Varsovie

ART CONTEMPORAIN – « Cuckoo », une exposition hypnotisante

Lepetitjournal.com/Varsovie s’est rendu à la galerie Kasia Michalski pour découvrir l’univers excentrique et très abstrait de l’artiste polonaise, Agnieszka Polska. Son exposition « Cuckoo » aura de quoi vous hypnotiser… 

 

C’est dans un style très minimaliste et épuré que se tient cette exposition. L’artiste nous propose une sélection de cinq de ses œuvres les plus récentes. La visite peut donc se faire en quelques minutes, le temps d’apprécier chacune des créations et d’en faire sa propre interprétation. 

Agnieszka Polska, quand l’histoire se mêle à l’art contemporain 

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, Agnieszka Polska est une jeune artiste polonaise de 32 ans, née à Lublin. Elle vit et travaille actuellement à Athènes et Varsovie. 

Cette artiste est parvenue à se faire une place considérable dans le monde de l’art contemporain pour avoir déjà exposé ses œuvres dans les plus grandes galeries d’art moderne, comme à New York, Washington, Moscou, Sydney ou encore Istanbul…

Sa marque de fabrique : utiliser le support multimédia pour s’exprimer. La créativité de l’artiste semble en effet trouver dans la vidéo son expression la plus juste. Dans ses courts métrages, elle a pour habitude de décomposer les images dans un rythme toujours très lent et répétitif pour captiver son public et le plonger complètement dans son univers. 

Mais Agnieszka Polska travaille également sur support papier en utilisant des matériaux « usagés ». La plupart des objets qu’elle utilise proviennent d’autres œuvres d’artistes renommés de l’époque.  Elle s’approprie ces matériaux pour les inclure dans sa création et en faire sa propre interprétation. 

Sa source d’inspiration majeure : l’Histoire. Elle parvient à allier à la perfection l’histoire de la Pologne, notamment, et la modernité, en dépeignant par exemple le style musical hippie de la période communiste en Pologne ; un flash-back aux allures purement contemporaines ! 

Une exposition hypnotisante sur le rythme du coucou

« Cuckoo » ou coucou en français. Agnieszka Polska a intitulé son exposition de la sorte pour symboliser de façon métaphorique la folie humaine. Le son du coucou vous accompagnera durant toute la visite, dans un rythme lent et hypnotisant,  de quoi devenir totalement fou ! 

Mais le thème de cette exposition fait principalement référence à la littérature et à la femme. Le tableau « Ayn (LP) », par exemple, ne passe pas inaperçu avec ses couleurs vives et son style art déco. Il représente le visage d’une femme, celui de la philosophe et romancière Ayn Rand (1905-1982), américaine d’origine russe, véritable icône aux Etats-Unis. Ayn Rand est représentée dans l’environnement moderniste des gratte-ciels new-yorkais, symboles d’un pays dont elle se fait le chantre de certaines valeurs extrêmes. Figure de l'anti-communisme radical, Ayn Rand est la théoricienne d'un capitalisme individualiste ainsi que d'un libertarianisme,  prônant les valeurs de la raison, du mérite et de l'« égoïsme rationnel ». Pour Rand, l’homme ne doit vivre que par et pour lui-même, en usant de sa raison, incompatible avec la foi, en suivant son seul intérêt rationnel pour forger sa liberté. Pendant l'élection présidentielle américaine en 2012, la droite convoquait d'outre-tombe ces idées ultra-individualistes…

Sur ce tableau figure une écriture aux allures d’autographe : « Bitter tears of Ayn Rand » qui fait écho aux œuvres « The Bitter Tears of Ayn Rand  1and 2 » (voir la photo ci-dessous).

Une nouvelle fois, Agnieszka Polska rend hommage à cette intellectuelle. Sur le tableau 2, elle inclut un extrait d’un texte d’Ayn Rand en le répétant à l’infini: "I am not primarily an advocate of capitalism, but of egoism ; and I am not primarily an advocate of egoism, but of reason. In one recognizes the supremacy of reason and applies it consistently, all the rest follows” (“Je ne défends pas essentiellement le capitalisme, mais l’égoïsme ; et je ne défends essentiellement pas l’égoïsme, mais la raison. L’un reconnaît la suprématie de la raison et l’applique systématiquement, tout le reste suit").  

En travaillant sur cette œuvre, Agnieszka Polska a une vision surréaliste d’Ayn Rand, qui, regrettant ses écrits, aurait versé des larmes colorées sur ses textes. Un moment de nostalgie pour l’artiste, illustré par un mystérieux « Teufelalfabet », l’alphabet du diable, imaginé en Allemagne dans les années 30, que l’on peut contempler sur le tableau 1. 

Agnieszka Polska expose également une image tirée de l’un de ses courts métrages, Leisure Time of Firearm. Ce bout de pistolet rivé sur un œil  retient tout particulièrement notre attention et éveille notre curiosité. L’artiste extrait de son contexte cette image pour créer un impact psychologique sur son public et laisser libre cours à son imagination. 

Avant de pouvoir accéder à la pièce maîtresse de l’exposition, il vous faudra traverser deux panneaux en papier recouverts d’inscriptions. Cette œuvre s’intitule Słonko (The Little Sun). Ici, Agnieszka Polska fait référence au poème pour enfants Co słonko widziało qui signifie « qu’est-ce qu’a vu le petit soleil ? », de l’écrivain Maria Konopnicka. En inscrivant sur un panneau une citation tirée de cette œuvre :

« Toute la journée
Le petit soleil se promenait à travers le ciel
Peu importe
Il n’a pas vu !
Ce qu’il a regardé ! »

L’artiste interpelle une nouvelle fois l’imagination du visiteur face à une phrase tirée hors de son contexte. 

Nous arrivons ensuite dans la pièce centrale de l’exposition. Dans cette salle obscure vous serez captivés par un court métrage de huit minutes, My little planet , présenté pour la première fois en Pologne. 

Le pouvoir hypnotique du son du coucou nous transporte dans un univers très excentrique et abstrait propre à l’artiste. Agnieszka Polska nous raconte une histoire. Dans ce monde, les habitants doivent se battre pour créer leurs propres lois et règles. Une métaphore qui se veut le symbole de notre société et qui dépeint le rapport que nous avons au temps à travers nos gestes du quotidien, qui se répètent continuellement. Les images au rythme très lent et répétitif, scandées au son du coucou illustrent parfaitement cette métaphore. On y voit des mégots écrasés dans un cendrier sur fond de voie lactée et le son du coucou suit le va et vient du maillet de justice. Ce qui vous plonge dans une phase presque d’hypnose. Sur une autre séquence, un homme en costume se contemple dans un miroir tout en réajustant sa cravate avec un sourire et un regard lancé au public. A sa manière, l’artiste dénonce finalement l’assujettissement de notre société face au conformisme. 

 

Remerciements à Klara Czerniewska pour la visite.

Vous pourrez admirer les œuvres d’Agnieszka jusqu’au 23 mars 2017, la galerie est ouverte du mardi au samedi de 12h00 à 19h00. L’exposition a été organisée en collaboration avec Zak, Branicka Berlin. 

Pour plus d’informations : www.kasiamichalski.com // +48 22 409 33 07  //  klara@kasiamichalski.com   

Eloïse Robert (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 9 mars 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

POLLUTION- Pourquoi tant de smog cet hiver ?

Ceux qui ont passé leur premier hiver en Pologne ont pu être surpris par l'importance de la pollution de l'air. Masques anti-pollution en ruptures de stock, concentrations extrêmement élevées de…

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

La Nuit des Musées revient à Varsovie! Ne ratez pas cette belle opportunité de visiter durant la soirée plus de 250 institutions, en famille ou entre amis. Vous trouverez également dans l'agenda de…
Une internationale

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine