Varsovie

DUDA / PARTI PiS - Quelles relations au lendemain du veto?

Tous les journaux polonais évoquaient hier un certain apaisement politique après le double veto présidentiel, mais aussi les scénarios possibles pour la réforme. D’autres encore spéculent sur les relations entre le Président Duda et Jaroslaw Kaczynski, chef du parti Droit et Justice. 

Selon Rzeczpospolita, le double veto du Président Duda a provoqué une sérieuse fissure dans le  tandem Duda-Kaczynski et un fossé se creuserait au sein même de la droite entre l’aile radicale et l’aile modérée. Selon le journal, l’opposition, qui reste faible, demeure  centrée sur une politique anti-PiS. Il se réjouit du fait que les manifestations spontanées des opposants à la réforme de la justice aient dévoilé un potentiel politique important qui pourrait être à la base d’une nouvelle formation politique.

Rzeczpospolita publie une interview intéressante de l’ancien leader du parti Droit et Justice, Ludwik Dorn, surnommé autrefois ‘le troisième jumeau’ de la fratrie des Kaczynski, sur les relations entre le Président et le chef du PiS. Il pense que le Président s’est émancipé et révolté car il a été à plusieurs reprises et de façon ostentatoire humilié et contourné le PiS. Ludwik Dorn se montre très pessimiste quant à l’avenir des relations du tandem président-dirigeant du parti, car selon lui, le PiS ne reconnaîtra jamais que le Président peut prendre des décisions en toute indépendance. Certes, il indique que le Président a un fort atout, le veto, mais au Parlement c’est le PiS qui est en force. Il prévoit qu’à l’automne le projet de loi du président sera amendé par le PiS, et par conséquent que le Président sera contraint soit d’accepter les principes qu’il aura auparavant rejetés, soit de rejeter « son projet » avec les amendements du PiS. Selon Ludwik Dorn, il n’y aura aucune entente possible entre les deux camps car telle est la logique du conflit de Kaczynski. Plus loin, la correspondante du journal à Bruxelles, qui attend les décisions de la Commission européenne sur l’Etat de droit en Pologne, note que le Président s’est acheté un sursis mais que l’opinion sur le respect des droits en Pologne reste de toute façon négative.

Gazeta Wyborcza parle d’une vraie guerre entre le Palais présidentiel et le PiS et prévoit que le PiS « isolera » le Président. « L’ambiance est comme suite à une trahison, le Président a perdu notre soutien au Parlement, il s’est émancipé mais il n’a aucun soutien politique. Cette décision ne lui a apporté aucune voix, au contraire il en a perdu beaucoup », explique un militant du PiS anonyme.  

Enfin, Nasz Dziennik (Une) fait savoir que selon l’Institut de la Mémoire nationale (IPN), 700 juges de l’époque communiste travaillent toujours au sein de la juridiction polonaise. Le journal cite les noms de deux juges de la Cour suprême qui ont condamné dans les années 1980 des membres de Solidarność. D’après l’IPN, il n’y pas eu de lustration effective de la juridiction polonaise après 1989. À la Une, Nasz Dziennik publie également un entretien avec Leszek Żebrowski, historien, ancien membre de Solidarność, qui prévient que les juges de l’époque communiste et leurs disciples influencent l’actuel régime de droit commun et pourraient faire passer en Pologne des lois sur les mœurs pareilles à celles adoptées à l’Occident, par exemple sur les mariages homosexuels et l’adoption par les parents de même sexe. « Ce sont les tribunaux qui ont donné le feu vert à ces changements aux pays de l’Ouest », fustige-t-il.

 

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 27 juillet 2017

Inscrivez-vous à notrenewsletter gratuite !

Suivez-nous surFacebook

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine