Varsovie

ACCUEIL DES REFUGIES - Vers une procédure de sanctions

La Commission européenne a entamé hier une procédure de manquement à l’égard de Varsovie, de Budapest et de Prague qui refusent obstinément de mettre en oeuvre la décision de septembre 2015 sur la relocation des réfugiés.

La Commission met en garde les trois Etats, les appelant à s’acquitter de leurs engagements et leur donne deux mois pour présenter leurs avis. Si les échanges entre Bruxelles et ces trois capitales n’aboutissent à rien, la question sera examinée par la Cour de justice de l’Union européenne qui peut leur imposer des peines financières.

Le gouvernement polonais, quant à lui, déclare qu’il ne cédera pas. « Nous n’acceptons pas ce chantage ni des peines financières, ni la reprise des fonds européens suite au refus d’accueillir des migrants », déclare à la presse le chef de la diplomatie polonaise. M. Waszczykowski qui accueillait lundi à Varsovie son homologue hongrois, Peter Szijjártó. Ce dernier le soutient et déclare qu’il s’agit d’une décision politique et que la Commission européenne dépasse le cadre de ses compétences. De plus, les ministres de l’Intérieur du groupe de Visegrad viennent d’adopter une position commune demandant à ce que la répartition des demandeurs d’asile soit résolue au niveau du Conseil européen. Selon eux, étant donné que la répartition est une question de haute importance, elle devrait être décidée  par les chefs de gouvernement de manière unanime. Leur proposition doit être bientôt transmise à M. Donald Tusk.

La presse remarque dans ses commentaires qu’une éventuelle décision sur les peines financières serait prise autour de 2018-2019, voire même autour de 2021-2022 et retomberait alors sur le prochain gouvernement. Dans une perspective  courtermiste, la Pologne serait accusée de manquer de solidarité et sa position dans les négociations sur le budget européen après 2020 pourrait être affaiblie. Dziennik Gazeta Prawna cite pour sa part un rapport du think tank allemand CESfio d’après lequel un lien entre l’accueil des réfugiés et la montée du terrorisme pourrait être établi. S

Sources: Rzeczpospolita,Nasz Dziennik, Gazeta Wyborcza, Dziennik Gazeta Prawna - 13 juin 

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) – Mercredi 14 juin 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine