Valence

MA VIE DE TOURISTE – Nathalie et Yann : « Jalón, c’est vraiment le petit village où l’on retrouve le commun des mortels, ceux qui viennent lire leur journal, boire leur café »

Pendant la période estivale, notre rendez-vous hebdomadaire, Ma Vie d’Expat, laisse sa place à Ma Vie de Touriste. Chaque semaine, une personne ou une famille nous explique pourquoi ils passent leurs vacances dans la Région Valencienne et ce qui leur plaît. Aujourd’hui, place à Nathalie et Yann qui séjournent dans la Marina Alta dans la charmante petite ville de Jalón.

Nathalie et Yann à Jaló(Photos personnelles)

Nathalie et Yann viennent du département des Charentes. S’ils connaissent la région valencienne en automne lors des vacances scolaires françaises de la Toussaint, c’est la première fois qu’ils la découvrent en plein été. Avec leurs trois grands enfants, ils profitent du calme de la ville de Jalón, située dans les montagnes entre Dénia et Calp.

Lepetitjournal Valence : Depuis combien de temps passez-vous vos vacances dans la Région Valencienne et plus généralement, en Espagne ?

Yann : Cela fait deux ans que nous passons nos vacances dans le sud de Valence et généralement c’est au moins une semaine tous les ans en Espagne.

Nathalie : J’ai fait mes études en Espagne, à Valladolid, et depuis, tous les ans, ou quasiment tous les ans, je passe une semaine de vacances ou plus en Espagne.

Mais depuis quand connaissez-vous la Région Valencienne ?

Nathalie : Cela va faire trois ans. C’est à l’occasion du mariage d’une de mes cousines, chez qui nous séjournons actuellement, que nous avons découvert cette région. Le mariage s’est fait ici à Jalón et nous sommes tombés amoureux du village.

Yann :C’est vrai que juste après le mariage à l’église, nous sommes allés boire un verre sur la petite place juste à côté. Il n’y avait pas énormément de monde, mais le cœur du village était si chaleureux ! Il y a une âme dans ce village. Nous sommes quand même assez latins et je crois que nous avons toujours aimé cette vie qu’il y a dans les bars et que l’on ne retrouve pas en France. Ce petit village nous avait bien plu.

Nathalie : Et puis nous n’aimons pas les lieux très touristiques. Ici, nous sommes au cœur du village, avec ses habitants, même s’il y a des touristes, certes, mais ce n’est pas comparable à d’autres villes de la côte.

Yann : Je pense que si nous n’avions pas connu Jalón, nous serions restés à Benissa ou une autre ville par exemple, là où c’est plus touristique, et il n’y aurait pas eu ce même attrait. Jalón, c’est vraiment le petit village où l’on retrouve le commun des mortels, ceux qui viennent lire leur journal, boire leur café. C’est la vie du village qui est là sur cette place, c’est son âme.

Lorsque vous êtes en vacances en Espagne, que ce soit dans la Région Valencienne ou ailleurs, est-ce que vous vous adaptez à la vie espagnole, est-ce que vous prenez les horaires espagnols par exemple ?

Yann : Oui, on se décale naturellement. Nous vivons et mangeons espagnol complètement. Mais déjà, dans notre vie quotidienne, nous avons tendance à vivre à l’espagnol.

Lors de vos vacances en Espagne, avez-vous des rituels, des rendez-vous incontournables ?

Nathalie : Le dimanche matin, c’est aller boire un café au cœur du village et se mêler aux gens qui sont là, aux locaux. Et puis nous irons au centre commercial Bonaire pour profiter des nombreux magasins et de Primark. Plus généralement, nous recherchons des lieux pour la gastronomie locale. Mais c’est pareil, nous ne recherchons pas forcément de grands restaurants, nous essayons de trouver plutôt …

Yann : … le restaurant typique, à la bonne franquette !

Nathalie : Oui et nous aimons bien aussi les lieux où l’on peut manger des tapas, mais toujours des traditionnels.

Vous recherchez des endroits pittoresques, mais de la Région Valencienne, qu’appréciez-vous plus généralement ? Que trouvez-vous ici que vous ne rencontrez pas ailleurs ?

Nathalie : En premier lieu, la chaleur, forcément ! 

Yann : La chaleur, oui c’est sûr. En général, nous privilégions une semaine de vacances à la Toussaint. Pour avoir du beau temps et du soleil à cette période, nous partons en Espagne. Et c’est vrai que nous n’avons jamais été déçu à cette saison, il y a toujours de la chaleur et du soleil. Après la végétation est assez particulière ici et intéressante entre la plaine et la montagne. Et puis il y a toutes ces vignes, ces orangers. Les cultures sont quand même assez hétéroclites et en contraste les unes par rapport aux autres. En étant français, je suis habitué aux champs de vignes tout carrés mais ici, il y en a dans tous les côtés, dans tous les sens. C’est très sauvage mais surtout très intéressant à voir.

Avez-vous un programme défini en général ?

Nathalie : Rien n’est vraiment défini, nous allons faire un petit peu de tout : aller à la plage, faire du « farniente ». L’objectif c’est de se détendre et de se reposer essentiellement.

Yann : Et puis je pense qu’une visite va en amener une autre. Nous allons prendre la voiture et puis nous verrons bien !

Vous commencez à bien connaître la Région. Quelles sont les villes que vous appréciés ou, au contraire, que vous n’avez pas du tout aimé ?

Nathalie : Nous sommes déjà allés à Benidorm et à Alicante pour voir mais nous n’avons pas du tout aimé. En revanche, nous avons bien apprécié Calpe et Jávea où nous allons retourner, notamment au Cabo de la Nao.

Vous appréciez la gastronomie et la culture espagnole. Quelles sont les choses que vous rapporterez à la fin de votre séjour ?

Yann : Du jamón !

Nathalie : En général, la nourriture typique de l’Espagne ou de la Région.

Yann : Et puis il y a des gâteaux, des gâteaux longs briochés qu’on ne trouve que dans la Région …

Des fartón ? Les gâteaux que l’on mange avec la horchata ?

Yann : Oui c’est ça ! C’est typiquement le genre de choses que nous allons acheter.

Nathalie : En général à la Toussaint, nous rapportons du turrón aussi. Et des produits sans sucres également. Je suis diabétique et, bien que je trouve en France des produits sans sucre, il y a en Espagne une variété que nous n’avons absolument pas en France, que ce soit des glaces, des yaourts, des gâteaux. Chez nous en France, nous n’en trouvons que dans des magasins spécialisés, alors qu’ici au supermarché, il y en a beaucoup.

Yann : C’est simple, en temps normal, toutes les six semaines, nous descendons une journée à la frontière espagnole pour faire le plein chez Mercadona. Nous sommes à environ trois heures de la frontière. Nous remplissons le coffre de tous les produits que nous apprécions.

Est-ce que nous vous reverrons l’année prochaine dans la Région Valencienne ?

Nathalie : En Espagne certainement, après où exactement, on ne sait pas, on verra !

 

 

Vous êtes en vacances dans la Région Valencienne ? Vous la découvrez pour la première fois ou au contraire, cela fait des années que vous revenez et elle n'a plus de secrets pour vous ? Vous souhaitez témoigner de votre expérience en tant que touriste dans cette région ? Contactez-nous à l'adresse suivante : valence@lepetitjournal.com

 

Shirley SAVY PUIG (lepetitjournal.com/valence) Jeudi 27 Juillet 2017 
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ! 
Suivez nous sur FacebookTwitter et sur Instagram
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 
Valence

VALENCIA CF – Un départ prometteur (Valencia CF 1 – 0 Las Palmas)

Pouvait-il en être autrement ? En mettant Marcelino aux commandes, le Valencia CF s’est doté d’un entraineur expérimenté, et a signé sa première victoire de la saison sur le plus petit des scores, mais en montrant une image bien plus positive que celle de la saison passée. Lepetitjournal Valence était à Mestalla et vous livre ses impressions sur la rencontre

PLAGE VALENCIENNE – Gandia Nord

C'est aujourd'hui Gandía qui nous accueille dans le cadre de notre voyage le long des plages de Valence en compagnie du site Playas-Valencia.com.…
Actualité Espagne

SALUD! - 10 boissons alcoolisées et cocktails typiques d'Espagne

L'art de la table en Espagne rime avec bonne humeur. Et pour la consommation d'alcool, les Espagnols ne sont pas en reste. Ils ont d'ailleurs élaboré diverses spécialités alcoolisées au fil des années, qui leur ont valu une reconnaissance internationale et une certaine promotion touristique. Voici quelques uns des principaux cocktails ou boissons à base d'alcool les plus couramment consommés en Espagne
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine