Toronto

Toronto, la ville la plus multiculturelle au monde ?

Avec de nombreuses vagues d'immigration tout au long de son histoire, Toronto est aujourd'hui une terre d'accueil pour les étrangers, qui constituent aujourd'hui presque la moitié de sa population totale. Toronto, qui est en même temps la capitale de la province de l'Ontario, fait partie des villes les plus peuplées d'Amérique du Nord et compte le plus d'habitants par rapport aux autres villes canadiennes comme Montréal et Vancouver ; presque 3 millions au total. Parmis eux se trouve un réseau d'expatriés français de plus de 12000 personnes. Le Grand Toronto, qui inclut les zones périphériques, représente, lui, 6,1 millions de personnes. Faire le choix de s'installer à Toronto, aussi appelée la ville Reine, vous permettra ainsi de découvrir plusieurs cultures du monde entier tout en profitant des atouts d'une grande ville d'Amérique du Nord. Mais attention à vos finances. Si Toronto est le poumon économique du pays et  qu'il est facile d'y trouver un emploi, le coût de la vie y est également très élevé. Ainsi, l'immobilier à Toronto est aussi cher qu'à Paris

 

Un peu d'histoire pour mieux comprendre le multiculturalisme torontois

Avant que la ville prenne le nom de Toronto en 1834, la capitale actuelle de l'Ontario s’appelait York en référence au duc de York puisque ce sont les officiers britanniques qui sont à l'origine de sa fondation. C'est à partir de cette date que la ville a connu une expansion considérable avec l'arrivée massive d'immigrants britanniques et grâce au développement de son activité commerciale et financière. Plus tard ce sont d'autres populations européennes qui sont venues s'installer à Toronto : tout d'abord les irlandais, suivis des italiens et des ukrainiens. En 1960 les expatriés britanniques étaient toujours en supériorité mais la communauté italienne commençait à être de plus en plus importante. La population Torontoise s'est encore plus diversifiée avec l'arrivée d'une première vague d'immigrants venant d'Allemagne, de Pologne, de Grèce, de Hongrie et du Portugal dans les années 1960 puis avec une deuxième vague plus récente qui a amené des immigrés d'Asie du Sud et de l'Est ainsi que d'autres personnes des Antilles anglaises. Entre 1996 et 2001, la majorité des immigrants qui ont été admis à Toronto venaient de Chine, d'Inde, du Pakistan, des Philippines, du Sri Lanka et de Hong-Kong.

Voilà pourquoi nous disons aujourd'hui que Toronto est une ville multiculturelle. D'autant plus que si l'on se réfère aux chiffres et statistiques actuelles selon le site officiel du Canada, en 2031, on s'attend à ce que les groupes de minorités visibles constituent 63% de la population de Toronto, soit plus de la moitié de ses habitants. En effet, la ville continue d'accueillir 100 000 immigrés par an. Déjà en 2006, plus de 2 millions de personnes nées à l'étranger étaient basées à Toronto ce qui représentait 45,7% de sa population totale. Ainsi, en termes de nombre d'habitants nés à l'étranger, Toronto dépasse d'autres grandes villes cosmopolites comme Miami, Los Angeles ou encore Sydney venant confirmer sa renommée de ville la plus cosmopolite du monde.

 

Des spécificités culturelles bien gardées

A Toronto, les différentes communautés d'expatriés ont su garder leurs spécificités et leur culture car la ville de Toronto mise plus sur une véritable mixité sociale que sur une homogénéisation des cultures.

De ce fait, même s'il est préférable de bien connaître l'anglais pour s'intégrer et trouver du travail plus facilement, les langues maternelles sont toujours utilisées et vous pourrez entendre parler différentes langues notamment lorsque vous prenez les transports en commun. En tout, ce sont plus de 110 langues qui sont parlées à Toronto : l'anglais et le français étant les deux langues officielles du Canada et le chinois, l'italien, le coréen, le portugais et l'espagnol les 5 autres langues les plus parlées. Toutefois, malgré que le pays soit reconnu bilingue selon la loi de 1969, la ville de Toronto en 2016 a surpris bon nombre de francophones en omettant de traduire en français un formulaire de consultation et le calendrier de la nouvelle année alors que ce dernier a même été traduit en tamoul et en tagalol.

Mais ce qui montre le plus à quel point la ville est multiculturelle est la présence des différents quartiers propres à chacune de ces cultures. Que ce soit le quartier chinois, grec, polonais ou caribéen, ils ont tous leurs propres marchés et vous font découvrir le meilleur de leurs spécialités culinaires. De nombreux restaurants à l'image de la fameuse rue Gerrard où l'on peut manger indien, pakistanais, bangladeshi ou encore afghan et de Greektown qui fait le bonheur des gourmands avec ses boulangeries et pâtisseries grecques, font de la gastronomie torontoise une cuisine aux saveurs issues du monde entier. De même, dans le quartier de Roncesvalle a lieu chaque année le festival polonais où les torontois peuvent déguster des spécialités comme les pierogi, le bigos, le kielbasa qui est une saucisse ou le bortchtch (un pottage de betterave).

Les festivals nationaux et internationaux de Toronto inscrivent également la ville dans cet ancrage multiculturel. Le plus représentatif d'entre eux est le Caribana Festival qui attire un million de festivaliers tous les ans. Comme son nom l'indique, le festival est organisé à l'honneur des communautés issues des Caraïbes et de l'Afrique. Une gigantesque parade de rue ainsi qu'un pique-nique au bord du lac Ontario viennent clore 18 jours de festivités autour de cette culture antillaise.

Cette diversité culturelle fait tout le charme de Toronto qui reste pourtant très proche de l'architecture et du rythme de vie nord-américain. La capitale de l'Ontario offre aussi un cadre de vie agréable avec de nombreuses activités et endroits mythiques à visiter dans ses alentours tels que le parc Algonquin à quelques heures de la ville ou les chutes du Niagara. C'est aussi une destination où le travail ne manque pas et où les salaires y sont les plus élevés du pays.

Pour plus d'informations sur le marché de l'emploi, le logement et le coût de la vie à Toronto, vous pouvez télécharger notre guide de l'expatrié au Canada entièrement rédigé par Expat.com.

Ecrit par Estelle Darrigan et adapté par Séverin Guiton (Expat.com)

 
Toronto

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait écho. Une des volontés de cette expatriation est tout simplement le désir de commencer ou bien de poursuivre une carrière professionnelle. Lepetitjournal.com vous permet de faire le point sur les secteurs qui recrutent et les offres de postes au Canada.
Actualité Canada

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait écho. Une des volontés de cette expatriation est tout simplement le désir de commencer ou bien de poursuivre une carrière professionnelle. Lepetitjournal.com vous permet de faire le point sur les secteurs qui recrutent et les offres de postes au Canada.
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine