Varsovie

FORÊT DE BIAŁOWIEŻA - Où en est le plan d'abattage des arbres?

Le ministre polonais de l'Environnement donnait en mars 2016 son feu vert à un plan controversé permettant un abattage massif des arbres dans la forêt primaire de Białowieża. La cause: une invasion d'insectes xylophages, les scolytes. Quelle est la situation aujourd'hui? 

 

Quelle est la particularité de la forêt de Białowieża? 

Jadis lieu de chasse occasionnel des tsars russes et des rois polonais, cette réserve naturelle située à cheval sur la Pologne et la Biélorussie est le dernier espace européen abritant une forêt primitive, survivance de la forêt préhistorique depuis la fonte des glaces il y a 12.000 ans. Cette forêt couvre 130.000 hectares et la partie protégée constitue le Parc National de Białowieża (5 096 hectares), côté polonais. Inscrit par l’Unesco sur la Liste des Réserves mondiales de la Biosphère (MaB) et la Liste du Patrimoine mondial culturel et naturel, ce site est mondialement connu pour le caractère exceptionnel et la diversité de sa flore et de sa faune. Il abrite 20.000 espèces d'animaux dont le bison d’Europe vivant en liberté est le symbole, mais aussi le lynx et le loup. C'est ici que poussent les plus hauts arbres du continent, des sapins de 50 mètres, des chênes et des frênes de plus de 40 mètres de haut.

Pourquoi ce plan d'abattage massif? 

Selon le ministère de l’Environnement, le bois mort a conduit à une recrudescence des parasites comme les épinettes scolytes, un insecte xylophage, qui met le site en péril. Il affirme procéder à des coupes "de protection" pour stopper ces attaques d'insectes.

Une situation qui entraîne depuis mars 2016 un plan d'abattage massif de plus de 180.000 m3 de bois sur dix ans (en hausse par rapport à un premier projet de coupe de 40.000 m3 sur la même période). Cette mesure a fait l'objet de plaintes d'ONG et de protestations de plusieurs organisations écologistes polonaises mais aussi étrangères, ainsi que de divers corps scientifiques en Pologne. Tous rétorquent que la forêt est capable de se régénérer seule et que l'ampleur de l'abattage est disproportionnée par rapport à la menace des parasites. Selon eux, il s’agirait là d’un prétexte pour récupérer du terrain constructible. Le ministre de l'environnement, Jan Szyszko, s'est défendu de cette version et a appelé à un comportement rationnel face à la menace que représentent les parasites.

En juin dernier, une quinzaine d'écologistes ont encore bloqué les lourds engins forestiers utilisés pour la coupe des arbres et ont appelé des chercheurs à venir voir la situation sur place et notamment à constater l'enlèvement d'arbres morts - mais sains - qui pour les défenseurs de l'environnement devraient rester sur place. La Commission européenne a pour sa part adressé à la fin du mois d'avril 2017 un "dernier avertissement" à la Pologne à ce sujet avant une possible saisie de la Cour de justice de l'UE.   

Quelle issue aujourd'hui? 

Jeudi dernier, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, en session à Cracovie, appelait fermement le gouvernement polonais à cesser les coupes dans la forêt primaire de Białowieża au moins jusqu’à la remise des conclusions d’une nouvelle mission d’experts qui doit examiner la situation sur place. La Première ministre, Beata Szydło, répondait vendredi à la radio que les opérations d'abattage seraient poursuivies « conformément à la demande de la Pologne ». Les organisations écologistes estiment que « la Pologne ne respecte pas ses engagements internationaux » (Gazeta Wyborcza, 8-9 juillet).

Pour sa part, dans un entretien pour le conservateur Nasz Dziennik, Jan Szyszko déclarait hier ne pas pouvoir donner suite à la demande de l’UNESCO car le droit national et européen obligerait à recourir à la « protection active » dans le but de sauvegarder des milieux remarquables pour la faune et la flore. Il réitère sa volonté de changer la classification de la forêt de « patrimoine naturel » à site mixte culturel et naturel et renouvelle son invitation aux experts de l’UNESCO et à la Commission européenne à se rendre sur le site. De façon beaucoup moins rationnelle cette fois, le ministre Szyszko considère « agir selon le principe biblique, l’ordre de Dieu : “assujettissez la terre” » et ne craint pas un procès avec la Commission européenne...

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 13 juillet 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

TOURISME EN POLOGNE – A la découverte de Gdańsk, la perle de la Baltique

La cité hanséatique continue de fasciner après plus de 1 000 ans d’existence et continue d’attirer touristes et curieux. Sous un soleil estival ravissant qui éclaire le littoral de la Baltique, venez découvrir la séduisante Gdańsk, son ambiance portuaire ainsi que son architecture majestueuse à travers un itinéraire touristique spécialement concocté pour vous...

FIN D'EXPAT - Avec Sybille Lamson

Avant qu’elle ne plie bagage lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre Sybille Lamson. Autour d’un thé, nous avons parlé d’expériences, de rencontres mais surtout de lumière !

COUR SUPRÊME - Le Sénat vote la loi

Dans la nuit de vendredi 21 à samedi 22 juillet, malgré les manifestations devant le Parlement à Varsovie, les mises en garde de l’Union européenne et les appels de Washington, le sénat a voté la loi…

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

Varsovie restera fidèle plus que jamais ce week-end à sa réputation de ville musicale: jazz, latino, ou encore musique classique avec Chopin ou Mozart, les mélomanes devraient trouver leur bonheur.…

REFORME DES TRIBUNAUX - Le PiS va jusqu'au bout

Jeudi, la chambre basse, où le parti conservateur Droit et justice (PiS) est majoritaire, a voté la proposition de loi sur la Cour suprême par 235 voix pour, 192 contre et 23 abstentions. Cette loi…
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine