Varsovie

REFUGIES - Procédure disciplinaire à l'encontre de la Pologne

La Pologne ne compte pas céder devant la Communauté européenne qui a pris mardi 13 juin la décision d’entamer une procédure disciplinaire contre la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, soit les trois pays s'opposant aux quotas de relocalisation des réfugiés dictés par l'UE. 

Le secrétaire d’Etat pour les affaires européennes, Konrad Szymański, a annoncé que la Pologne allait défendre sa position devant la Cours européenne de justice. Le ministre de l’Intérieur, Mariusz Błaszczak, a déclaré que le gouvernement PiS ne réalisera pas les engagements [pris par le gouvernement antérieur PO-PSL] qui sont contraires aux intérêts de la Pologne. Selon le porte-parole du gouvernement, la décision de relocaliser les réfugiés est erronée car elle ne fait que générer de nouvelles vagues d’immigrés qui mettent en danger leur vie en traversant la mer pour atteindre l’Europe.

Les journaux indiquent pourtant qu’à cause de la lenteur de la procédure, les pays visés par la CE seront pénalisés au plus tôt d’ici 4 ou 5 ans. Les commentateurs sont d’accord, selon eux la Pologne, en évitant obstinément de mener un dialogue avec la CE au sujet des réfugiés, se condamne à l’isolement dans l’UE. Elle aurait bien pu montrer sa solidarité à l’égard des réfugiés en ouvrant notamment des corridors humanitaires, mais elle a choisi « la voie du martyre » (Rzeczpospolita). Gazeta Wyborcza dénonce le fait que le PiS n’ait fait preuve d'aucune volonté de compromis dans le sujet des réfugiés. Aviver les tensions xénophobes et semer la peur contre les musulmans est devenu le pilier de son programme et les répercussions auprès de la population ne se sont pas faites attendre. En effet, selon le dernier sondage de l’Institut IBRIS, 60,4% des Polonais s’opposent à l’accueil des réfugiés contre 36,6% qui y restent favorables. Le journal avertit également que le conflit que la Pologne mène avec la Commission européenne ne fera que mettre en cause sa réputation, réduire son influence et de ce fait, elle risquerait de voir diminuer sa part dans les de fonds européens de cohésion.

Par ailleurs, Rzeczpospolita et Gazeta Wyborcza informaient vendredi du scandale suscité par le discours de Mme Beata Szydło prononcé mercredi à Auschwitz dans le cadre des commémorations de la Journée à la mémoire des victimes des camps nazis. La chef du gouvernement polonais a annoncé que « dans ces temps difficiles, il faut tirer une leçon de ce que nous appris Auschwitz, il faut tout faire pour défendre la sécurité de nos citoyens », propos qui ont tout de suite été interprétés comme une justification du refus d’accueillir des réfugiés.

Sources: Rzeczpospolita, Gazeta Wyborcza - 13  et 14 juin

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) – Lundi 19 juin 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

 

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine