Varsovie

DEFENSE - La Pologne, une puissance militaire en reconstruction?

 Du 26 au 28 avril se tiendra au Warszawskie Centrum Expo XXI le « Salon international des technologies et équipements pour la police et les services de sécurité nationale » Europoltech 17. Plusieurs expositions du même genre se tiennent régulièrement dans le pays comme la « Balt military expo », salon des équipements militaires pour la région baltique à Gdansk, ou encore le salon international de l’industrie de l’armement à Kielce, ville polonaise devenue incontournable en la matière. Alors assiste-t-on à une militarisation de la Pologne qui en ferait une puissance d’Europe centrale ?    

La modernisation de ses équipements militaires  

Dès 2013, et malgré les coupes budgétaires, la Pologne s’est lancée dans un vaste programme de modernisation de ses armées, afin de se défaire des vieux systèmes anti-missiles soviétiques et de mieux sécuriser la frontière Est de l’Union Européenne et de l’OTAN. La priorité est donnée à la modernisation de son système de défense anti-aérien de courte portée (programme « Narew ») et de son système de défense navale. Modernisation qui se poursuit aujourd’hui comme en témoigne le partenariat commercial établi en janvier 2017 entre le groupe polonais d’armement PGZ (Polska Grupa Zbrojeniowa) et le groupement industriel français DCNS spécialisé dans l’industrie navale militaire. La Pologne est aussi l’un des seuls pays de l’UE à continuer d’augmenter ses dépenses militaires qui recouvrent aujourd’hui 2% du PIB (environ 8 milliard d’euros) et ainsi de répondre aux exigences de l’OTAN. Selon le rapport de la Fondation Recherche Stratégique « Industrie de défense polonaise, ultime consolidation », d’ici 2022 la Pologne dépensera plus de 720 millions d’euros pour des drones tactiques et de combat, 1,8 milliards d’euros en véhicules blindés, 2,1 milliards d’euros en engins blindés et enfin 1,6 milliards d’euros pour les équipements d’infanterie. 

Une armée polonaise de plus en plus active  

Au lendemain de l’annexion de la Crimée en 2014 par la Russie, l’objectif premier pour la Pologne en matière de sécurité est de prévenir le scénario catastrophe d’une invasion des Pays baltes. Actuellement, 99 300 militaires polonais sont en activité et 900 chars utilisés (deux fois plus que la France). De plus, depuis le janvier 2017, une brigade de 4100 soldats a été déployée à la base de Powidz dans le cadre du renforcement du flanc est de l’OTAN. La Pologne a ainsi acquis une nouvelle dimension stratégique : pivot des exercices militaires conduits par l'OTAN, elle est un des pays essentiels de la défense des Etats baltes contre les menaces russes. Cette activité militaire est aussi le fruit d’un engagement international assez diversifié : la Pologne fait partie de deux groupements tactiques européens : le Triangle de Weimar et le Groupe de Visegrad d’un côté, l’OTAN de l’autre. De telle sorte que si l’inconnue « Trump » vient à affaiblir la coopération en matière de défense avec les Etats-Unis du fait de ses rapports plus chaleureux avec la Russie, la Pologne peut continuer de s’investir pour une sécurité européenne plus indépendante. Néanmoins, la récente réélection de Donald Tusk à la tête du Conseil Européen malgré l’opposition du gouvernement polonais peut éventuellement mettre à mal l’idée d’une collaboration approfondie avec l’UE, même si le nouveau président du CE appelle lui aussi à un système de défense européen plus indépendant. 

Une société polonaise qui se militarise 

Le 1er janvier 2017, l’Armée de défense territoriale (Wojska Obrony Terytorialnej – WOT), composée de plusieurs milices de volontaires civils, a été légalisée. Elle doit apporter soutien aux autres corps de l’armée de terre, la marine et les forces spéciales. Selon le journal le Temps, elle comporte 35 000 hommes repartis en 17 brigades positionnées à l’Est près de la frontière avec la Biélorussie, l’Ukraine, et l’enclave de Kaliningrad. Il s’agirait ici d’un alignement sur le modèle de défense nationale des pays baltes qui ont besoin de recourir à cette armée de civils pour soutenir les corps professionnels composés de peu de soldats.

La Pologne, une nouvelle Sparte?  

La Pologne bénéficie d'une croissance économique durable et ses finances publiques sont engagées dans un effort de réarmement unique en Europe. De plus, s’appuyant sur un réseau d’alliance diversifié, elle est en passe de devenir la puissance militaire de l'Europe centre-orientale et ainsi la sentinelle contre les risques géopolitiques en provenance de Russie. Mais il est clair que si la Pologne cherche à se doter d’un système de défense performant et durable, il n’est pas possible pour autant de parler de nouvelle Sparte. Comme le laisse à penser le communiqué du groupe de Visegrad du 2 février 2017, la Pologne semble toujours largement acquise à un système de défense collective, et ainsi il se peut que la priorité soit encore pour longtemps donnée à son engagement dans l’OTAN et à sa coopération avec l’UE 

 

Sources: https://www.frstrategie.org/publications/defense-et-industries/industrie-de-defense-polonaise-ultime-consolidation-1-3

https://www.letemps.ch/monde/2017/01/04/face-russie-milices-polonaises-pied-guerre

© Photo: Pixabay

Eve-Angéline Marchipont (lepetitjournal.com/Varsovie)

- Mardi 21 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INSURRECTION DE VARSOVIE - Il y a 73 ans

Demain, le 1er août, l’Insurrection de Varsovie aura 73 ans. A cette occasion, comme chaque année, toute la Pologne célèbrera la mémoire des victimes qui ont lutté pour l’indépendance du pays en…
Une internationale

ROAMING – Ni expats, ni immigrants, vivre à l’international au 21e siècle

Ni expatriés, ni locaux, ni immigrants… Comment définir ces citoyens du monde qui s’installent, pour quelques années, sans filet, dans un pays qui n’est pas le leur? Des itinérants, des nomades ? Dans son livre, CM Patha dresse les caractéristiques de ces millions d'individus dont on n’entend pas la voix. Beaucoup d’entre vous se reconnaitront !
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine