Valence

LYCEE FRANÇAIS – 2 jours pour penser l’avenir du monde

 

Les 5 et 6 Avril derniers 75 élèves de différents Lycées Français de la péninsule ibérique se sont retrouvés à Valence dans le cadre de la COPVAL. Inspirée par la COP21, ces rencontres ont permis à ces élèves de 2nde de confronter leurs idées lors de sessions d’échanges sur des problématiques du développement durable. 

Afin de sensibiliser les élèves au développement durable et à ses enjeux, le lycée français de Valence a proposé pour la deuxième année consécutive sa Conférence des Parties, la COPVal. Le but ? Simuler des négociations environnementales, alimentaires et énergétiques sur le modèle de la COP21 qui s’est tenue à Paris en 2015. Une manière ludique de faire découvrir aux lycées les métiers de la diplomatie en développant leurs capacités d'argumentation et de négociation. A cette occasion, certains élèves des Lycées Français de Madrid, Barcelone, Alicante, Murcia, Valladolid et même Lisbonne se sont déplacés à Valence pour y participer.

Un projet collectif et transversal

Depuis le mois de septembre, les élèves de 2nde travaillent dur pour mener à bien ce projet transversal qui s’intègre totalement aux programmes d’Histoire-Géographie, de SVT, de SES et de Français. L’objectif pour les professeurs était, entre autres, d’apprendre aux lycéens à rechercher, hiérarchiser, exploiter et synthétiser des informations, à argumenter et convaincre, à restituer un débat, à négocier et conduire un projet en équipe et enfin, à exposer leurs conclusions.

Si les élèves avaient commencé à travailler dans chacun de leurs établissements, leurs idées ont été mises en commun les 5 et 6 avril derniers.

Tout d’abord à la base de support des Nations Unies, l’UNSBV (United Nation Support Base Valencia) située à Manises. C’est dans ce haut-lieu de la diplomatie internationale que les élèves ont fait valoir leurs arguments concernant les thématiques sur lesquelles ils avaient réfléchi en classe. L’enjeu était essentiel : au terme de tables rondes de négociations, les élèves devaient arriver à un consensusPuis le lendemain au Lycée Français de Valence, les lycéens ont pu suivre une conférence sur le développement durable mais surtout exposer à l'ensemble de leurs camarades, l’ensemble des résolutions adoptées.

Des élèves ravis et des professeurs satisfaits

Comme l’explique M. Depaty, professeur au lycée français de Valence et co-organisateur de l’événement, le niveau était très élevé : « Pour cette 2e année, je trouve que le niveau a beaucoup augmenté. […] Les élèves sont arrivés en ayant bien préparé leur travail. Ils parlaient très bien et les débats étaient très riches ».

Un enthousiasme partagé par des nombreux élèves, comme en témoigne Côme, élève du Lycée Français de Barcelone : « J’ai adoré cette expérience. J’avais déjà participé à d’autres projets de ce type mais je n’étais jamais allé dans une base de l’ONU et je n’avais jamais simulé une négociation entre diplomates. Cela m’a permis de voir ce que c’était et comme nous sommes en pleine année d’orientation, cela m’a donné des idées. Cela m’a également permis de rencontrer des gens, de diffuser des idées, de partager. Donc c’était vraiment une super expérience. »

Deux jours de rencontres qui ont également enchanté Eider du Lycée Français de Valence : « J’ai adoré ce projet parce que nous avons fait de nombreux échanges avec des gens d’autres villes. Et puis les échanges, les débats, ont permis de partager nos idées et de les défendre mais aussi de connaitre celles des autres et pouvoir les comparer. »

 

Mais cette COPVal aura également un impact sur les vies personnelles des lycéens comme nous l’explique Anouk, du Lycée Français de Lisbonne : « J’ai appris énormément de choses grâce à ce projet comme l'importance énergétique des emails par exemple. Des petits trucs comme ça dans notre quotidien dont on ne se rend pas compte. Mais finalement, tout engagement individuel apporte un engagement collectif et tout ce qui est individuel prend une ampleur énorme. On ne s’en rend vraiment pas compte, surtout en tant qu’adolescent. On est un peu inconscients et du coup, je pense que cela nous a ouvert les yeux sur beaucoup de choses. »

 

La COPVal aura marqué les esprits de ces adolescents plein de rêves et d'espoir, et qui sait, peut-être que parmi Côme, Eider, Anouk ou l’un de ces élèves de 2nde se cache le futur Secrétaire Général des Nations Unies ?

(Photos©LPJValence)

La Rédaction (lepetitjournal.com/valence) Vendredi 21 avril 2017 
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ! 
Suivez nous sur FacebookTwitter et sur Instagram
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 
Valence

BAC 2017 – Les coulisses de cet examen au Lycée Français de Valence

Si les dernières épreuves du Bac 2017 ont eu lieu en France le jeudi 22 juin, pour le Lycée Français de Valence et pour tous les autres établissements français de la péninsule ibérique, cette date correspondait à l’annonce des résultats. Mais quelles sont les autres différences pour cet examen emblématique ? Comment passe-t-on son bac à Valence ? Régis Raufast, proviseur du Lycée de Valence a répondu à toutes nos questions

SAINT - JEAN – Une fête flamboyante

Cette troisième semaine du mois de juin marque pour l’hémisphère nord, le début de l’été grâce au solstice du 21 juin. C’est également cette semaine…
Actualité Espagne
Une internationale

RESEAU PSY EXPAT – Trouver un psy francophone à l'étranger

Comment être accompagné dans sa mobilité si l’on a besoin d’un suivi psychologique ? Créé par deux psychologues expatriées en Asie, Réseau PsyExpat est une plateforme à but non lucratif qui facilite la recherche de thérapeutes francophones partout dans le monde et les échanges entre professionnels
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine