JO 2012 - Agnieszka Radwańska troque sa raquette pour un drapeau

 

Il y a deux semaines, le comité olympique polonais annonçait que la tenniswoman Agnieszka Radwańska allait être porte-drapeau pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres, ce vendredi 27 juillet. LePetitJournal.com revient sur le choix de cette championne et les désignations très symboliques des autres sélections nationales...

(photo wikicommons)

Agnieszka Roma Radwańska est une joueuse de tennis, professionnelle depuis 2005. Cette cracovienne de 23 ans a remporté les finales junior de Wimbledon et Roland Garros (en 2005 et 2006). En 2007, elle gagne son premier titre en simple à Istanbul, puis en double à Stockholm.

Après plusieurs bons matchs de tournoi du Grand Chelem, elle se classe dixième mondiale au début 2010. Mais la même année, elle enchaîne les défaites, et termine sur une blessure qui l’oblige à se retirer des courts pendant trois mois. A la surprise générale, et contre l’avis des médecins, elle participe en janvier 2011 à l’Open de Sydney, où elle arrive en quart de finale !

Très à l'aise sur le dur et le gazon, elle est peu puissante mais se distingue comme Martina Hingis par sa mobilité et une grande intelligence de jeu (construction des attaques, gestion de l'espace, anticipation...).

Domination slave
Il y a deux semaines, Agnieszka Radwańska se qualifie pour sa première finale de Grand Chelem qu'elle perd contre Serena Williams à Wimbledon (6-1, 5-7, 6-2). C’est la première fois qu’une polonaise atteint ce stade de la compétition depuis 72 ans ! Elle gagne alors pour la première fois la deuxième place du classement WTA.

La numéro un mondiale est biélorusse (Victoria Azarenka), la 2e est polonaise donc, tandis que la troisième est russe (Maria Sharapova). Cette domination régionale n'est pas une coïncidence : un tiers des 100 meilleures joueuses mondiales sont slaves... figurent ainsi à ce classement 6 représentantes de l'ex-Yougoslavie, 8 Tchèques, ou 11 Russes ! (contre seulement une Suisse, une canadienne, 2 Belges, 3 Chinoises et 5 Françaises ou Allemandes)...

Une famille en or
Le Comité olympique polonais a laissé peu de suspens quant au choix de son porte drapeau. 217 athlètes polonais suivront donc Agnieszka pour la cérémonie d’ouverture, dont sa jeune sœur Urszula, âgée de 21 ans. Classée 48e mondiale, la seconde meilleure joueuse polonaise est qualifiée en simple et en double (qu'elle jouera justement avec sa sœur aînée).

Les Radwańska sont à ce jour les seules sœurs à avoir toutes deux atteint le rang de n°1 mondiale en junior. Comme chez les sœurs Williams, le tennis est décidément une affaire de famille, puisque qu'elles sont entraînées notamment par Robert Radwański, leur père ! Les deux sœurs jouant à très haut niveau, il arrive qu’elles se rencontrent lors de compétitions internationales, comme par exemple en début d’année à Sydney.

Lukasz Kubot, Mariusz Frystenberg et Marcin Matkowki pour les hommes, et Klaudia Jans-Ignacik et Alicja Rosolska chez les femmes  viendront rejoindre les sœurs Radwańska sur les courts londoniens.

Le roi des sports individuels
En nommant Agnieszka Radwańska, la Pologne n'a pas franchement été originale. Les joueurs de tennis porte-drapeau sont à la mode. Ils n'étaient que 2 lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin, ils seront une dizaine à Londres. La Serbie a ainsi choisi comme champion le numéro 2 du tennis mondial, Novak Djokovic. Tout comme les Russes qui ont désigné Maria Sharapova, victorieuse du dernier Roland-Garros (c'est la première fois qu'une femme est choisie comme porte-drapeau dans ce pays). Les Chypriotes ont opté pour Marcos Baghdatis (44e joueur mondial), tandis que les roumains ont désigné Horia Tecau (un spécialiste du double).

Stephanie Vogt classée (seulement) à la 233e place mondiale sera porte-drapeau pour le Liechtenstein alors que la Biélorussie, plus macho, n'a pas choisi sa numéro 1 mondiale de tennis, Victoria Azarenka. Ce pays lui a préféré un autre joueur de tennis, masculin lui (le grand spécialiste du double Max Mirnyi). Il devait déjà être le porte-drapeau de sa délégation pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'Athènes en 2004, mais les dirigeants biélorusses ont changé d'avis lorsqu'ils ont découvert qu'un magazine avait publié des photographies érotiques de lui et de sa femme.

Rafael Nadal, 26 ans, devait lui aussi être le porte-drapeau espagnol, mais il a du déclarer forfait en raison d'une blessure au genou : "C'est la décision la plus difficile que j'ai eu à prendre dans ma carrière et probablement la plus triste"... "C'était une occasion unique donc évidemment je suis triste. Mon but maintenant est de continuer à travailler dur pour essayer d'avoir une autre chance à Rio en 2016. " Le champion olympique aux JO de Pékin de 2008 s'est par contre réjoui du choix de son ami le basketteur des Los Angeles Lakers Pau Gasol pour le remplacer.

Une occasion unique ? Pas pour tous... Visiblement en manque d'imagination, le Comité olympique helvète à proposé pour la 3e fois à Roger Federer de porter le drapeau suisse. Le numéro 1 mondial qui s'y était déjà collé en 2004 et 2008 a décliné l'offre : "je pense que je vais donner cette chance à un autre athlète" (en l'occurrence son partenaire de double, le tennisman Stanislas Wawrinka). Federer a également annoncé qu'il ferait bande à part durant les JO. Il ne résidera pas au village olympique comme le commun des athlètes, préférant louer la maison londonienne qu'il occupe chaque année. Les épreuves de tennis auront lieu en effet sur le site de Wimbledon, où il a ses habitudes.

Plus original
Le Brésil sera lui guidé par Rodrigo Pessoa, un cavalier multi-médaillé olympique. Le Japon a pour sa part désigné sa légende vivante de la lutte Saori Yoshida (9 titres mondiaux et 2 médailles d'or à seulement 29 ans). Tandis que la championne olympique en titre du saut en hauteur Tia Hellebaut sera la 2e femme à emmener la délégation belge.

Pour la France, l'épéiste Laura Flessel a été préférée au basketteur Tony Parker. Quintuple médaillée olympique et six fois championne du monde, la Guadeloupéenne de 40 ans espère bien boucler sa carrière par une nouvelle médaille d'or, 16 ans après son premier sacre olympique à Atlanta.

Caster Semenya sera la porte-drapeau de la délégation sud-africaine. Une revanche pour cette athlète spécialiste du 800m : victime d'une polémique sur son genre sexuel, elle avait dû subir des tests de féminité suite à ses performances au championnat du monde de Berlin en 2009.

Polémique toujours, l'Australie a choisi pour la 5ième fois consécutive un homme (le perchiste Steve Hooker), sur fond de controverse entre le traitement des joueurs et des joueuses de basket-ball. Ces dernières voyagent en effet en classe économique, quand leurs confrères masculins, pourtant beaucoup moins susceptibles de ramener une médaille, ont le droit à la première classe. Cette situation est malheureusement fréquente au sein des équipes olympiques...

Mais la nomination qui a retenu le plus l’attention est celle, très symbolique, de Bahiya al-Hamad pour la première participation féminine du Qatar à des Jeux Olympiques ! Retenue pour l’épreuve olympique du pistolet à 10 mètres à 19 ans à peine, elle sera accompagnée de trois autres athlètes femmes : la nageuse Nada Mohammed Wafa Arakji, la sprinteuse Noor Al-Malki, et la joueuse de tennis de table Aya Majdi.

Marie Guillo et Christophe Quirion (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mercredi 25 juillet 2012


Varsovie

LITTERATURE - Romain Gary et la Pologne (Episode 1)

L’écrivain Romain Gary (1914-1980) a vécu dans plus de dix pays, dont la Pologne, entre 1921 et 1927. La Pologne occupera une place importante dans ses oeuvres, notamment dans son premier roman Education Européenne, publié en 1945. Mais alors que la biographie officielle évoque à juste titre l’âme russe de Romain Gary, quel impact eurent ses années polonaises sur lui ? Et quels lieux de Varsovie portent encore la trace de l’écrivain? Enquête.

AGENDA DU WEEK END - Les bons plans

C’est le début de l’été, beaucoup partent en vacances, ou retournent en France. Vous, vous restez à Varsovie ce week-end. L’angoisse ? Pas du tout, grands chanceux : cette semaine, on vous a concocté…

TENDANCE – Le street art à Varsovie

Tenez-vous prêts : le festival international du street art débutera dimanche à Varsovie. Pour vous mettre l'eau à la bouche, découvrez l'interview de Kasia Dziubłowska publiée en février dernier…

CAMPAGNE ELECTORALE - PIS contre PO

Tous les journaux évoquent les deux conventions électorales tenues ce weekend par les deux plus grands partis, la PO et le PiS. M. Jaroslaw Kaczynski, le leader du PiS, parti encore dans…
Une internationale

FRANCK MESNEL- L’effet papillon, du rugby à Eden Park

Franck Mesnel Eden Park
Comment un nœud de papillon rose, né de la fantaisie des joueurs de rugby du Racing, soucieux de s’illustrer dans les règles, mais avec élégance et impertinence, est-il devenu presque 30 ans plus tard le symbole d’une marque de "casual luxe" haut de gamme ? Franck Mesnel revient sur l’histoire vraie de la construction de la marque "Eden Park", au moment même où il vivait les plus grands moments de sa carrière de joueur de rugby, en équipe de…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.

PORTRAIT D’EXPAT - Arrivés avec 5 valises et quelques économies

Il en faut du culot pour tout plaquer et partir à l'étranger. C'est pourtant ce qu'on fait Line et Samuel, la bonne trentaine et deux enfants. Un jour ils sont venus s’installer à Saigon, se donnant deux ans pour trouver leur projet de vie ou rentrer. Aujourd’hui, ne leur parlez plus de retourner vivre en France !
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine