Tunis

ESCAPADES - Bizerte

Bizerte est unique. Ancien comptoir phénicien puis unique, dont l'origine remonte au premier millénaire avant J.C., son architecture témoigne des nombreuses civilisations qui s'y sont succédées

Elle eut divers noms durant l'antiquité : Hippo, Hippo Acra, Hippo Diaritus et Hippo Zaritus. Son nom arabe est Banzart.

Elle se développa à partir du XIIIe siècle sous le règne des Hafsides. Elle accueillit au XVIIe siècle les andalous, chassés d'Espagne sous l'Inquisition et les russes blancs au début du siècle. Certains vivent encore ici.  Sous le protectorat français de 1881, elle devint une importante base militaire française, vue sa position stratégique.

Les différentes civilisations marquent l'architecture de la ville : la géométrie latino-byzantine, le tracé des rues et le style spécifique des maisons arabo-musulmanes, puis les rues bordées de platanes, les toits de tuiles roses et les squares ombragés à l'européenne.

Bizerte se situe loin du grand tourisme. Elle garde une médina pleine de charme, un vieux port et un marché pittoresque. Le vieux port a gardé le charme d'un petit port de pêche, avec ses grosses barques colorées et la tranquillité de ses quais.

Au coeur de la vieille ville, la Grande Mosquée, construite au XVIIe siècle : son minaret octogonal présente un dernier étage supporté par un encorbellement, c'est le plus beau de Bizerte.

Le quartier Andalou, situé de l'autre côté de la kasba et au pied de la colline sur laquelle se dresse l'ancien fort d'Espagne. On parvient au quartier des Andalous en longeant la rue de l'Abattoir, où l'on peut découvrir de belles portes cloutées et des moucharabiehs.

Le charme du vieux port

A l'entrée du vieux port, se dressent face à face la puissante Kasba et le petit port Sidi el Hani. La visite de la Kasba est incontournable : ancienne forteresse du XVII siècle, elle abrite aujourd'hui un quartier d'habitations, que l'on découvre en sillonnant dans les ruelles jusqu'au sommet des remparts pour un panorama sur la ville et sur la vie populaire de la Kasba.

Erigé au XVII siècle, le fort Sidi el Hani contrôlait l'accès au port. Transformé en musée océanographique, la visite est intéressante et vous réserve une très belle vue de la terrasse sur le port et la forteresse.

Sur le vieux port, découvrez la place Siahedine Bouchoucha  et son marché très animé. Vous pourrez goûter à la cuisine locale pour quelques dinars.

Place de la Municipalité, un air d'Europe : le centre culturel et la Mairie sont abrités dans de belles bâtisses à toits de tuiles roses, près des belles avenues et leurs grandes terrasses de café.

Isabelle Enault (www.lepetitjournal.com/tunis) jeudi 10 août 2017

Les bonnes adresses

Hôtel Résidence Nour

Hôtel Bizerta Resort

 

 

A VOIR, A FAIRE - Agenda du week-end

Chaque lundi : l'agenda de la semaine - Chaque vendredi : l'agenda du week-end: cinéma, théâtre, musique, événements, festivals, gastronomie,…

COUP DE COEUR - Samo di pasta, La Marsa

En plein coeur de la Marsa, entre le Zéphyr et le café Jimmys, Samo di pasta est un petit restaurant de spécialités gourmandes autour des fameuses…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine