Valence

INTERVIEW – Frédéric Traïni, correspondant sportif à Barcelone, auteur du livre "Messi, une vie en grand"

Frédéric Traïni a posé ses bagages à Barcelone en 1990. Depuis plus de quinze ans il suit l’actualité du FC Barcelone pour le quotidien sportif L’Equipe et la radio RTL. En 2010 il a remporté avec L’Equipe le prix de la meilleure interview pour un entretien réalisé avec Xavi Hernandez. Il est également l’auteur d’un récit biographique sorti la semaine dernière sur l’un des plus grands joueurs de foot du moment: Messi, une vie en grand. Il se livre pour nous au jeu du question réponse

(Frédéric Traïni / Photo Lepetitjournal.com)
Lepetitjournal.com : Pourquoi avoir choisi Messi pour sujet de ce livre et qu’est-ce que votre ouvrage apporte de plus à ceux qui existent déjà ?

Frédéric Traïni : Cela faisait un moment que j’avais envie d’écrire ce livre. Je voulais montrer que Lionel Messi n’est pas aussi lisse qu’il ne le laisse paraître. C’est quelqu’un qui n’a pas eu une vie facile, qui a une très grande volonté, et qui a eu la chance de toujours pouvoir compter sur les siens. Messi est grand joueur, son talent est incontestable aujourd’hui, mais il s’est battu pour en arriver là. Son parcours a été semé d’embuches et il n’a jamais craqué. Son histoire c’est un peu un conte de fée : menacé par une forme de nanisme et blessé à plusieurs reprises, je voulais revenir sur chaque étape de sa vie, montrer à quel point la réussite d’un sportif peut tenir à un fil et que ce n’était pas évident pour lui de devenir ce qu’il est. En tant qu’observateur privilégié du Barça, je peux me permettre de contextualiser son histoire, de montrer pourquoi il a tant de mérite, mais aussi de redonner beaucoup d’épaisseur aux personnes qui l’ont soutenu, sa grand-mère, ses parents, ses entraîneurs, sans lesquelles il n’y serait sans doute pas arrivé. Et aussi de parler de l’environnement du Barça, de l’histoire du club, des supporters, des médias, de la bataille réelle que se livrent Madrid et la Catalogne …

Quel effet cela fait d’approcher une star internationale ? Messi est-il difficile d’accès ?
En effet, c’est devenu compliqué d’approcher Lionel Messi, ça l’était beaucoup moins il y a deux ou trois ans. L’entraîneur du Barça, Josep Guardiola, a d’ailleurs interdit les interviews en tête à tête entre joueur et journaliste depuis le mois d’août. Mais au cours de ma carrière, je l’ai interviewé une bonne demi-douzaine de fois, et tous ces témoignages ont beaucoup nourri mon livre. Quant à l’effet que cela fait d’approcher une star internationale, cela ne me fait plus rien. Ça fait quinze ans que je suis là, j’ai l’habitude. C’est mon métier de poser les questions et lui doit me répondre. J’ai beaucoup de respect et d’admiration mais mon métier, c’est de ne pas me laisser impressionner, je dois avant tout penser à mon lecteur. En dehors du terrain, ce sont des gens comme vous et moi, aussi grands soient-ils.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué chez Lionel Messi ? Avez-vous des anecdotes à son sujet ?
C’est quelqu’un de très réservé mais qui a une volonté à toute épreuve. En interview c’est un peu le cauchemar des journalistes : c’est un "mauvais client" à qui il faut arracher les mots, qui se méfie de la presse, et qui y met de la mauvaise volonté parce que cet exercice ne lui plait pas, un peu comme Zidane. Mais ce qui frappe le plus chez lui, c’est son gros caractère, il a un tempérament de gagneur. Déjà petit, c’était dur de jouer aux cartes avec lui, c’est un mauvais perdant. Et sur le terrain, il peut être une vraie teigne. Il n’est pas lisse, c’est un tueur. Je me rappelle en 2008 quand Guardiola arrive, Messi veut jouer les Jeux Olympiques avec la sélection d’Argentine, mais le Barça ne veut pas : une véritable bataille juridique se met alors en place. Messi ne le digère pas et ça se voit, il s’accroche avec Rafael Marquez sur le terrain et reste énervé. Guardiola se rend compte de son attachement pour l’Argentine et intervient pour calmer le jeu. Il fait pression sur ses dirigeants pour le laisser disputer les JO avec l’équipe de son pays natal. Et l’Argentine gagne après avoir sorti le Brésil en demi-finale : c’est la passation de pouvoir entre Ronaldinho et Messi. Sa profonde amitié avec Ronaldinho est aussi quelque chose de très marquant, ils ont une relation fraternelle. C’est Ronaldinho qui lui a offert son premier but et Messi a tout fait pour qu’il reste au Barça... Mais le départ de Ronaldinho, c’était avant tout une manière de couper le cordon entre le grand et le petit frère. Pour ne pas freiner Messi dans sa progression, pour lui faciliter le passage de l’âge enfant à l’âge adulte. Leur histoire est belle, remplie d’humanité et c’est aussi ça que j’ai voulu montrer à travers mon livre : son côté humain et celui de ceux qui l’ont accompagné.

Le Barça et Messi forment un duo de choc, pourtant il ne "cartonne" pas vraiment avec la sélection argentine, pourquoi d’après vous ?

Le Barça et le talent de Messi, c’est une rencontre fusionnelle. Au FC Barcelone, c’est le jeu collectif qui prime : on ne lui demande pas de gagner à la différence de Cristiano Ronaldo au Real Madrid à qui l’on reproche la défaite. A Barcelone, on ne l’accable pas tandis qu’en Argentine on lui met la pression : il a été sifflé en novembre dernier lors du match Argentine – Bolivie.

Lionel Messi est-il le plus grand joueur du monde ? Serait-il Messi sans le Barça ?
C’est évident que le club de Barcelone a tenu un rôle extrêmement important durant sa carrière. Carles Rexach, son entraineur de l’époque, lutte pour sa venue au Barça quand personne n’en veut à cause de ses problèmes de croissance. Il a aussi la chance d’évoluer parmi d’autres joueurs, comme Xavi, Iniesta, tous très forts, et qui lui permettent de progresser. Tout le jeu du Barça a été réorganisé autour de lui, c’est certain, mais personne ne peut savoir où il en serait sans le Barça et si il est réellement le meilleur joueur du monde... Je me pose aussi la question. Avec des si, on mettrait Paris en bouteille. En tout cas, il n’a pas encore gagné la coupe du monde comme Maradona ou Pelé l’ont fait avant et il le sait très bien. Il va avoir 25 ans, il devient plus mûr, plus autoritaire. C’est le vrai boss du vestiaire et il a tout pour devenir le plus grand joueur du monde.

Propos recueillis par Mathilde MALNIS (lepetitjournal.com – Espagne) mercredi 18 janvier 2012

"Lionel Messi, une vie en grand" est le récit biographique d’une vie hors du commun. L’histoire d’un gamin argentin de Rosario, menacé de nanisme mais touché par la grâce, présenté à 24 ans comme le meilleur joueur du monde, leader de la meilleure équipe de tous les temps, en passe de détrôner les plus grands noms de la planète foot. Et pourtant, son parcours étonnant aurait pu ne jamais exister.
Un livre qui tente d’apporter des éléments de réponses tirés de la chronique, documentée, d’une vie atypique, celle d’un héros universel, pourtant si singulier, au talent prodigieux et à la personnalité extrêmement attachante. Une destinée parsemée d’embûches, de coups du sort, de sacrifices… tous les ingrédients d’une épopée moderne racontée par un observateur privilégié, en poste à Barcelone depuis plus de vingt ans. Un récit tout public, truffé d’anecdotes et de petites histoires, exposant dans le détail le parcours d’un petit bonhomme devenu un géant.

15 x 22 cm - 226 pages - 15€ - Editions Hugo&Cie

Valence
Actualité Espagne

PHILIPPE DE CHAUVERON - "Le politiquement incorrect, si c´est bien fait, c´est un plaisir "

Sortir, cinéma, cinéma français, Philippe de Chauveron,
Philippe de Chauveron est le réalisateur d´un des cartons de l´année en France, "Qu´est-ce qu´on a fait au bon Dieu ?" ("¿Dios mío, pero qué te hemos hecho?"). Avec plus de 12 millions de spectateurs, cette comédie sur l´acceptation des différences, interprétée par Christian Clavier, arrive en Espagne vendredi 19 décembre. A l´occasion du "Rendez-vous avec le cinéma français" d´octobre dernier, Philippe de Chauveron a répondu à nos questions, à Madrid
A la une

RENCONTRE AVEC DIDIER LE BRET – Directeur du Centre de crise du MAEDI

La télévision tourne en boucle. Après la prise d’otage de Sydney dans la nuit, on vient d’en annoncer une seconde à Gand en Belgique ! Didier Le Bret directeur du Centre de crise du ministère des Affaires Étrangères et ses équipes sont en état d’alerte. Son seul commentaire, qui en dit long sur ses préoccupations : "A priori, il n’y a pas de Français". Rencontre avec celui qui veille à la sécurité des ressortissants Français à l’étranger au…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPAT DU JEUNE - Easy or not easy ?

« Pour vous, de toutes façons, partir en expatriation, c’est facile : vous êtes jeune, vous êtes adaptable, vous êtes libre comme l’air » Et si, en fait, partir jeune, c’était justement un peu plus difficile ?
Expat - Politique

TELEVISION - Thierry Mariani dans la peau d’un handicapé

Ce soir, lundi 15 décembre, Direct 8 diffusera le premier épisode de sa nouvelle émission d’immersion intitulée Politiques Undercover. Une sorte de « Vis ma vie » à la sauce politique dont le but est de mettre un responsable politique dans la peau d’un Français lambda pour lui faire vivre les difficultés quotidiennes de millions de citoyens. Le député UMP de la 11ème circonscription des Français établis hors de France, Thierry Mariani, a testé les transports parisiens en fauteuil roulant. 

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2015. La Commission Européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, attendue début 2015, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Les trophées
Francophonie

FRANCOPHONIE – LE XVe Sommet à Dakar

Le 15e Sommet de la Francophonie se déroule à Dakar du 29 au 30 novembre. Les chefs d’État et de gouvernement de l’OIF se réunissent pour définir les prochaines orientations de la Francophonie, statuer sur l’admission de nouveaux pays membres et élire le prochain Secrétaire général de la Francophonie. Invité de France 24, RFI et TV5 Monde, François Hollande a tenu à rappeler que la France était "au service de la francophonie".