Valence

FALLAS 2017 - Patricia Diaz Izquierdo, Fallera : « Nos bras sont grands ouverts »

 

Patricia, une Fallera qui vit avec son temps (Photos©FlorenceCassisi)

Pour en finir avec les clichés, nous sommes allés à la rencontre d’une Fallera qui est tout sauf une potiche. Patricia Diaz Izquierdo a 37 ans, elle est divorcée et travaille dans l’administration. Cette mère d’un petit Fallero de 8 ans, suit la tradition familiale avec bonheur et nous invite à entrer dans la danza avec elle. 

Lepetitjournal Valence : Depuis quand es-tu Fallera ?

Patricia Diaz Izquierdo : Depuis ma naissance, déjà bébé j’étais vêtue en tenue traditionnelle et je participais à la fête. Ma grand-mère travaillait dans le quartier du Mercado Colón et elle a fondé la commission de la Falla locale. Mes grands parents étaient Falleros, ainsi que me parents et à présent moi, ma sœur et mon fils de 8 ans reprenons le flambeau. Il a 8 ans et il adore ça.

Quel est ton rôle en tant que Fallera ?

Chaque Falla de chaque quartier élit une Fallera mayor et sa cour royale par le biais de sa commission. J’ai été Fallera mayor il y a 15 ans et aujourd’hui je fais partie de la cour. Je participe à chaque acte des Fallas, les officiels et les autres comme aujourd’hui (dimanche 12 mars) où nous préparons une paella géante au Mercado Colón.

On a parfois l’image d’une Fallera pas très moderne. Quel est ton avis ?

C’est absolument faux. Dans les Fallas, la femme a exactement le même pouvoir que les hommes. Il y a des présidentes de commission. Tout le monde peut se présenter: homme ou femmes. Nous sommes très actives et nous avons beaucoup de responsabilités.

Ton costume traditionnel est-il pesant et difficile à porter ?

Non, el corpiño, qui ressemble à un corset, n’en est pas un. Ça n’a rien à voir avec ceux qu’on voit dans le film Autant En Emporte Le vent. Il est ajusté mais je peux bouger, lever les bras et surtout danser la danza. Nous sommes tenues de porter nos vêtements traditionnels pendant les cérémonies officielles mais en dehors nous faisons ce que nous voulons. Et ce qu’il faut savoir, c’est que nos robes font travailler les artisans locaux. La soie est valencienne et il faut des mois pour fabriquer un mètre de tissu de cette toile typique appelée el espolín. Aujourd’hui, tout n’est plus fait à la main mais les boutiques sont ici.

Est-il possible d’être Fallera sans être née dans la communauté valencienne ?

Oui bien sûr. On peut tout à fait imaginer une Fallera mayor qui ne soit pas née ici mais qui vit à Valencia. Si mon fils épouse un jour une Française et qu’elle veut rejoindre notre Falla. Pourquoi pas ?

As-tu un message à faire passer aux Francophones qui vivent ici ?

Je veux leur dire qu’ils peuvent tout à fait pousser la porte de la Falla de leur quartier et la rejoindre s’ils le souhaitent. Les gens se trompent s’ils pensent que les Fallas sont des lieux très fermés qui leur sont interdit. Tout le monde peut venir et participer. Nos bras sont grands ouverts.

 

Retrouvez le programme de la Semana Grande ainsi que l'ensemble de nos articles consacrés aux Fallas 2017 dans notre dossier spécial !

 

Isabelle REFFAS (lepetitjournal.com/valence) Jeudi 16 Mars 2017 
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ! 
Suivez nous sur FacebookTwitter et sur Instagram
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 
Valence
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine