Tokyo

3 QUESTIONS À... - Charles, jeune entrepreneur fondateur de fugujapon.com

 

Pour sa rubrique "Trois questions à...", lepetitjournal.com Tokyo repart à la rencontre des Français du Japon pour une série d'interviews aux multiples sujets. Pour la première édition de 2017, nous sommes allés à la rencontre de Charles, jeune entrepreneur installé à Tokyo depuis 3 ans, qui codirige avec succès fugujapon.com.

Lancé en novembre 2016, fugujapon.com connaît un franc succès depuis maintenant cinq mois. Spécialisé dans l'accompagnement des projets en lien avec le Japon pour les francophones, fugujapon.com a la belle ambition de devenir un indispensable pour toutes personnes souhaitant vivre une aventure hors du commun au Japon, que ce soit pour un voyage, une expérience de plusieurs mois ou pour une expatriation. Avec une communication en français et avec un savoir-faire et une connaissance du terrain de qualité, fugujapon.com et son équipe aident à réaliser les différentes démarches liées au projet de chacun, avec une plus grande facilité. Aidé de son co-équipier Toshi, Franco-Japonais et de Rhyo, influent businessman japonais, Charles est en train de réaliser le pari qui le tenait vraiment à cœur. Pour preuve, plus de 36 000 personnes suivent déjà le facebook de fugujapon.com. Et tout ça en 5 mois...

Charles, racontez-nous votre arrivée au Japon, vos débuts et votre envie d'entreprendre dans ce pays ?
Il y a 4 ans de cela, lors d'un séjour à Prague, j'ai eu le désir fou de changer de vie, de connaître une autre expérience que celle que j'avais en France. Je dois avouer que je n'avais pas vocation à aller au Japon au début. Mon frère, grand passionné de ce pays, a joué un rôle important dans mon choix. Je me suis alors mis à l'apprentissage de l'anglais, que je ne parlais pas. J'ai ensuite entrepris les démarches pour obtenir un visa PVT (ndlr : visa vacances-travail). Ma première année a été riche en rencontres et belles découvertes mais aussi en petits boulots (comme du modelling). Avec envie, je me suis alors mis à l'apprentissage du japonais, une clé très importante de la réussite. Ma seconde année a été dense : je prenais des cours de japonais tous les matins du lundi au vendredi et je révisais quatre heures au soir. Pour vivre, je continuais le modelling et je donnais des cours de français.

La troisième année a été une année clé. Suite à l'envie de me stabiliser, j'ai passé mon JLPT 3 pour ensuite réaliser mon CV en langue japonaise et ainsi pouvoir postuler à des offres d'emplois dans des environnements japonais. J'ai alors obtenu un poste dans un hôpital où le personnel était composé de locaux uniquement. En parallèle, j'ai développé mon projet fugujapon.com et, grâce à la rencontre avec Toshi et ensuite Rhyo, la société a pu voir le jour fin 2016. L'aventure pouvait commencer.

Vous codirigez fugujapon.com depuis maintenant cinq mois. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet ?
Pour obtenir mon visa PVT, j'ai entrepris des recherches sur Internet pendant de trop nombreuses heures. Les informations étaient éparpillées, les sites "spécialisés" trop denses ou compliqués voire même non à jour... Etant consultant en santé et développement personnel de métier, le besoin d'accompagner et de faire du coaching a toujours été en moi : trouver des solutions logiques et simples pour améliorer la vie des personnes. C'est de ce postulat qu'est né l'idée de fugujapon.com. Donner l'accès au Japon à tous ceux qui désirent y aller, qu'importe la raison. Je veux faciliter les choses, conseiller, donner des astuces, aider... fugujapon.com met en commun toutes les informations liées au Japon pour que les recherches se focalisent sur un seul site et ainsi éviter des heures infructueuses à travers la toile. Il ne faut d'ailleurs pas hésiter à nous contacter directement. Fugujapon.com répond au besoins précis de chacun.

2017 a très bien commencé pour vous et fugujapon.com. Comment imaginez-vous la suite de l'aventure ?
2017 a plusieurs objectifs. Nous commençons à nous mettre en lien avec différents partenaires et nous essayons encore plus de répondre à l'attente de chacun en développant nos informations : voyage, info tourisme, accompagnement... D'ici la fin de l'année, nous avons prévu de proposer d'avantages de services sur notre site. Et sans en dévoiler plus, de beaux projets et partenariats sont à prévoir pour nous pour développer le réseau fugujapon.com dès la fin de l'année.

Charles a alors conclu ce moment sympathique d'échanges entre lepetitjournal.com Tokyo et lui par un conseil qu'il aime donner à ceux qui le contactent. Il est préconisé, pour toute personne qui a un projet au Japon (études, voyages, PVT...) de le réfléchir et de le penser étape par étape, car il est plus facile de le réaliser à partir de la France pour éviter les échecs et les désillusions.

Julien Loock (www.lepetitjournal.com/tokyo) le jeudi 27 avril 2017

 
Tokyo
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine