INTERVIEW - François Gault, journaliste par passion !

 

François Gault est journaliste depuis de très très nombreuses années ! Il ne compte plus ! Et il a décidé de mener aujourd’hui une vie plus calme. Comme reporter de la Télévision française, il a vécu tous les grands événements qui, dans les années 80, bouleversèrent la Pologne et lui rendirent démocratie et liberté. En 1994, il devient, entre autres, le correspondant de Radio France dans le pays. Voici quatre ans, il a reçu la Légion d’Honneur pour le soutien apporté aux Polonais pendant les années difficiles et pour avoir contribué au rapprochement entre la Pologne et la France. Un grand moment dans sa vie.

 

LePetitJournal.com/Varsovie - Bonjour François Gault. Vous êtes tombé dans la marmite du journalisme très jeune ?
Oui. J'ai exercé le métier de journaliste toute ma vie. Et je n'ai jamais voulu et su faire que cela. Ado, j'imprimais déjà mon propre journal que je vendais, pour 40 sous, à mes copains. Et puis, vers 16 ans, j'ai rêvé de faire une école de journalisme. Pour mon père, le journalisme n'était pas un métier très solide. Alors, il a mis une condition avant de me donner son feu vert pour l’école : j'avais un mois pour publier mon premier article dans un journal ! J’ai réussi. Et mon père a tenu sa promesse : j’ai suivi alors les cours de l’Ecole supérieure de Journalisme ! J’étais un homme heureux.

Avant la télé, votre parcours est très varié : Cœur Vaillant, Témoignage Chrétien. Vous avez été critique de cinéma, pour le Coopérateur de France. Et puis : La Vie, France Soir, L’Express, Le Point, avec des reportages aux 4 coins du monde… Vous avez également fait partie de la première équipe rédactionnelle qui a créé le journal 50 millions de consommateurs
.
Oui, il faut dire que j’aime bien transmettre ce que j'apprends, ou ce que j’observe, dans le domaine social, économique, culturel et international. J’aime bien comprendre, pour informer et faire comprendre... J’ai également donné des cours dans deux écoles de journalisme, l’une en France, l’autre en Pologne. En 2000, avec un ami, Philippe Lachaise, nous avons aussi créé Varsovie Online, le premier journal sur internet pour francophones en Pologne.

A partir de 1969, vous devenez journaliste de télévision. Un soir, Pierre Desgraupes - le grand homme de télévision à l’époque - et le directeur de l’information sur la Première chaîne, vous téléphone : il veut vous voir le lendemain, dans son bureau !
Le lendemain, après une heure d’entretien, Pierre Desgraupes m’engage. Je lui dit "Je n’ai jamais fait de télévision !". Il me répond : "Cela ne fait rien, je vais vous apprendre !". Oui, j'ai eu la chance d'apprendre mon métier avec deux très grands noms qui font honneur à la profession : pour la télévision, Pierre Desgraupes. Et pour la presse écrite quotidienne, Pierre Lazareff, le "patron" du plus grand quotidien de France, tirage un million d’exemplaires !

(Lech Walesa à Gdansk, en août 1980)

La Pologne, comment cela a commencé pour vous ?
Je suis arrivé à Varsovie, pour la première fois, fin août 1980. En France, je couvrais surtout les sujets sociaux, donc la grande grève de Gdansk et la création de Solidarnosc, le premier syndicat libre dans le Bloc soviétique, m’intéressaient beaucoup. Tout de suite, évidemment, j'ai sympathisé avec Lech Walesa, Bronislaw Geremek (décédé en 2008), Tadeusz Mazowiecki, et avec quelques autres, qui sont restés mes amis. J’ai aussi écrit un livre sur Walesa et sur son expérience unique : il a été traduit en sept ou huit langues.

Vos premières impressions sur la Pologne ?
Les Polonais vivaient alors une période extraordinaire de leur histoire. Ils étaient très courageux, mais malheureux, souvent traqués par la police, emprisonnés, battus, séparés de leurs familles.

Et puis, il n’y avait presque rien dans les magasins, presqu'aucun produit alimentaire de première nécessité ! Un jour - exemple parmi d’autres - on nous prévient : le courant électrique sera coupé après 19h et cela pendant plusieurs jours ! Je me dis : on va s’éclairer à la bougie ! Mais lorsque je demande à mon assistante de nous trouver des bougies, elle me regarde avec de grands yeux surpris : "Des bougies ? Mais où veux-tu que je les trouve ?". Au final, j’ai été obligé de faire venir mes bougies de Paris !

Un autre jour, pendant l’état de guerre, j’ai rapporté de Paris sept paires de chaussures pour les enfants de Walesa, alors interné. A la douane polonaise, on me demande ce que je fabrique avec ces chaussures. Je dis la vérité toute simple : "C’est pour chausser les enfants de Walesa !". Et le douanier de me répondre, avec un grand sourire : "C'est bon dans ce cas ! Alors, passez !". Cela montre bien aussi le climat de l’époque...

Et puis j'ai d’abord été très marqué par le courage des Polonais. Mais aussi par  leur humour et par leur élégance d’esprit, même dans l'adversité. Un jour, je prends la voiture, avec ma femme, pour aller à Cracovie. Il est minuit, nous roulons un peu trop vite, un flic m'arrête. Il veut me coller une amende maximum. On négocie, on négocie... Et à la fin, il me dit : "C'est bon : pas d’amende ! Partez, mais avec l’argent que vous auriez du payer pour l’amende... offrez des fleurs à madame !".

La Pologne change. Comment jugez-vous cette évolution ?
Le pays va dans le bon sens. Il se met - lentement peut-être, mais sûrement - au niveau de la France ou de l’Allemagne. Son économie se porte bien, 4% de croissance en 2011, avec une prévision de 3,8% en 2012. Les habitudes, les mœurs changent aussi. Mais je trouve que, sur ce point, l’évolution n'est pas assez rapide. Et puis, dans les méthodes, on sent encore certains miasmes, certains plis de l’ancien régime dans la politique polonaise. La gauche n’est plus que l’ombre d’elle-même, la droite nationaliste est une impasse. Le centre devrait être plus actif.

En réalité, la Pologne a besoin de vraies réformes, non pas imposées mais négociées avec les différents courants du pays. Mais, et c’est bien le principal, dans les têtes des Polonais, les espoirs restent bien présents. Et puis, l’Union européenne a fait beaucoup pour le pays. Il est vrai aussi que la Pologne est en train de faire beaucoup, elle aussi, pour l’Union européenne !

(François Gault et Lech Walesa, dans son bureau à Gdansk)

Loin de la Pologne cette fois, vous avez aussi vécu la révolte des étudiants chinois en 1989...
Oui, début juin 1989, je me trouve sur la place Tian'anmen, à Pekin. Je réalise, à cette époque, un reportage télé pour La Cinq avec des milliers de jeunes manifestants autour de moi ! Et soudain, j’entends la Marseillaise… chantée en chinois. Je filme tout cela, bien sûr, images et son ! Et le 14 juillet 1989, La Cinq a diffusé les images et la Marseillaise en chinois au moins vingt fois dans la journée. J’ai offert la cassette au Président François Mitterrand ! Il s’est montré très ému. On peut faire un lien entre les événements polonais d’août 1980 et, dix ans plus tard, la révolte des étudiants chinois en juin 1989. Les premiers annonçaient sans doute la seconde. Et les deux se révélaient la même quête de liberté et de démocratie !

Et maintenant, vous avez décidé de ralentir certaines de vos activités. Quels sont vos projets ? Vous allez vous arrêter complètement ?

Ralentir, oui. Arrêter complètement, non ! Je vais continuer à collaborer avec différentes radios étrangères que j’apprécie beaucoup et poursuivre une ou deux collaborations dans la presse écrite, que j’aime beaucoup également ! Et puis, Radio France fera appel à moi comme consultant pour la Pologne. Mais tout cela sur un rythme plus calme, plus cool, que celui que j’ai connu jusqu’à présent! J’ai d’autres projets et heureusement : ma femme, qui est aussi journaliste, m’aide beaucoup ! On travaille en symbiose, c’est formidable ! Vous savez, une fois que l’on est tombé dans la marmite du journalisme, on n'arrive jamais à se séparer complètement de ce métier, qui vous dévore... Pour moi, c’est le plus beau métier du monde !

Propos recueillis par Marie Guillo et Christophe Quirion (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 10 juillet 2012


Varsovie

LITTERATURE - Romain Gary et la Pologne (Second épisode)

L’écrivain Romain Gary (1914-1980) a vécu dans plus de dix pays, dont la Pologne, entre 1921 et 1927. La Pologne occupera une place importante dans ses oeuvres, notamment dans son premier roman Education Européenne, publié en 1945. Mais alors que la biographie officielle évoque à juste titre l’âme russe de Romain Gary, quel impact eurent ses années polonaises sur lui ? Et quels lieux de Varsovie portent encore la trace de l’écrivain? Enquête.

FIN D'ERASMUS - Avec Samuel Gadenne

C'est la fin de l'année et les étudiants Erasmus font leurs valises après un an ou un semestre en Pologne. Avant qu'ils ne s'envolent vers de nouvelles aventures, lepetitjournal.com/Varsovie en a…

AGENDA DU WEEK END - Les bons plans

C’est le début de l’été, beaucoup partent en vacances, ou retournent en France. Vous, vous restez à Varsovie ce week-end. L’angoisse ? Pas du tout, grands chanceux : cette semaine, on vous a concocté…

TENDANCE – Le street art à Varsovie

Tenez-vous prêts : le festival international du street art débutera dimanche à Varsovie. Pour vous mettre l'eau à la bouche, découvrez l'interview de Kasia Dziubłowska publiée en février dernier…
Une internationale

FRANCK MESNEL- L’effet papillon, du rugby à Eden Park

Franck Mesnel Eden Park
Comment un nœud de papillon rose, né de la fantaisie des joueurs de rugby du Racing, soucieux de s’illustrer dans les règles, mais avec élégance et impertinence, est-il devenu presque 30 ans plus tard le symbole d’une marque de "casual luxe" haut de gamme ? Franck Mesnel revient sur l’histoire vraie de la construction de la marque "Eden Park", au moment même où il vivait les plus grands moments de sa carrière de joueur de rugby, en équipe de…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.

PORTRAIT D’EXPAT - Arrivés avec 5 valises et quelques économies

Il en faut du culot pour tout plaquer et partir à l'étranger. C'est pourtant ce qu'on fait Line et Samuel, la bonne trentaine et deux enfants. Un jour ils sont venus s’installer à Saigon, se donnant deux ans pour trouver leur projet de vie ou rentrer. Aujourd’hui, ne leur parlez plus de retourner vivre en France !
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine