Varsovie

POLITIQUE ETRANGERE - Les grandes orientations de 2017

Le ministre des Affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski, a présenté le 3 janvier les priorités de sa politique étrangère devant les membres du gouvernement et dans une interview à Polska the Times, il évoque les échéances électorales dans le monde, parle de l’idée de l’Europe unie selon le PiS ainsi que de la diplomatie polonaise.

L’ambition de la Pologne est de briguer un siège en tant que membre non-permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, de réformer le système institutionnel de l’UE après le Brexit, de relancer le Partenariat oriental, d’élargir le réseau des missions diplomatiques dans le monde et de mettre en œuvre les décisions du sommet de l’OTAN à Varsovie concernant le déploiement de bataillons internationaux sur le flan oriental de l’Alliance. 

Selon Dziennik Gazeta Prawna, le PiS considère que l’une des raisons du Brexit a été l’inefficacité des institutions de l’UE pour contenir la crise migratoire et le terrorisme. Le journal estime que l’équipe au pouvoir sera intéressée par le renforcement du Conseil européen au détriment de la Commission européenne.

En ce qui concerne la coopération avec les partenaires étrangers : le partenariat stratégique avec le Royaume-Uni annoncé au début du mandat du PiS a perdu de l’ampleur après le Brexit, en revanche, les tensions dans les relations avec l’Allemagne semblent avoir été apaisées et on note un retour à une coopération pragmatique entre les deux pays.

Il n’est pas encore clair quelles seront les relations entre la Pologne et les Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump. Officiellement le ministère des Affaires étrangères polonais se déclare optimiste, mais il suit avec attention toutes les nominations et les gestes liés au "reset" russo-américain annoncé.

 

Interview de Witold Waszczykowski par Polska The Times  

Dans une interview accordée à Polska The Times  le 23 décembre, M. Waszczykowski déclare ne pas être étonné par le résultat des dernières élections en Europe et aux Etats-Unis. Quant à la présidentielle française, il croit en la victoire de François Fillon.

Interrogé sur les relations UE-Pologne, le ministre répète que le PiS est partisan de la réforme des institutions européennes et souhaite en particulier redéfinir les relations de la Pologne avec les Etats membres. « Soutenir les Etats membres devrait être la première tâche de l’UE […] La crainte de l’ingérence excessive de l’Union européenne dans la vie de ses Etats membres persiste dans de nombreux pays, la Pologne y compris, et a eu un impact sur le résultat du référendum en Grande-Bretagne », constate le ministre. D’après lui, la Commission européenne devrait être avant tout gardienne des quatre libertés. Interrogé sur un éventuel clivage de l’Union européenne en deux blocs représentés par l’Europe occidentale et l’Europe centrale, M. Waszczykowski constate à regret que « nous nous voyons souvent refuser le droit de parole lors des discussions sur l’éventuelle réforme de l’UE ». En réaction à cela, l’Europe centrale se consolide davantage, d’où le renforcement de la coopération au sein du groupe de Visegrad ou encore l’idée de l’Union entre les trois mers.

A la question de savoir si, afin d’équilibrer ses relations diplomatiques, Varsovie ne devrait pas renforcer la coopération du Triangle de Weimar, le ministre répond que la Pologne coopère très bien avec l’Allemagne alors que « la France s’esquive de ce format à cause de de sa situation interne ». D’après M. Waszczykowski, la décision de mettre fin aux négociations sur les Caracal ne devrait pas avoir d’influence sur les relations bilatérales.

Interrogé enfin sur le soutien de la Pologne au renouvellement du mandat de M. Donald Tusk à la tête du Conseil européen, le chef de la diplomatie dit vouloir encore s’entretenir avec lui mais constate en même temps que la présence de M. Tusk à Bruxelles n’apporte à la Pologne « rien d’utile ».

Source: Polska the Times - 23 décembre

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 12 janvier 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

 

AGENDA DU WEEK-END - Les bons plans

Le week-end ne semble pas afficher une météo clémente... Il n'est donc pas de meilleur moment pour profiter des nombreux spectacles, concerts et occasions de danser que peut offrir Varsovie! Dans un registre différent, le Lycée Français de Varsovie vous donne rendez-vous pour une journée portes ouvertes et l'UFE pour un moment de convivialité dans un bowling autour d'une galette! 

KIELISZKI NA PROZNEJ - Le bar aux verres suspendus

La rue Prozna est l’une des rares rues de l’ancien ghetto juif à ne pas avoir été détruite pendant la guerre. Entièrement rénovée en 2014, elle arbore aujourd’hui de belles façades blanches, et l’on…

PERNOD RICARD – Rencontre avec Eric Benoist

Lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre d’Eric Benoist, directeur général de la région Europe Centrale du groupe Pernod Ricard. Fort d’une expérience de 23 ans dans l’entreprise à des…

CRISE POLITIQUE - L'heure du bilan

Selon la presse, l’opposition semble à présent vaincue, car si le retour des médias au Parlement est un succès, la loi des finances, elle, ne sera pas revotée. De plus, elle sortirait affaiblie de ce…
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine