VÉCU - Ma pauvre, tu pars en Pologne !


Vous venez d’apprendre que vous partez en Pologne. Vous annoncez cette nouvelle à votre entourage : les réactions sont inattendues, souvent négatives et pleines de préjugés. Alors, partir en Pologne : une fatalité ou bien la promesse de belles surprises ?


[archive 2012]

Avril dernier, dans un café pittoresque au Moyen-Orient :
-"Et toi, tu pars où ?"
-"Sydney"
-"Wouahou… cool !"
- "Et toi ?"
- "En Pologne, à Varsovie"
Silence glacé et embarrassé de mon interlocutrice. Elle passe par toutes les couleurs, se débat avec ses pensées, puis se reprend et lance d’un ton haut perché :"Oh mais on peut être heureux partout !"
Certes, Varsovie n’est pas la plus courue des expatriations… Mais là, j’en reste sans voix !
Cette réaction n’est pas isolée et les témoignages confirment…

(Ma pôôôôôôvre ! Tu pars en Pologne ? ! photo Dreamstime)

Une vision encore très stéréotypée de la Pologne
Dans l’imaginaire occidental, partir en Pologne, "c’est-à-dire nulle part" (comme le soulignait déjà Alfred Jarry en 1896), ressemble à une punition : "La Pologne ? Mais vous êtes fous ? Qu’y a-t-il, là-bas ?" ou encore "Qu’est-ce que ton mari a bien pu faire pour être muté en Pologne ?".

À cette punition, s’ajoutent de tristes perspectives culinaires : "J’espère que tu aimes le chou, les patates et les saucisses" ou "Tu aimes la vodka ? Attention à ne pas devenir alcoolique !"

Au hit-parade des réactions négatives, la caricature des pays de l’Est se place en tête : des files d’attente, une bureaucratie lourde avec son cortège de corruption et des pénuries. Certains préviennent : "Attention, renseigne-toi ! Il est très difficile de trouver un logement à Varsovie ! Tu vas vivre dans des blocs appartements de l’époque communiste". Le froid glacial et la neige complètent cette désolante image.

Inès témoigne : "Nous venions de France et l’incompréhension de notre famille et de nos copains français était assez totale. Comment peut-on avoir envie de partir et surtout dans un ex-pays de l’est froid et sombre ?"

Pire encore, la communication est difficile avec les autochtones car la langue polonaise est réputée imprononçable, illisible, chuintante et impossible à apprendre.

Pour d’autres, il semble que l’histoire de la Pologne se soit arrêtée en 1945 : "C'est un pays très dangereux ! Tu peux sauter sur une bombe de la dernière guerre mondiale dans un parc ! Ils n’ont pas encore tout déminé".

Carla raconte que "les copains expatriés ou anciens expatriés étaient plus modérés et nous comprenaient mieux mais nous souhaitaient bonne chance… Ouf ! ce n’était pas à eux qu’on avait proposé la Pologne !"

Bref, des réactions qui peuvent refroidir l’enthousiasme des aspirants expatriés en Pologne et qui désolent les Polonais. Mettez-vous à leur place, c’est du même acabit que lorsqu’on raconte : "La France : le pays des baguettes et des fromages qui puent où les gens sont arrogants et ne boivent que du vin et se mettent en grève tout le temps ?"

Heureusement quelques curieux et connaisseurs ont une image positive !
Parfois, à l’annonce de votre départ, quelques curieux se manifestent : "On viendra vous voir et découvrir cette partie de l’Europe qu’on ne connaît pas". Et bien évidemment, les fans de Jean-Paul II, de Chopin et les passionnés d’histoire du XXe siècle planifient leurs futures visites.

Il y a aussi ceux qui connaissent la Pologne ou y ont eu des contacts professionnels : ils vantent un pays dynamique avec une économie qui se porte bien et des opportunités intéressantes. Et surtout, il y a les ex-expats de Varsovie qui parlent de ce pays avec des trémolos dans la voix et racontent leurs souvenirs et découvertes avec une émotion non dissimulée !

Ouf ! Ces quelques réactions ont le mérite de remonter le moral des candidats expatriés !

Allez vérifier la réalité du terrain !
Les stéréotypes vont contribuer à construire des attentes faussées qui auront un impact, parfois non négligeable, dans la phase d’adaptation. Pour éviter de se construire de fausses images, la meilleure solution reste d’aller vérifier sur le terrain à quoi ressemble la vie.

La première option consiste bien évidemment à faire un voyage de prospection. En 48h, vous pouvez envisager un rapide tour de ville, la visite de logements compatibles avec votre budget, un coup d’œil sur les étalages, attendre à la sortie des écoles et discuter avec les parents.

Vous ne pouvez pas faire de voyage de prospection ? Peu importe !
Vous aurez un très bel aperçu de la ville en lisant le blog d'Isabelle. Et vous pourrez mesurer le dynamisme de Varsovie Accueil en visitant leur site et en consultant leurs bulletins d’informations. Enfin découvrez les témoignages de notre rubrique VARSO ET VOUS parfait pour déconstruire les idées reçues.

Vivre à Varsovie : une surprise inattendue !
La bonne nouvelle, c’est que les vilains préjugés tiendront éloigné le flot des squatters. Et vos courageux visiteurs seront conquis. Luna témoigne : "Les visiteurs ont été très agréablement surpris car la réalité est bien plus belle que les clichés."

En effet, bien loin des stéréotypes, vous découvrirez, une fois installés en Pologne, une vie agréable et variée. Selon vos goûts, vous pourrez profiter des aspects culturels ou des infrastructures sportives ou même de la vie en plein air.

Selon www.warsawtour.pl, Varsovie est la plus verte des capitales européennes avec 1/4 de sa surface composée d’espaces verts (parcs, réserves naturelles et jardins botaniques), plus de 100 km de pistes cyclables, cinq parcs de types 'accrobranches' et plus de 40 piscines. Côté culture : plus de 60 musées ou institutions artistiques, un opéra mondialement célèbre et des festivals internationaux.

Mondialisation oblige, la plupart des enseignes majeures sont présentes à Varsovie. À côté des choux et des pommes de terre, vous trouverez des Starbucks, des restaurants asiatiques dans tous les quartiers et une cuisine du monde dignement représentée.

Quant au climat, il n’est pas vraiment pire qu’en Allemagne.

Un signe ne trompe pas : certains expatriés essayent de retarder le moment de quitter cette destination dans laquelle ils s’étaient initialement établis à contrecœur. Louisa, ex-expatriée de Russie, réside à Varsovie et témoigne : " Et à ma grande et agréable surprise, je me suis sentie bien plus en Europe que dans l’ancien bloc de l’Est."

Sidonie ajoute : "Nous ne comprenons pas ces préjugés car la Pologne, pour la qualité de la vie avec les enfants, est sans doute une de nos meilleures expatriations. Nous serons très tristes de partir."

À cette époque de chassé-croisé d’expatriés, dépassez les préjugés et construisez votre propre avis. Et surtout, ne passez pas à côté d’une belle opportunité !

Aurore Lafougère (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 24 avril 2012

Vous voulez en savoir plus ?
- Consultez notre article décodant les stéréotypes hexagonaux : La Pologne aux yeux des Français

Et vous ? Si vous n'y êtes pas né, comment avez-vous vécu votre départ pour la Pologne ? Comment vos proches l'ont-ils perçu ? Et comment réagissent vos amis découvrant ce pays ? N'hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires !


 
Varsovie

DE GAULLE EN POLOGNE – Lorsque le général n’était que capitaine

Frédéric Guelton, directeur d’études au Service historique de l’Armée de Terre (SHAT) et historien, a tenu une conférence le 22 novembre, à la Médiathèque de l’Institut Français de Varsovie, sur les deux premiers voyages de Charles de Gaulle en Pologne d’avril 1919 à janvier 1921. Car bien que souvent méconnu, le lien unissant le Général de Gaulle à la Pologne a pourtant été décisif pour les deux parties. Avant d’être le général triomphant…

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

Varsovie se met aux couleurs de Noël en ce premier week-end de décembre. Vous songez certainement à tout ce qu’il vous faut prévoir pour les fêtes ? Pas de panique ! lepetitjournal.com/Varsovie vous…

ENVIRONNEMENT - Pollueurs, les Polonais?

Alors que la COP22 s’est achevée il y a quelques jours à Marrakech, la Pologne s’est proposée pour héberger la COP24, en 2020. Un signe d’implication dans la cause environnementale bienvenu, mais…

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

Ça y est, nous voilà projetés dans les fêtes de fin d'année avec l'arrivée du premier marché de Noël à Varsovie! Et pour ceux qui trouvent que Noël arrive trop vite et qui ne veulent pas presser le…
Une internationale

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec un impératif, celui du réalisme.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

W PROJECT - La Colombie: un pays sur lequel on parie

Les équipes du W PROJECT ont cette fois posé leurs valises en Colombie. Pays connu pour la qualité de son café, la Colombie tient son nom du célèbre explorateur qui découvrit dit-on l’Amérique. Elle accueille aujourd’hui de nouveaux types d’explorateurs à la recherche de solutions pour entreprendre et innover. Reportage vidéo

CINÉMA FRANÇAIS – Cap sur l’export !

La France est le pays européen qui exporte le plus de films, avec 216 millions d’euros en 2015. L’Amérique du Nord s’impose comme le principal acheteur de ces droits. Pour maintenir et étendre encore le rayonnement du cinéma français, le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) dévoile son plan « Plan Export ».
Expat - Politique

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec un impératif, celui du réalisme.

FILLON - En tête aussi chez les Français de l'étranger

Contrairement au premier tour, François Fillon arrive en tête chez les votants de l'étranger. Le report des voix a semble-t-il bien fonctionné pour le vainqueur de la Primaire de la Droite et du centre. On est pourtant loin du raz-de-marée qui a été constaté dans l'Hexagone, avec 52,3% des suffrages. 
Magazine