Varsovie

LA FETE DIEU - Une spécificité presque polonaise

Si en France, la Fête-Dieu n’est célébrée que sporadiquement, en Pologne l’événement est fêté massivement par la population. 60 jours après Pâques, dans tout le pays, dans les rues des villes et des villages ont lieu de nombreuses processions religieuses.

Jour férié où quasiment tout est fermé, la Fête-Dieu est incontournable en Pologne et demeure une célébration religieuse majeure. Appelée aussi Fête du Saint-Sacrement, elle célèbre la présence réelle de Jésus-Christ dans le sacrement de l’Eucharistie. Depuis que la Pologne a été découpée au cours du XVIIIe siècle par les envahisseurs russe, allemand et autrichien, cette célébration a joué un rôle fondamental dans la protection de l’identité nationale. Sous l’occupation soviétique, tout membre du parti politique au pouvoir se retrouvait banni s’il avait pris part à ce genre de célébration…

Les paroissiens se livrent à une vraie compétition, décorant leur jardin et leurs fenêtres. Les paroisses ne sont pas en reste et essayent de rassembler le plus possible de jeunes filles habillées de blanc pour jeter des pétales de fleurs sur le passage de la procession. Les cortèges ne sont pas formés au hasard et répondent à un ordre immuable et strict. Les fidèles et représentants des organisations paroissiales ouvrent le cortège, viennent ensuite les membres du clergé et les représentants des ordres, puis, en costumes, les corporations et les scouts. Enfin un orchestre (militaire) ou une fanfare précède des archevêques ou des prêtres qui, sous un baldaquin doré, portent le Saint Sacrement. Les bannières des paroisses représentent leurs saints patrons et brillent de mille feux, grâce à leurs broderies dorées. Rien d’étonnant à ce qu’il y ait presque autant de spectateurs que de processionnaires.

Le cortège passe par les sites et mémoriaux de la paroisse

La procession part de l’église et s’arrête obligatoirement quatre fois aux autels prévus pour l’occasion où sont lus les extraits des quatre Evangiles. En dehors des arrêts officiels, la procession passe par les endroits les plus importants de la paroisse : des petits calvaires, des chapelles ou des croix commémoratives. A Varsovie, la grande procession part traditionnellement de la Basilique des Saintes Croix et les processionnaires passent devant les autels situés sur Krakowskie Przedmiescie. Les évêques qui mènent la procession, changent après chaque autel. Ensuite, sous la colonne de Zygmunt est donnée une bénédiction générale avant que le Saint Sacrement soit porté dans la cathédrale Saint Jean.

J.R (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 15 juin 2017

(article publié la première fois le 8 juin 2007)

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook !

 

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

Ce week-end à Varsovie promet d'être rempli : festival de la glace, fête de la Saint Jean, spectacles de rue, séance de yoga... Il y en a pour tous les goûts pour profiter comme il se doit des premiers jours d'été !

DEFENSE ANIMALE - Qu'en est-il en Pologne?

Depuis les années 50, une tradition polonaise veut qu'avant Noël, on vende des carpes tuées par les commerçants sous les yeux des clients, qui peuvent aussi les ramener vivantes chez eux dans des…

SOUVENIRS – Ce qu’il faut ramener de Pologne

Ca y est, c’est la fin de l’année. Expatriés ou Erasmus, nombreux sont parmi vous ceux qui quitteront bientôt la Pologne pour de nouveaux horizons. Mais à quelques jours du départ, l’angoisse…
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine