POLITIQUE - Deux ministres veulent se rendre au sulfureux sanctuaire Yasukuni

 

Le ministre des Transports et son collègue chargé des Japonais enlevés par des agents nord-coréens ont déclaré vouloir se rendre cette semaine au sanctuaire controversé de Yasukini. Dédié aux soldats tombés pour le Japon, dont certains criminels de guerre condamnés par les Alliés, ce lieu est vénéré dans les milieux d’extrême droite japonais et considéré en Asie comme le symbole du passé militariste de l’archipel

Deux ministres japonais ont déclaré vendredi qu'ils se rendraient cette semaine au très controversé sanctuaire de Yasukuni, à Tokyo, ce qui risque de tendre les relations tant avec Pékin que Séoul. Le ministre des Transports, Yuichiro Hata, et son collègue chargé des Japonais enlevés par des agents nord-coréens, Jin Matsubara, ont indiqué leur intention d'aller au sanctuaire shintoïste, vénéré dans les milieux d'extrême droite japonais, mais considéré en Asie, et en particulier en Chine, comme le symbole du passé militariste nippon. "Je pense y aller à titre privé, étant donné que je m'y suis toujours rendu dans mon enfance avec mon père et que j'ai continué à le faire lorsque je suis devenu membre du parlement", a expliqué M. Hata. Son collègue a développé à peu près les mêmes arguments, arguant du fait qu'il y allait tous les ans au mois d'août depuis deux décennies. Ce serait la première visite de membres du gouvernement depuis l'arrivée au pouvoir en 2009 du Parti démocratique du Japon (PDJ) du Premier ministre Yoshihiko Noda.

Un lieu à la réputation sulfureuse
Comme ses deux prédécesseurs, M. Noda a demandé à ses ministres de s'abstenir de se rendre au sanctuaire à l'occasion de l'anniversaire de la capitulation du Japon le 15 août 1945. Il l'a d'ailleurs rappelé vendredi soir lors d'une conférence de presse. "Je crois que d'autres ministres s'en tiendront à cette règle", a-t-il indiqué. La réputation sulfureuse du lieu vient du fait que les noms de 14 criminels de guerre condamnés par les Alliés à la fin de la seconde guerre mondiale y ont été secrètement ajoutés en 1978 à ceux des 2,5 millions de soldats tombés pour le Japon. Parmi ces 14 noms figure notamment celui du général Hideki Tojo, le Premier ministre qui avait ordonné l'attaque contre la base américaine de Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Il avait été pendu pour crimes de guerre. L'influent porte-parole du gouvernement Osamu Fujimura a appelé à la retenue, expliquant que jusque-là les membres du cabinet Noda se sont abstenus d'aller en pèlerinage à Yasukuni, notamment en raison des répercussions de ce genre de visites à l'étranger. Le dernier Premier ministre japonais à s'être rendu régulièrement au sanctuaire a été Junichiro Koizumi, durant sa mandature de 2001 à 2006. En réaction, la Chine avait gelé tout contact à haut niveau avec son voisin.
(http://www.lepetitjournal.com/tokyo.html) lundi 13 août 2012

 
Tokyo
Une internationale

PARIS – Que faire cet été si on n’aime pas le foot ?

Vous êtes incapable de nommer un joueur de l’équipe de France de foot ? Vous voulez éviter les fanzones et ses supporters qui sentent la bière ? Pas de panique, lepetitjournal.com a fait une sélection des meilleurs expos, musées, bons plans et balades pour profiter des journées ensoleillés à Paris durant cet été très sportif. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine