Valence

STATIONNEMENT - Voitures, créneaux et menue monnaie : le business des gorrillas

 

Si vous circulez à voiture dans Valence, vous avez sûrement aperçu ces personnes qui vous signalent par de grands gestes une place disponible en échange de quelques pièces. Lepetitjournal Valence est parti à la rencontre de ces fameux « gorrillas ». (Photos©LPJV)

Le terme

« Gorrillas »

Le terme gorrillas n’a rien à voir avec les grands singes. En castillan, ce terme est le sobriquet que l’on donne communément aux voituriers (guardacoches), ceux-ci portant toujours une casquette, gorra en castillan. Les gorrillas de notre époque ont hérité du mot, et, pour certains d’entre eux, de la casquette.

Un business toléré mais illégal

C’est proche de l’hôpital Nou d’Octubre que nous avons rencontré Ahmed*, qui exerce son métier de « gorrillas » depuis 5 ans. Celui-ci nous confesse être sans-papiers, ce qui lui permet de s’affranchir du paiement des amendes, sporadiquement délivrées par les agents de la police locale.

Sa tâche est simple : signaler aux automobilistes la disponibilité de places de stationnement et leur éviter de tourner plusieurs minutes dans des quartiers où les stationnements sont rares (hôpitaux, administration, stades, plages, etc.)

Un business lucratif mais illégal. En effet, l’activité des « gorrillas » est en infraction au regard de deux articles du code de la route espagnol. D’abord l’article 121 du règlement général de circulation « Un piéton ne peut pas circuler sur un lieu non autorisé » et l’article 49 de la loi sur la sécurité routière qui dispose que la circulation sur la chaussée ne peut se réaliser s’il existe une zone réservée pour les piétons.

Une activité lucrative

Même si les automobilistes ne leur laissent que quelques pièces, la plupart des gorilles arrivent à récolter entre 30 et 50€ par jour. Des journées de travail longues, puisque les gorilles sont sur le pied de guerre dès 9h et laissent leur zone vers 20h.

Cela permet à la plupart d’entre eux de gagner plus que le salaire minimum espagnol. Une grande partie des « gorrillas » arrive facilement à atteindre les 1.200€ mensuel.

De quoi susciter des vocations. Car si auparavant cette activité était réservée aux sans-papiers, il n’est plus rare de trouver des locaux agiter les bras ou leur casquette pour attirer les automobilistes en quête de places.

On estime qu’entre 250 et 300 « gorrillas » sont présents sur Valence et contrôleraient une centaine de zones de stationnement.

Des conducteurs résignés

Devant le laisser-aller des administrations et le peu de réprimandes effectuées par les polices locales ou nationales, les automobilistes expriment leur ras-le-bol. Il n’est plus rare de voir un conducteur s’acquitter d’une double peine pour se garer : d’abord quelques centimes pour le « gorrilla », puis des pièces insérées dans l’horodateur.

Le plus grand flou règne dans cet univers et la Mairie de Valence ne propose peu ou pas d’alternative, les parkings étant également payants, souvent sous l’égide d’entreprises privées exerçant des tarifs prohibitifs.

Au final tout le monde semble trouver son compte et la situation n’est pas prête de changer.

 

* Le prénom a été modifié

 

La Rédaction (lepetitjournal.com/valence) Mercredi 22 Mars 2017 
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ! 
Suivez nous sur FacebookTwitter et sur Instagram
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 
Valence

VALENCIA CF – Un départ prometteur (Valencia CF 1 – 0 Las Palmas)

Pouvait-il en être autrement ? En mettant Marcelino aux commandes, le Valencia CF s’est doté d’un entraineur expérimenté, et a signé sa première victoire de la saison sur le plus petit des scores, mais en montrant une image bien plus positive que celle de la saison passée. Lepetitjournal Valence était à Mestalla et vous livre ses impressions sur la rencontre

PLAGE VALENCIENNE – Gandia Nord

C'est aujourd'hui Gandía qui nous accueille dans le cadre de notre voyage le long des plages de Valence en compagnie du site Playas-Valencia.com.…
Actualité Espagne

SALUD! - 10 boissons alcoolisées et cocktails typiques d'Espagne

L'art de la table en Espagne rime avec bonne humeur. Et pour la consommation d'alcool, les Espagnols ne sont pas en reste. Ils ont d'ailleurs élaboré diverses spécialités alcoolisées au fil des années, qui leur ont valu une reconnaissance internationale et une certaine promotion touristique. Voici quelques uns des principaux cocktails ou boissons à base d'alcool les plus couramment consommés en Espagne
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine