Varsovie

CULTURE – Sur les traces de Marie Skłodowska- Curie

Cette année, Marie Curie fête ses 150 ans. Native de Varsovie, la ville regorge de lieux rappelant aux passants son histoire étroitement liée à la Pologne et la France. A l’occasion d’une visite organisée par Varsovie accueil, lepetitjournal.com/Varsovie revient sur les pas de Marie Curie, qui a su révolutionner le monde scientifique par son talent et fait avancer les droits des femmes de son époque. 

Marie Curie ou plus communément appelée en Pologne, Maria Skłodowska-Curie est née à Varsovie en 1867. Elle est reconnue comme étant la femme scientifique la plus célèbre du monde pour avoir reçu deux fois le Prix Nobel. Le premier en physique, qu’elle obtient avec son mari Pierre Curie et Henri Becquerel en 1903, suite à leur découverte du polonium (nommé ainsi en référence à son pays d'origine) et du radium. Huit ans plus tard, elle obtient son second Prix Nobel, cette fois-ci seule et en chimie, pour avoir isolé les propriétés du radium. Mais la famille Curie ne s’arrête pas là.  En effet Irène Joliot-Curie (l’enfant aîné), mariée à un Prix Nobel, reçoit elle aussi cette distinction pour sa découverte de la radioactivité artificielle. Tandis que  l’époux d’Eve (la cadette), Henri Labouisse est récompensé par le Prix Nobel de la Paix pour son poste de directeur à l’UNICEF. Ainsi, la famille Skłodowska-Curie reste dans les mémoires comme l’unique famille composée de cinq lauréats du Prix Nobel.

La vie de Maria Skłodowska-Curie est également marquée par son lien fort entre la France et la Pologne. Native de Varsovie, elle passa toute sa jeunesse dans la capitale polonaise, pour ensuite s’installer en France, où elle repose aujourd’hui au Panthéon. Beaucoup de lieux dans Varsovie illustrent les étapes de sa vie, comme le musée de Marie Curie, qui n’est autre que sa maison natale, le Centre d’oncologie et bien d’autres encore à découvrir… 

Les bords de la Vistule 

Nous débutons la visite au pied d’une statue à l’effigie de Marie Curie, qui domine le fleuve de la Vistule, aux abords de l’Eglise de la Visitation de la Vierge. Cet emplacement n’est pas lié au hasard. Effectivement, les bords de la Vistule ont bercé Marie Curie depuis sa plus tendre enfance. Cet endroit lui a toujours tenu à cœur et est devenu incontournable à ses yeux, notamment lors de ses visites à la fin de sa vie, à Varsovie. Elle écrit dans ses mémoires : « Ce fleuve a pour moi une attirance, dont je ne suis pas capable de comprendre l’origine ». Cette statue a été inaugurée en 2014 en présence de François Hollande, une manière de rendre hommage à l’amour qu’elle portait pour cet endroit et à l’alliance franco-polonaise.

L’Eglise de la Visitation de la Vierge

ul. Przyrynek 2

C'est dans cette église que Marie Curie a été baptisée et où elle venait petite fille régulièrement à la messe avec sa mère. L'église de la Visitation de la Vierge Marie est l'une des plus anciennes églises de Varsovie pour avoir été construite au 15ème siècle à la place d'un ancien temple païen. Marie Curie garde un souvenir précis de cet édifice religieux. D’après ses écrits, elle se souvient de « cette pénombre mystique » et de la tour surplombant le fleuve. Effectivement avant 1999, l’église ne possédait aucun vitrail, ce qui rendait l’endroit particulièrement sombre.

Le musée Maria Skłodowska-Curie, lieu de naissance de la scientifique

ul. Freta 16

Nous poursuivons notre visite pour nous arrêter devant le musée de Marie Skłodowska-Curie, qui n’est autre que la maison natale de la scientifique, où elle y a vécu les premières années de sa vie.  C’est le seul musée au monde qui retrace la biographie de la savante. Durant votre visite vous pourrez admirer ses objets personnels encore d’origine, comme ses vêtements, son étui à lunettes, le petit éléphant que lui avait offert le président des Etats-Unis de l’époque, Herbert Hoover ou encore le sac en cuir, dans lequel l'Alliance des femmes polonaises d'Amérique a fait don d’une somme d’argent à Marie Curie pour l'ouverture de l'Institut Radium (maintenant connu sous le nom de l'Institut d'oncologie Maria Skłodowska-Curie) en Pologne.

Dans une autre pièce du musée sont présentées diverses répliques des équipements que Marie et Pierre Curie utilisaient dans leur laboratoire (les originaux sont conservés à l'Institut Curie à Paris). Le musée rassemble également des souvenirs de la famille de la scientifique. La vie entière de Maria Skłodowska-Curie est retracée à travers des photographies, qui ne sont pas uniquement des témoignages de son passé mais qui ont aussi une valeur artistique.

L’Eglise Saint Jacques 

 

          

ul. Freta 10

Dans cette église, Maria a célébré sa première communion, cependant, à l’âge adulte, elle abandonna ses croyances religieuses.

L’église de style baroque est construite sur un escarpement, ce qui était une prouesse architecturale pour l’époque. Au cours de l'insurrection de Varsovie en 1944, l’église abritait un hôpital. Des plaques murales commémorent les insurgés de l’insurrection de Varsovie qui sont morts lorsque les nazis ont bombardé le bâtiment.

La Bibliothèque Centrale Agricole 

ul. Krakowskie Przedmieście 66

Pendant plusieurs années, Marie Skłodowska-Curie suit les cours de « l’Université volante » polonaise, une institution clandestine où de grands professeurs de l’Université de Varsovie viennent dans le secret enseigner aux femmes. Car à l’époque où Marie n’est qu’une jeune femme, l’inscription à l’université est réservée aux hommes.

Ambitieuse et désireuse d’apprendre, Marie choisit de se rendre à Paris en 1891 afin d’intégrer la Sorbonne où elle fait sa thèse. Pour préparer ses examens, elle bénéficie de l’aide de son cousin Jozef Boguski, chef de l’atelier de physique du Musée de l’Industrie et de l’Agriculture de Varsovie (actuelle Bibliothèque Centrale Agricole) institution chargée de l’instruction et de la recherche scientifique. Il lui donne l’opportunité de pratiquer ses premières expériences dans un petit laboratoire dans la cour du bâtiment, où vous pourrez toujours observer une plaque commémorative. A cet endroit, Maria Skłodowska se préparait pour l'examen à la Sorbonne et menait de nombreuses expériences chimiques. Des années plus tard, elle a avoué que « si on ne m'avait pas bien enseigné l'analyse chimique à Varsovie [...] je n'aurais jamais réussi à isoler le radium. »  Plus tard, elle sera la première femme enseignante de la Sorbonne.

Véritable battante, Marie Skłodowska-Curie a toujours refusé de considérer sa vie comme un sacrifice pour la science. Dans ses mémoires, elle préfère insister sur la passion qui la fait vivre.

Le Jardin de Saxe

Au 19ème siècle, sur la place Saski, à côté du palais de Saxe, se tenait un obélisque. Il a été érigé en mémoire aux généraux polonais qui étaient fidèles au tsar russe. Pour la petite anecdote, selon un rituel patriotique chez les jeunes de l’époque, il fallait se tenir devant l'obélisque, viser et cracher sur l'inscription « Aux Polonais qui étaient fidèles à leur monarque » (« Polakom wiernym swojemu monarsze »). Comme Ewa Curie l'écrit dans la biographie de sa mère, « celui qui a oublié de le faire en parcourant le parc devait revenir en arrière et accomplir le rituel ». Maria était donc dans l’obligation d’en faire de même.

Le Centre d’Oncologie Maria Skłodowska-Curie, anciennement Institut du Radium

ul. Wawelska 15 
Citation de la peinture portrait mural : "Mon souhait le plus cher était la construction de l'institut du radium à Varsovie"

L’Institut du Radium à Varsovie, actuel Centre d’Oncologie, construit à la demande de Marie Curie, reste le plus bel hommage qu’elle ait pu rendre à sa ville natale. Son inauguration a lieu en 1932. A cette occasion, Marie offre à l’Institut un gramme de radium de ses réserves personnelles, un cadeau d’une valeur inestimable.

À l'intérieur du bâtiment se trouvent une sculpture de Skłodowska par Xawery Dunikowski et une plaque commémorative dédiée à Franciszek Łukaszczyk, le premier directeur de l'Institut, devenu célèbre pour avoir caché le radium donné par Maria Skłodowska pendant l'Occupation nazie. Sur les murs du bâtiment est représentée une peinture murale qui illustre les réalisations les plus importantes de Maria Skłodowska-Curie: sa recherche sur la radioactivité et la découverte des deux éléments radioactifs du polonium et du radium. 

Durant notre visite, notre guide nous a permis de rentrer dans l’hôpital pour se rendre dans une pièce unique, habituellement réservée au personnel médical de l’établissement. Il s’agit de l’ancien appartement de la sœur de Marie, qui était médecin. Une pièce chaleureuse remplie de souvenirs en tout genre : photos, portrait, copie du Prix Nobel… afin de ne jamais oublier ce que la famille Curie a entrepris pour la Science.  

 

A l’occasion des 150 ans de Marie Skłodowska- Curie, la ville de Varsovie organise des événements toute l’année à son effigie. Demandez le programme : http://msc.warsawtour.pl/calendar/index_en.htm

Remerciements à Varsovie accueil et à notre guide Malgorzata Chmielowska-Magnier de Maisonneuve pour la visite !

© Jeanne Sirot et Eloïse Robert

 

Eloïse Robert (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 06 juillet 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 


 

TOURISME EN POLOGNE – A la découverte de Gdańsk, la perle de la Baltique

La cité hanséatique continue de fasciner après plus de 1 000 ans d’existence et continue d’attirer touristes et curieux. Sous un soleil estival ravissant qui éclaire le littoral de la Baltique, venez découvrir la séduisante Gdańsk, son ambiance portuaire ainsi que son architecture majestueuse à travers un itinéraire touristique spécialement concocté pour vous...

FIN D'EXPAT - Avec Sybille Lamson

Avant qu’elle ne plie bagage lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre Sybille Lamson. Autour d’un thé, nous avons parlé d’expériences, de rencontres mais surtout de lumière !

COUR SUPRÊME - Le Sénat vote la loi

Dans la nuit de vendredi 21 à samedi 22 juillet, malgré les manifestations devant le Parlement à Varsovie, les mises en garde de l’Union européenne et les appels de Washington, le sénat a voté la loi…

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

Varsovie restera fidèle plus que jamais ce week-end à sa réputation de ville musicale: jazz, latino, ou encore musique classique avec Chopin ou Mozart, les mélomanes devraient trouver leur bonheur.…

REFORME DES TRIBUNAUX - Le PiS va jusqu'au bout

Jeudi, la chambre basse, où le parti conservateur Droit et justice (PiS) est majoritaire, a voté la proposition de loi sur la Cour suprême par 235 voix pour, 192 contre et 23 abstentions. Cette loi…
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine