à la maison, les enfants mettent alors la main à la pâte.

Les pączki se font à la maison mais s'achètent aussi souvent chez les pâtissiers, devant lesquels se forment ce jour-là de longues queues. Pour frire leurs millions de beignets, les pâtissiers travaillent d'ailleurs toute la nuit du mercredi au jeudi.

Combien ?
La tradition exige qu'on mange au moins un pączek le Jeudi gras. La superstition préconise l'ingurgitation d'un second beignet (sinon la pauvreté vous guette !). Autant ne pas courir de risque... D'ailleurs tant qu'on y est jamais deux sans trois... On ne peut pas non plus refuser les cadeaux des amis.... ni snober la nouvelle recette de grand-mère... Le nombre de beignets à avaler monte vite...

La spécialité a d'ailleurs son champion : Piotr Frąckowiak vient de gagner le concours annuel des mangeurs de beignets. A Poznań, il a fini ses 10 pączki en 4 minutes 12 secondes, distançant largement ses 89 concurrents. Impressionnant quand on sait que le règlement de ce sport extrême interdit de boire pendant l'épreuve.

Chaque année, le Jeudi gras, le Polonais moyen mange entre 2 et 3 beignets (beaucoup plus si on enlève les plus jeunes et les plus âgés). Le pays en consomme au total près de 100 millions en un jour. A 50 gr le beignet, cela fait quand même 5.000 tonnes de gâteaux à la journée !

CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) jeudi 3 mars 2011

 

Pour en savoir plus : La recette des pączki

Préparation 2h, cuisson 15 min, pour 25 beignets

500g de farine, 100g de beurre, 5 jaunes d'œufs, 50 g de levure fraîche, 1 verre de lait, 100g de sucre, 2 sachets de sucre vanillé, une pincée de sel, 1 petit verre de vodka (ou un autre alcool), 200g de confiture (épaisse), 1 litre d'huile d'arachide pour la friture, 50g de sucre glace pour saupoudrer

Mélanger la levure avec le lait tiède. Ajouter 50 g de farine. Laisser reposer 30 min.
Ajouter les œufs, le sel, le sucre, le beurre ramolli et la farine.
Bien travailler la pâte.
Ajouter l'alcool pour que les beignets n'absorbent pas (trop) d'huile pendant la friture.
Laisser reposer près d'un radiateur.
Lorsque la pâte a doublé de volume, étaler au rouleau sur une surface farinée, jusqu'à une épaisseur de 1 cm.
Découper avec un verre des ronds de 4 ou 5 cm.
Mettre au milieu une noisette de confiture, couvrir avec un autre rond, bien coller les bords.
Couvrir d'un torchon propre et laisser lever 45 min sur une planche farinée près du radiateur .
Préchauffer l'huile. Plonger délicatement les beignets à l'envers dans l'huile bouillante et couvrir, laisser bien dorer.
Retourner les beignets et laisser frire sans couvercle. Puis déposer les beignets sur du papier absorbant et saupoudrer de sucre glace.

Smacznego !
Bon appétit !


 
Varsovie

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

Ce week-end à Varsovie promet d'être rempli : festival de la glace, fête de la Saint Jean, spectacles de rue, séance de yoga... Il y en a pour tous les goûts pour profiter comme il se doit des premiers jours d'été !

DEFENSE ANIMALE - Qu'en est-il en Pologne?

Depuis les années 50, une tradition polonaise veut qu'avant Noël, on vende des carpes tuées par les commerçants sous les yeux des clients, qui peuvent aussi les ramener vivantes chez eux dans des…

SOUVENIRS – Ce qu’il faut ramener de Pologne

Ca y est, c’est la fin de l’année. Expatriés ou Erasmus, nombreux sont parmi vous ceux qui quitteront bientôt la Pologne pour de nouveaux horizons. Mais à quelques jours du départ, l’angoisse…
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine