PALESTINE - Délégation à Gaza, manifestation à Tunis

Une délégation officielle composée de membres de la présidence de République et menée par Rafik Abdessalem, ministre tunisien des Affaires étrangères, s'est rendue samedi dernier à Gaza

Elle est composée principalement de Samir Dilou, ministre des droits de l’Homme et de la justice transitionnelle, Khalil Zaouia, ministre des Affaires sociales, Sihem Badi, ministres des Affaires de la Femme, Slim Hmiden, ministre des Domaines de l’Etat, Imed Daïmi, chef du cabinet présidentiel, Chahida Ben Fraj, secrétaire d’Etat à l’habitat, et Boubaker Taïeb, conseiller du chef du gouvernement.

Le but de ce déplacement est d'exprimer la solidarité de la Tunisie avec la population de Gaza et condamner l’agression israélienne qui se poursuit pour le quatrième jour consécutif sans répit faisant de nombreux morts et blessés.  

Le soutien de la Tunisie
"Je suis venu de la Tunisie de la révolution, portant un message de solidarité et de soutien du peuple tunisien dans toutes ses composantes. Israël doit comprendre que l’époque du silence sur ses crimes est révolue",
a dit Rafik Abdessalem. Le ministre a plaidé pour la levée du blocus.

"Nous devons exploiter tout l’élan généré par les révolutions arabes pour franchir un autre pas sur la voie du soutien à la cause palestinienne.  Le monde doit savoir que malgré notre situation, nous ne troquerons pas une aide même si elle émane des pays les plus puissants du monde, contre notre position de soutien à la cause palestinienne", a indiqué Samir Dilou.

La délégation s'est rendue au milieu des décombres de l'ancien siège de la présidence du gouvernement du Hamas, détruit par les raids israéliens, ainsi qu'au chevet des blessés hospitalisés à l'hôpital central de Gaza, et auprès de la famille du martyr Habes Hassan Mesmeh mort vendredi.

Manifestation à Tunis
Une marche pacifique de soutien à la cause palestinienne s'est déroulée vendredi sur l'avenue Habib- Bourguiba, à l'initiative des syndicats de base de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), plusieurs partis,ainsi que des composantes de la société civile.

Les manifestants ont condamné les raids israéliens contre la bande de Gaza et revendiqué la criminalisation de la normalisation avec Israël dans la Constitution. Ils appellent à soutenir le peuple palestinien dans sa lutte contre l'occupant. Certains manifestants ont fait brûler un drapeau israélien et dénoncé le mutisme des gouvernements arabes face à cette situation.

La Rédaction (www.lepetitjournal.com/tunis.html) lundi 19 novembre 2012

Tunis

TRADITIONS - La oula

La oula est une tradition ancestrale qui consiste à préparer soi-même son couscous ou sa "mhamsa" à la maison et en famille, selon un rituel transmis…

ARTS - Agenda du week-end

Chaque lundi, l'agenda de la semaine. Chaque vendredi, l'agenda du week-end : cinéma, théâtre, musique, événements, festivals, gastronomie, sports,…
A la une

GUILLAUME CANET / CEDRIC ANGER - "C’est un serial killer assez inédit dans le genre"

La prochaine fois, je viserai le cœur s’inspire de l’affaire Alain Lamare. Les faits ont lieu dans l’Oise entre 1978 et 1979. Un maniaque agresse et tue plusieurs auto-stoppeuses. La police et la gendarmerie peinent à trouver l’homme qui échappe à tous les barrages. Chose qui lui est dans un premier temps facile puisqu’il s’agit en fait d’un jeune gendarme modèle qui enquête sur ses propres crimes. Notre édition de Londres a rencontré le…
France/Monde
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Alger - Actualité

CAN - Les Verts face à leur destin

 Les Fennecs d’Algérie joueront, ce soir au stade de Malabo face à des Sénégalais très physiques, leur survie dans une compétition abordée…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie