L'agrotourisme se développe en Grèce, voici quelques bonnes adresses ! Le pays occupe la seconde place en Europe pour sa biodiversité, sa flore comporte plus de 6.000 espèces dont 1/10 sont endémiques. Le tourisme contribue de plus en plus aux changements climatiques (4% à 6% des émissions de gaz à effet de serre au monde) et est parallèlement l’un des piliers de l’économie grecque. Les défis environnementaux ont fait apparaître la notion d’"écotourisme"

Plage de Seriphos, Cyclades. Photo DMP

La forme d'écotourisme la plus répandue en Grèce est appelée "agrotourisme". On part, par exemple, découvrir la vie quotidienne des cultivateurs de mastic traditionnels à Chios, grâce à l'agence Masticulture. Il existe également une offre diversifiée de tourisme sportif et éducatif/culturel. Certains hôtels tendent à devenir plus respectueux de l’environnement, comme la chaîne Hôtelière Grecotel qui propose même des menus biologiques. Malheureusement, l’organisation de l’offre et des informations disponibles auprès du public ne sont pas toujours au point. 



Le Péloponnèse organise son écotourisme et des structures privées dans toute la Grèce
Dans le Péloponnèse, cependant, un véritable effort a été mené ces dernières années avec la création d'un Centre de Soutien de l’Ecotourisme Régional, situé à Gytheio. Son rôle est de centraliser l’offre de la région et d'attirer "l’écotouriste". L’écotouriste peut aussi se renseigner auprès d’agences locales privées comme "Nature in Action" qui propose des solutions d’écotourisme, agrotourisme, tourisme culturel et sportif en Phthiotide (Grèce Centrale) en conciliant nature, aventure et sport. Au Nord, en Florina, l’agence "Société d’Ecotourime Vitsiou" propose aussi une grande variété d’activités écotouristiques. 



Apprendre en visitant
Côté tourisme éducatif, il est possible de visiter les Centres d’éducation environnementale, situés notamment dans les régions protégées Natura 2000 : les lacs de Koronia et Volvi, les parcs Nationaux, les forêts... Certains centres agissent dans un domaine spécifique comme les Centres Arktouros qui oeuvrent pour la protection des animaux sauvages. Il existe aussi des personne spécialisées : les "écoguides", certifiés ils sont les mieux placés pour présenter l'offre écotouristique en Grèce. Enfin, pour ceux qui veulent vivre une aventure plus extravagante, alors direction Salonique au village Western à la Grecque "Ziogas Western City" associant écotourisme et ambiance Western.

Qui est l’"écotouriste" ?
L’écotouriste respecte une série de règles encourageant le respect de l’environnement, des lieux/hébergements visités, des ressources naturelles et énergétiques, comme s’il se trouvait dans son propre pays/domicile. Avant de partir, il s’est renseigné sur les coutumes / climats de sa destination et a choisi le moyen de transport le plus écologique. Ainsi, pour faire Athènes - Salonique, il préfèrera le train, c’est le moyen de transport le plus écologique devant l’automobile et l’avion. L’écotouriste voyage léger, il préfère les produits locaux et biologiques et a choisi soit un logement classé "vert" (plusieurs sites internet existent comme l’Ecolabel européen, Green Globe 21, particulièrement pour l’Asie, le Pacifique et l’Amérique Centrale) ou du moins qui respecte l’environnement. Il existe plusieurs formes d’écotourismes : l’agrotourisme, le tourisme équitable, solidaire (tourisme qui repose sur la répartition équitable des ressources qui devront permettre le développement de projets utiles à toute la communauté), le tourisme sportif (randonnée, équitation, etc.) ou toute autre forme de tourisme qui permet le développement de la région tout en préservant ses ressources patrimoniales (naturelles, culturelles et sociales) afin de minimiser l’empreinte carbone de ce tourisme.
Camille Delcour (www.lepetitjournal.com/athenes.html) lundi 19 novembre 2012

Les écoguides http://www.oikoxenagos.gr/page2.php anglais disponible;
Western à la Grecque "Ziogas Western City" http://www.horses.gr/ (site anglais et grec).

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine